Patrimoine

D'une île à l'autre

Où l’on parle de Nicolas Baudin…

Liz Clemons entourée de Sophie Couderc à gauche et de Marie- Hélène Chastenet à droite ainsi que de deux membres de l’Association d’information arsaise.
Publié le 25/11/2019

Liz Clemons, originaire de King Island, en Australie, où Nicolas Baudin est particulièrement connu à la suite de son voyage de 1802, est venue rendre visite aux Rétais afin de resserrer les liens avec son île.

Début octobre Liz Clemons, professeur de français à la retraite vivant à Currie a effectué un rapide séjour dans l’île de Ré. But de l’opération : se rapprocher du pays qui a vu naître Nicolas Baudin et resserrer des liens devenus, selon elle, trop lâches. Au cours de son séjour, elle a rencontré Philippe et Sophie Couderc, respectivement directeur d’école au Bois-Plage et institutrice à Ars à l’époque où ils étaient en activité, qu’elle avait connus lors de leur voyage à King Island.

Le mardi 8 octobre, lors d’une réunion à la mairie d’Ars, rassemblant Philippe et Sophie Couderc, Jacques Boucard, Bernadette Mathieu, Dany Gros, Yvonne Couturier et Marie-Hélène Chastenet, Liz Clemons a expliqué à quel point le souvenir de Nicolas Baudin, dont le bicentenaire de son passage a été célébré en 2002, était vivace à King Island. Celui-ci avait visité les îles avec sa flotille, semant la panique chez les Britanniques qui dépêchèrent un bateau de Sydney pour revendiquer la propriété des îles avant que les Français ne posent le pied sur le sol de King Island !

Cette dernière doit son nom au gouverneur King avec lequel Nicolas Baudin s’entretint à plusieurs reprises. Baudin, imprégné des idéaux de la Révolution, lui avait adressé un courrier dans lequel il lui recommandait de respecter les aborigènes et d é n o n ç a n t le comportement des Britanniques qui massacraient aussi b i e n l e s hommes que les animaux (phoques et éléphants de mer). Le mercredi matin, Liz rencontrait Patrice Déchelette en compagnie de Bernadette Mathieu à la mairie de Saint-Martin.

Catheirne Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires