Environnement

Environnement

Opération « Anti-Masques », une petite idée qui pourrait bien faire son chemin !

L’initiative d’Olivier Gallet, gérant des magasins Cycland, a séduit Lina Besnier, Maire de Saint-Clément et vice-présidente de la CdC - ©JonathanOdet
Publié le 19/10/2021

Un nouveau type de déchet, les masques de protection anti-covid, envahissent les pistes cyclables. Cycland décide de réagir avec le concours de la Communauté de Communes de l’île de Ré

C’est à la suite d’une promenade à vélo en famille que le fils d’Olivier Gallet, gérant des magasins Cycland, l’interpelle sur la présence impressionnante de masques sur les bords des pistes cyclables. Touché par ce problème, Olivier décida alors d’alerter Lina Besnier, vice-présidente en charge de la mobilité à la Communauté de Communes et maire de Saint-Clément des Baleines.

Ensemble, ils décident de prendre le problème à bras le corps. Le 25 septembre, les huit magasins Cycland de l’île ont mis gratuitement à dis- position des vélos pour un grand ramassage des masques et déchets en tous genres présents sur les pistes cyclables de l’île de Ré. Dix vélos par magasin à raison de huit agences sur l’île, ce sont donc quatre-vingts vélos mis à disposition ce jour-là. La CdC a fourni les gants, les masques et les sacs et chacun a pu devenir acteur pour conserver notre bel environne- ment. Certains ont souhaité participer avec leurs propres vélos, ils ont également profité du pack « ramassage » de la CDC.

Difficile de tirer des conclusions sur cette négligence généralisée. Olivier Gallet ne porte pas de regard accusateur : « Je ne dis pas que ce sont les gens qui jettent les masques, c’est sûrement de la maladresse, un masque mal accroché qui s’en- vole… ». Toujours est-il que le réflexe de ramasser les masques par terre est peu présent, principalement pour des raisons d’hygiène.

« Peu de portions de pistes cyclables sont communales, leur nettoyage n’est donc pas forcément du ressort des communes », nous dit Lina Besnier. « Quant aux points info-cyclistes, deux personnes faisaient cette année les patrouilleurs tous les jours. Mais elles étaient là pour observer les problèmes de voirie, de signalisation, d’incivilité. Il ne leur a pas été demandé de s’occuper de ça, le problème est nouveau ».

Douche tiède

Le temps pluvieux n’a pas permis à l’opération de se dérouler convenablement, une participation assez faible dans l’ensemble mais ce n’est que partie remise. Maintenant que l’idée est là, le constat étant tou- jours d’actualité, il n’est pas question d’abandonner. Olivier Gallet, avec ses équipes, et Lina Besnier sont déjà en train de réfléchir à relancer le projet aux vacances de la Toussaint mais aussi à des opérations plus régulières sur l’année à venir avec tous les acteurs intéressés, y compris d’autres loueurs de vélos dont le fonds de commerce reste principalement la beauté de nos pistes cyclables.

Lina Besnier apprécie la démarche : « C’est plutôt rare qu’une entreprise fasse une opération comme celle-ci. Cela est d’autant plus appréciable que ce doit être le problème de tous, et c’est très intéressant quand les commerçants se soucient de ce genre de problématique ».

Jonathan Odet

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires