Enfants et jeunes

Portrait

Mahault Patat : des images plein la tête

Mahault revient sur l’île chaque fois qu’elle le peut.
Publié le 20/10/2017

Originaire de Sainte-Marie, Mahaut est étudiante en école de cinéma à Bordeaux. Déterminée à devenir réalisatrice, la jeune femme multiplie les expériences pour accéder à son rêve.

Elle est arrivée à Sainte-Marie à l’âge de dix ans. Après les années collège aux Salières à Saint-Martin, elle intègre le lycée Dautey où elle obtient son bac S, section Abibac* « mention très bien » ! Un parcours sans faute au terme d’un cursus bilingue qui lui valait de recevoir en janvier dernier un trophée de la commune, lors de la traditionnelle cérémonie des voeux du maire.

C’est clair, Mahault a le cerveau bien fait, mais plus encore, elle est habitée par un monde intérieur fécond qui ne demande qu’à s’animer. Ses parents la soutiennent donc dans son choix de prolonger ses études en se formant aux techniques de l’image et du son, et c’est ainsi qu’en octobre 2016 elle fait sa rentrée à l’institut 3IS à Bordeaux.

Elle y est actuellement en deuxième année et travaille d’ores et déjà à la création d’un projet d’une petite série de quatre épisodes de six minutes chacun, dans le cadre de la spécialisation réalisation qu’elle a choisie. À quoi pense-t-elle ? « Il s’agira d’explorer les méandres de la psychologie au travers de soeurs jumelles, qui confrontées à la mort accidentelle de leurs parents vont manifester des réactions très différentes ».

Les ressorts de la relation à l’autre, le sujet l’inspire depuis longtemps, elle qui confie avoir été particulièrement marquée par la poésie du dernier film de Jim Jarmusch : « Paterson », « où l’on voit évoluer du dimanche au dimanche, un couple d’artistes dans l’intimité de leurs échange, leur dépendance l’un à l’autre et leur rapport à l’art… ».

Festival de la fiction TV à La Rochelle et master class à La Coursive avec Mathieu Almaric

En plus de courir les salles de cinéma pour parfaire sa culture, Mahault guette tous les évènements de la région susceptibles de lui faire pénétrer le métier.

En mai, elle s’inscrivait pour faire partie du jury du prix des lecteurs de « Sud Ouest » à l’occasion du Festival de la Fiction TV qui s’est déroulé mi-septembre. Sur quatre jours, les jurés ont visionné sept téléfilms et désigné collégialement « Prêtes à tout » avec Alika del Sol et Anne Charrier comme leur préféré. Le téléfilm sera diffusé prochainement sur France 2.

De cette expérience, l’étudiante, ravie de la complémentarité des points de vue exprimés durant les réunions, avoue avoir révisé son jugement sur les productions télévision qu’elle jugeait jusqu’alors « mal connotées au regard de la magie du grand écran ».

Avant de regagner Bordeaux, Mahault a aussi bénéficié d’un stage de cinéma à La Coursive le dernier week-end de septembre. Orchestré chaque année par Alain Bergala (critique pour « Les Cahiers du Cinéma », essayiste, réalisateur et enseignant à la Fémis), le thème était cette fois « Mathieu Almaric et ses doubles ». Vaste !

4 films, 4 leçons avec : Mange ta soupe ! , L’amour est un crime parfait, Les fantômes d’Ismaël et bien sûr Barbara, que l’acteur et réalisateur présentait au public de La Rochelle. Habitué à passer des deux côtés de la caméra, la recherche très intérieure de la vérité du sentiment qu’excelle à exprimer Almaric a fait mouche auprès de la talentueuse Mahault qui espère à l’obtention de son diplôme être embauchée comme assistante d’un réalisateur.

Marie-Victoire Vergnaud

* Examen unique qui permet la délivrance simultanée du Baccalauréat français et de son équivalent allemand (Abitur)

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires