Culture

Art du Cirque - La Flotte

Ophidie Circus en quête d’une nouvelle commune d’accueil

L’école du cirque Ophidie Circus est en quête d’une nouvelle terre d’accueil sur le territoire rétais.
Publié le 19/12/2018
Ophidie Circus en quête d’une nouvelle commune d’accueil 5.00/5 (100.00%) 1 vote

Le contrat d’occupation des sols octroyé par la mairie de la Flotte à Ophidie Circus est renouvelé jusqu’au 30 novembre 2019… mais avec des obligations à la clé.

L’école de cirque Ophidie Circus, association loi 1901, dirigée par Marie Journel dite Marie La Bohème est installée au Clos Bel Air sur la commune de la Flotte depuis 2014. Sa vocation est de proposer aux habitants de l’île, résidents secondaires et estivants du territoire, d’une part des stages consacrés aux arts du cirque, et d’autre part de travailler en collaboration avec les écoles, associations. De mener également tout projet permettant des expériences artistiques, pluridisciplinaires valorisant le cirque pour sa dimension pédagogique et culturelle.

Six années d’un succès grandissant ont nécessité des investissements en matière de moyens matériels et d’humains

En 2018, 600 enfants de 4 à 17 ans dont 400 fidèles ont fréquenté l’école Ophidie Circus. La fidélité de ses petits « stagiaires » que Marie voit grandir au fil des années et qui se passionnent pour cette pratique constitue sa plus grande récompense. Les familles qui choisissent d’inscrire leurs enfants le disent et le soulignent : « Ces stages apportent des valeurs comme le respect, l’entraide, la confiance en soi et envers les autres… ». Leur multiplication témoigne d’un réel succès et les moyens matériels et humains se sont adaptés au développement de fréquentation. Notamment avec l’achat d’un deuxième chapiteau rendu nécessaire pour augmenter la surface de la pratique. La force de Marie, une vraie passionnée c’est d’avoir toujours à coeur l’écoute d’un public varié et le renouvellement permanent de son art, le professionnalisme des équipes pédagogiques qui encadrent les participants. Par exemple, elle recrute jusqu’à cinq animateurs exerçant des disciplines diverses en provenance du CNAC (Centre National des Arts du Cirque), qu’elle loge sur le camp, le maintien au top niveau de la sécurité et du matériel. L’ensemble de ces investissements a pu être réalisé grâce à l’évolution du prix des stages. Cette autonomie financière permet à l’Association de ne jamais demander de subventions aux collectivités locales de l’île de Ré et de payer à la commune de la Flotte un loyer de 4000 euros de mars à novembre pour occuper le terrain du Bel Air. Les équipements nécessaires au fonctionnement de l’école du cirque (costumes, matériels, techniques, lumières, chapiteaux, caravanes pour saisonnier, bureau d’accueil, tivoli extérieur, bancs et gradins…) représentent sept caravanes qui sont stockées en hiver également au Clos Bel Air moyennant un loyer de 400 euros.

Un contrat d’occupation du Clos renouvelé uniquement pour la saison 2019

Lors du dernier conseil municipal Léon Gendre et ses conseillers ont fait part de leur décision de renouveler pour la dernière fois à Ophidie Circus son contrat d’occupation du Clos Bel Air du 1er avril au 30 novembre 2019 mais de ne plus permettre à l’Association, à compter du 30 novembre de cette année, de stocker leur matériel sur ce Clos estimant que l’hivernage prenait des proportions trop importantes notamment avec la présence accrue de nombreux véhicules. Prise de court, l’Association Ophidie Circus tente actuellement de négocier en s’engageant auprès de la mairie à optimiser le stationnement des caravanes de manière rationnelle pour occuper moins d’espace et à installer une palissade en bois derrière laquelle l’ensemble serait occulté. La période de nettoyage des chapiteaux et du dispositif circassien étant quasi achevée, l’endroit retrouvera sa dignité et sa naturalité dans un délai très court.

Léon Gendre, dont le mandat prendra fin en mars 2020 et qui ne se représentera pas aux élections municipales, souhaite libérer ce Clos pour laisser à son successeur la liberté de choix quant à l’occupation de ce terrain. Tout en nous avouant qu’un projet de salle de sport transformable en salle de spectacle, s’inspirant du POPB de Bercy, est un projet qui lui tient à coeur depuis une dizaine d’années et qu’il serait heureux de léguer au prochain maire.

Ophidie Circus est donc en quête d’une nouvelle terre d’accueil sur l’une des dix communes de l’île pour la saison 2020, à bon entendeur !

Florence Sabourin

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires