Territoire

Hommage - Attentats du 13 novembre 2015

Hommages aux victimes des attentats su 13 septembre 2015 sur l'île de Ré à Sainte-Marie

Lundi, 12 heures, comme la France entière et l’île de Ré, Sainte Marie se recueille

Les Maritais se recueillent autour des élus à la mairie
Publié le 16/11/2015

A l’école, le personnel enseignant, les ATSEM, des représentants de la commune et les parents présents encadrent les enfants dans un recueillement matérialisé par une minute de silence.

Au même moment, alors que le clocher maritais égrène les douze coups de midi, quelques Maritaises et Maritais se rassemblaient à la mairie en compagnie des sapeurs-pompiers, et des élus. Sous les symboles de notre République, Gisèle Vergnon, Maire de Sainte-Marie, fait part de la compassion des Maritais pour toutes les victimes et rappelle les valeurs qui font la France. Des valeurs qui sont les nôtres. Un discours bref car il n’y a pas grand-chose à dire dans le fond, mais un discours poignant et partagé si l’on en croit les applaudissements qui succédèrent à la minute de silence.

Votre serviteur va se permettre quelques commentaires privés à la suite de ces évènements. Dans un passé pas encore trop lointain je vivais dans d’autres pays où mon quotidien était partagé avec des noirs, des jaunes, des blancs, des juifs, des chrétiens, des musulmans et bien d’autres humains. A ce moment de ma vie je croyais que la planète terre était peuplée d’hommes de différentes races, de diverses religions mais que dans l’ensemble le bien et le respect d’autrui, la tolérance et le droit à la différence faisaient le ciment entre tous ces humains.

Je remercie mes amis Facebook du bout du monde, quelquefois musulmans, qui ces dernières heures ont fait preuve de compassion et de révolte contre ces assassins et leurs horreurs. Ce qui donne foi en mes croyances.

Mais aujourd’hui il m’apparaît clairement que la terre est peuplée de deux catégories d’humains.

D’une part il y a les Hommes, qui aspirent à vivre en paix.

Et d’autre part il y a les islamistes radicaux qui prêchent la haine, l’intolérance, refusent la différence et osent se substituer à Dieu.

La première catégorie est celle qui a construit nos civilisations, nos cultures nos valeurs. Elle représente notre passé, notre présent et notre avenir. La seconde est l’incarnation du mal et du néant absolu.

En ce jour, si l’on en croit les hommages du monde entier, être Français n’est plus seulement qu’une nationalité mais devient un état d’esprit, un symbole, un facteur de rassemblement et tous les espoirs sont donc permis. L’humanité peut et doit se mobiliser et vaincre ces tristes individus qui n’ont foi qu’en eux-mêmes.

Patrice Pozzi

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires