Services

Prévention et répression

Mobilisation générale pour la Sécurité à Vélo

Publié le 11/07/2019
Noter cet article

La lourdeur du bilan 2018 a mobilisé les pouvoirs publics rétais tout l’hiver. Objectif 2019 : renforcer l’arsenal existant.

De l’aveu de Patrice Raffarin, la réunion pré-saison autour de la Sécurité a eu cette année « un autre relief ». En cause, la hausse de l’accidentologie, avec notamment ces deux (jeunes) morts l’année dernière. Certes, le nombre de cyclistes progresse et le nombre de voies cyclables aussi, augmentant les risques de fait. Mais cela n’explique pas tout.

Les accidents où et pourquoi ?

« Seulement 30 % des accidents ont lieu sur les pistes cyclables » explique Patrice Raffarin. « C’est déjà trop », précise-t-il. Mais c’est instructif. La plupart des accidents surviennent ailleurs, sur les routes départementales, les voies partagées et intra-muros, dans les villages. Là où les vélos sont confrontés aux voitures et piétons. Et à l’encontre des idées reçues, les automobilistes ne sont pas systématiquement en cause. L’imprudence et les comportements dangereux de la part des cyclistes eux-aussi progressent. Qu’ils soient d’ailleurs ou d’ici.

Une politique rationnelle mais ferme

L’Ile de Ré, terre du vélo, ne cesse de faire des adeptes : « tout ce qui se fait comme matériel est pour nous », résume Lionel Quillet. Et c’est peu de dire que chaque année, de nouveaux engins apparaissent aux côtés des vélos, électriques ou non. Si les élus attendent beaucoup de la loi sur les mobilités à venir, celle-ci n’est pas encore efficiente. Alors d’ici là, les pouvoirs publics rétais ont choisi d’accentuer les leviers existants que sont prévention, répression et aménagement.

Nouveauté prévention : le « Sécu-Rétais »

Il est le résultat de la collaboration entre CdC, élus et associations, l’AUPTIR* mais aussi Vélo-Ecole de La Rochelle. Le « Sécu-Rétais » est un petit fascicule présenté sous forme de fiches. Il sera distribué dans les bureaux d’accueil touristique, mairies, campings, points Info Cyclistes, locaux de police et loueurs de vélo. Volontairement ludique, il décline les règles pour circuler à vélo en toute sécurité et s’adresse essentiellement aux enfants et aux jeunes, même si bien sûr, les adultes sont invités à en prendre connaissance. Edité à dix mille exemplaires, il a coûté 10 637 € dont une partie financée par l’Etat.

D’actualité : la répression

Si la prévention reste une priorité, le ton se durcit cette année. Car comme le souligne l’Adjudante Chef Felter, « la prévention a ses limites ». « La répression va monter d’un niveau », souligne Lionel Quillet, précisant immédiatement que bien sûr, la Gendarmerie est seul maître en la matière. Mais l’Adjudant Felter le confirme : les rappels à la loi sur les comportements et équipements seront de mise, y compris avec verbalisation. « Il ne s’agit pas de faire du chiffre », insiste-telle, « mais certains comportements dangereux, tels refus de priorité, non respect des stop, circulation de front, sans éclairage voire en état alcoolisé » sont des infractions au Code de la Route. Et celui-ci vaut pour les cyclistes, amendes et retrait de points à l’appui.

Encore plus pour l’aménagement

Lionel Quillet le rappelle, « les pistes cyclables rétaises sont d’une qualité rare et mobilisent des budgets travaux conséquents ». Une vigilance permanente sur laquelle le Département est très présent et le sera plus encore dès l’automne avec la présentation d’un plan d’investissement important qui permettra entre autres de revoir la traversée de chaque commune. En attendant, pour Patrice Raffarin, « l’inquiétude demeure avec l’apparition de véhicules dont le statut juridique n’est pas encore précisé par la loi », et cela même si « les moyens politiques, financiers et humains sont là » selon Lionel Quillet. Il est donc une conclusion d’évidence, clairement exprimée par l’Adjudant Felter : « nous ne pouvons pas tout solutionner ».

Si des actions éducatives et de sensibilisation sont prévues dès la rentrée au sein des écoles et centres de loisirs du territoire, reste à faire appel au bon sens et à la responsabilité individuelle.

*AUPTIR : Association des usagers du pont et des transports de l’île de Ré.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires