Aide et humanitaire

Société

L’inadmissible violence faite aux femmes

Publié le 21/11/2012

L’Assemblée générale des Nations unies décidait en 1999 que le 25 novembre serait désormais la journée internationale consacrée à la lutte contre les violences faites aux femmes.

En France 13 femmes décèdent chaque mois sous les coups de leur conjoint. 75 000 sont violées et seuls 2 % des violeurs sont condamnés. Quant au harcèlement sexuel, on estime qu’en Europe 40 % des femmes en sont victimes. Cependant les violences faites aux femmes peuvent également être verbales ou psychologiques. On en parle moins car elles sont plus difficilement quantifiables mais restent douloureuses. Ces violences sexistes se rencontre dans tous les milieux culturels ou sociaux et sont le fait d’hommes ordinaires qui nous entourent quotidiennement.

Les chiffres cités ci-dessus ne baissent pas vraiment depuis 2009 malgré les structures et actions mises en place. La Charente-Maritime est en avance par rapport à l’ensemble du territoire dans sa lutte contre les violences conjugales et dès 2000 un groupe de travail était créé à l’initiative de l’association Tremplin 17. En novembre 2009, François Fillon, alors Premier ministre, déclarait que « La grande cause nationale de 2010 sera la lutte contre les violences faites aux femmes » et en 2010, le Conseil général, les tribunaux, centres hospitaliers et associations de Charente- Maritime signaient un nouveau protocole destiné à renforcer leur action. Le grand problème restant un hébergement de longue durée à trouver pour les femmes qu’il faut protéger et qui ont besoin de temps pour se reconstruire.

À l’écoute des victimes

Dans l’île de Ré des associations sont à l’écoute des femmes. Le CIDFF17, créé en 1982, qui apporte une information gratuite et un accompagnement compétent et assure une permanence le 2ème mardi du mois, le matin à la mairie de Saint-Martin et l’après-midi à celle d’Ars. Il est recommandé de prendre rendez-vous au numéro de téléphone ci-dessous indiqué. Véronique, présidente de SOS Femmes en Détresse propose une permanence chaque lundi et répond aux appels téléphoniques de 14 à 17 h, du lundi au vendredi. Dans le cadre de cette journée, le CIDFF 17 organise une série de manifestations et rencontres du 19 au 26 novembre au Centre Social Le Pertuis à La Rochelle. Une table ronde sur le thème « Femmes et Justice » sera également organisée le 26 novembre à l’initiative de l’association Femmes Professionnelles Solidaires avec la participation de spécialistes du sujet, salle municipale de La Trompette.

 

CIDFF17 : 05 46 41 18 86
SOS Femmes en Détresse : 06 28 19 00 98. Permanence chaque lundi de 16h à 18h hors vacances scolaires, dans l’ancienne gendarmerie, rue Edouard Herriot à Saint-Martin.
Femmes Professionnelles Solidaires : 06 03 28 20 47

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires