Élection

Elections municipales 2020

Lina Besnier s’engage pour l’intérêt général de Saint-Clément

Lina Besnier, une Villageoise qui s’investit sur le terrain.
Publié le 18/06/2019
Lina Besnier s’engage pour l’intérêt général de Saint-Clément
5 (100%) 5 vote[s]

À Saint-Clément des Baleines, plusieurs candidats sont en passe de finaliser leur liste pour les prochaines municipales.

L’enjeu est déterminant pour le village de moins de 650 habitants classé commune touristique, qui ne veut pas rester en marge de l’essor rétais tout en défendant sa particularité.

Lors des précédentes élections, Lina Besnier avait été sollicitée par les deux équipes en lice : elle fait partie du conseil municipal depuis 2014. Durant ce mandat, elle s’est particulièrement investie dans le PLUi, participant activement, au côté de l’Association de valorisation de Saint-Clément des Baleines (AVSCB), aux ateliers pour l’élaboration du Projet d’Aménagement et de Développement Durable.

Une femme de terrain

Lina Besnier est issue du monde de l’Entreprise et possède par ailleurs une maîtrise en droit. En tant que conseillère en charge du commerce et du site du Phare, on la voit très présente auprès des entrepreneurs du village, ce qui ne l’empêche pas d’être active dans le milieu associatif, (présidente de deux associations, trésorière de deux autres) ni de consacrer une partie de son temps aux personnes plus ou moins vulnérables. Sur le terrain, elle dialogue quotidiennement avec ses concitoyens, ce qui lui permet de prendre le pouls du village et faire remonter les suggestions des uns et des autres en mairie. Son maître mot est l’intérêt général avec la constitution d’une équipe motivée qui regarde dans la même direction. Depuis deux ans, sa motivation à constituer sa propre liste est forte, elle se projette dans l’action avec une vision pragmatique de la commune.

Pour dynamiser St-Clément, priorité au logement, au commerce et à la qualité de la vie

Pour que Saint-Clément envisage l’avenir avec sérénité, il faut y faire venir vivre des jeunes, dit Lina Besnier. Pour ce faire, elle se place dans la continuité de la politique de logements sociaux, prévus ou en cours (vingt logements aux Ouches sont d’ores et déjà programmés), avec une proposition supplémentaire de logements partagés pour accueillir les personnes seules ou les saisonniers. Côté financement, elle souhaite que l’intégralité des droits de mutation (sur les ventes de biens immobiliers) finance l’entretien et la construction des logements sociaux. Elle encourage par ailleurs les propriétaires à proposer leurs locations à l’année.

En matière de tourisme, et en concertation avec la Communauté de Communes, il s’agit de renforcer l’attractivité en ailes de saison. Le village possède certains atouts pour créer et accueillir des animations tout public, comme la salle polyvalente récemment rénovée que la candidate Besnier souhaite faire revivre en favorisant l’organisation d’événements, salons, concerts, pièces de théâtre, séminaires d’entreprises, etc. En outre, les cinq hôtels de plein air offrent un bouquet de prestations suffisamment large pour accueillir le public avant et après la saison.

Pour développer l’activité et à la fois relancer un art de vivre local, son intérêt se place dans le commerce de proximité et ouvert à l’année. À moyen terme, elle pense relancer un projet de zone artisanale dont on débat en vain, ici, depuis vingt ans ; une étude faite en 2013 démontrait le besoin d’environ cinq mille mètres carrés de locaux artisanaux.

Lina Besnier est dans l’action, on le voit et ses idées fourmillent. On peut lui faire confiance pour accompagner les initiatives qui valoriseront la commune qu’elles soient associatives, commerciales ou culturelles.

Un certain goût du bonheur

Préserver la qualité de vie et l’environnement lui tient particulièrement à coeur, Lina Besnier entend veiller à l’entretien du patrimoine villageois et de ses espaces naturels. La première chose à faire, dit-elle, c’est améliorer les entrées de village, en évoquant déjà un projet d’espaces paysagers urbains.

Et quand elle dit « préserver », c’est agir, insiste-t-elle, ce n’est pas épiloguer… !

Véronique Hugerot

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Monique
    Publié le 23 juin 2019

    intéressant , à suivre …..

    Répondre
  • Jacques
    Publié le 26 juin 2019

    La journaliste est elle payée pour cette propagande éhontée ?

    Répondre