Nature

Décret de création du 7e parc naturel marin

Signature par Ségolène Royal du Décret de création du P&arc naturel marin estuaiire de la Gironde et Mer des Pertuis. (c) François Blanchard.

Naissance du Parc Naturel Marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des pertuis

Le décret de création du Parc Naturel Marin a été signé par Ségolène Royal. © François Blanchard
Publié le 07/04/2015

Ce samedi 4 avril matin, en Préfecture, en présence de La Préfète de Charente-Maritime, Béatrice Abollivier, du Préfet maritime de l’Atlantique, vice-amiral d’escadre Emmanuel De Oliveira, du Directeur de l’Agence des Aires Marines Protégées, Olivier Laroussinie et du Président du Conseil Scientifique de l’Agence des Aires Marines Protégées, Vincent Ridoux, La Ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal a signé le Décret de création du Parc Naturel Marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis.

Allain Bougrain Dubourg et Lionel Quillet, ont assisté à la signature. officialisant la création du Parc naturel marin de l'estuiare de la Gironde et de la Mer des Pertuis. © François Blanchard

Allain Bougrain Dubourg et Lionel Quillet,
ont assisté à la signature. © François Blanchard

La question de blocage concernant l’organisation de la gouvernance d’un tel territoire aussi vaste que celui du parc marin devant être levée avec la future loi sur la biodiversité et la mise en place de trois comités géographiques, instances cohérentes localement (Vendée, Pertuis, Estuaire de la Gironde), coordonnées par le Conseil de Gestion, instance plus globale, place maintenant à l’élaboration du plan de gestion du parc avec trois grands objectifs majeurs : la protection, le développement durable et la connaissance scientifique.

Assurer la continuité écologique tout en dépassant les conflits d’usage, le tout dans une cohérence de développement socio-économique, voilà l’enjeu qui attend maintenant les gestionnaires et les décisionnaires sur ce territoire ! Un enjeu digne d’une véritable politique du littoral…

L’ensemble des personnes présentes ce matin, élus, parlementaires, représentants socioprofessionnels, représentants associatifs, se sont félicitées de l’aboutissement de plusieurs années d’un travail long et difficile…

Depuis juin 2008 et l’arrêté ministériel de mise à l’étude d’un projet de parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis, plusieurs phases se sont succédé (diagnostic, concertation, consultation) pour finalement aboutir à cette signature. De quoi s’agit-il ?

Ce vaste territoire couvre 6500 km² et s’étend sur trois régions administratives ! Un périmètre important mais fonctionnellement cohérent. En effet, trois écosystèmes marins différents sont concernés mais totalement interdépendants les uns des autres : l’estuaire de la Gironde, peu artificialisé et riche en poissons migrateurs (tels l’Esturgeon d’Europe par exemple) ; son panache formé par le brassage et le mélange des eaux douces de la Gironde dans l’océan Atlantique, d’où un milieu riche notamment favorable à de nombreuses espèces (anguille) ; et à l’arrivée, les pertuis (Breton, d’Antioche et de Maumusson) fortement influencés par le fonctionnement des deux écosystèmes précédents. De nombreux habitats tous interconnectés sont donc représentés, tels les fonds rocheux, les vasières, les îlots, les estrans calcaires, les sables… offrant ainsi des lieux de vie à de nombreuses espèces différentes (tortue Luth, requin pèlerin, maigre, bar, crevette, sole…)

La richesse écologique de ce grand espace marin dépend donc du bon fonctionnement de l’ensemble des trois écosystèmes précédents.

L’exploitation et l’utilisation de ces richesses ont très tôt façonné les paysages littoraux et insulaires que nous connaissons aujourd’hui. De la saliculture à la conchyliculture, du développement des activités portuaires à la forte attractivité touristique, cette région géographique présente de vrais enjeux aussi bien écologiques qu’économiques.

Dans un tel contexte, la création d’un parc naturel marin ayant pour objectif le développement durable du territoire prend tout son sens. Il permettra une gestion concertée et coordonnée, la mobilisation de moyens ainsi qu’une gouvernance adaptée. Face à la multitude d’outils particuliers de gestion des habitats déjà en place (réserve naturelle, sites Natura 2000, terrains du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres…), le parc naturel marin a pour vocation de fédérer, d’appuyer ces outils et d’apporter une cohérence à l’ensemble…

Ainsi de grandes orientations de gestion visant la préservation voire la restauration du bon état écologique du milieu marin dans l’intérêt des usagers professionnels ou de loisirs sont définies telles l’amélioration de la connaissance scientifique, la promotion et le développement des activités de pêche professionnelle, aquacoles et conchylicoles, des activités maritimes portuaires ainsi que de loisirs dans le respect des écosystèmes… En effet, la préservation de la biodiversité ne va pas à l’encontre d’un développement socio-économique du territoire dans la mesure où un équilibre durable est recherché.

 

Ségolène Royal signe à La Rochelle le décret de création du parc naturel marin. (c) François Blanchard

Signature du décret par Ségolène Royal. © François Blanchard

 

Voir les enjeux du Parc Naturel Marin de l’Estuaire de la Gironde et de la Mer des Pertuis

Voir la diversité des espèces du Parc Naturel Marin

Nathalie Le Chalony

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Jmenf
    Publié le 9 avril 2015

    Le député de la circonscription semble briller par son absence. Bizarre, bizarre…

    Répondre
  • labo
    Publié le 11 avril 2015

    Attention à l’orthographe  : plusieurs phases se sont succédé 

    Répondre
    • Nathalie Vauchez
      Publié le 11 avril 2015

      Succédé ne s’accorde pas, il ne s’agit pas d’une faute d’orthographe.