Environnement

Environnement

Mission viticulture durable : la coopérative Uniré se mobilise

Le cépage Ugni blanc représente en moyenne 50% de la production annuelle de la coopérative.
Publié le 05/02/2019
Mission viticulture durable : la coopérative Uniré se mobilise
Noter cet article

La filière Cognac accompagne les vignerons de l’île vers la Certification environnementale.

Envieux de notre vignoble de Poitou, les pays bordés par la mer du Nord commandèrent aux navires hollandais une livraison en fûts de chêne du breuvage convoité. Ainsi débute au XVIIème siècle l’aventure d’une ville qui va devenir la capitale d’un commerce de renommée mondiale à l’initiative de l’art de la distillation.

D’eau de vie en Cognac, l’appellation est reconnue d’Origine contrôlée en 1936. Aujourd’hui encore, la distillerie reste le coeur de métier de la coopérative. Grâce aux reflets dorés du digestif tant apprécié, l’estampille éponyme s’exporte vers les pays étrangers pour plus de 90%, tandis qu’une majorité des six-cent hectares de vignes exploités sur l’île est destinée à l’Ugni blanc cépage emblématique de Cognac.

Très investie au respect de la biodiversité locale, Christelle Couty, responsable qualité Uniré, a souhaité associer les vignerons adhérents aux enjeux d’une agriculture vertueuse et aux objectifs répertoriés par la profession pour un développement durable.

Une approche volontaire et collective pour partager les bonnes pratiques

Après la mise en place du programme « Référentiel Viticulture Durable » comme première étape, Le BNIC (Bureau National Interprofessionnel du Cognac) lançait en novembre 2018 la démarche Certification environnementale, un label enrichi d’engagements spécifiques qui mobilisent d’ores et déjà 1 600 viticulteurs.

Au Bois-Plage, les adhérents de la coopérative ont tous suivi une journée de formation parmi les trois sessions proposées fin janvier, pour ensemble modéliser leurs usages en faveur d’un vignoble pérenne, tant du point de vue de la protection du milieu naturel que de la santé et la sécurité des salariés.

Après une présentation détaillée du cahier des charges, chacun a pu réaliser un autodiagnostic de son exploitation et travailler sur un plan d’action personnalisé. Une fois les écarts levés, un audit sera réalisé par un organisme indépendant et la certification « Haute Valeur Environnementale » (HVE), reconnue par le ministère de l’Agriculture, délivrée.

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires