Élection

Elections départementales 2015 : Interview de Lionel Quillet et Gisèle Vergnon

Lionel Quillet et Gisèle Vergon, candidats aux élections sénatoriales pour l'île de Ré, aux côtés de Dominique Bussereau

« L’île de Ré constitue un seul et même territoire »

Dominique Bussereau, Lionel Quillet et Gisèle Vergnon, à la Maison de la Charente-Maritime
Publié le 22/01/2015

L’île de Ré représente désormais un seul et même canton, calqué sur sa géographie et sa spécificité insulaire. Ré à la Hune a annoncé dès l’été dernier que le binôme Lionel Quillet et Gisèle Vergnon porterait les couleurs de la majorité départementale, avec le soutien de Dominique Bussereau. Nous les avons rencontrés en avant-première cette mi-janvier, alors qu’ils peaufinent leur campagne, tandis que les éventuels autres binômes ne se sont pas déclarés officiellement*

Ré à la Hune : Vous serez le binôme soutenu par la majorité départementale pour le canton de l’île de Ré, pourquoi ce binôme et comment l’abordez-vous ?

Lionel Quillet : Le binôme est un exercice totalement inédit. Nous devrons parler d’une seule voix, ce qui suppose une collaboration quotidienne sur l’ensemble des projets qui concerneront l’Île de Ré et une grande confiance réciproque. Une dissonance entre nous deux serait irresponsable pour notre territoire.

Former ce binôme avec Gisèle Vergnon, Maire de la commune de Sainte-Marie de Ré, dont le nombre d’habitants est le plus important, semble une évidence. Son bilan d’élue et sa réélection dès le premier tour lors des dernières municipales face à deux autres candidats, confirment son énergie, sa pugnacité et sa capacité à rassembler. Ses qualités personnelles, associées à son dynamisme et sa droiture seront autant d’atouts sur lesquels nous pourrons nous appuyer pour élaborer et défendre les dossiers rétais au niveau du Département. Nous aurons sans aucun doute des arbitrages à faire, dans la mesure où nous ne serons pas obligatoirement d’accord sur tout, mais la qualité du dialogue et l’écoute mutuelle nous permettrons d’arrêter ensemble une décision commune, visant à défendre au mieux les intérêts de l’île de Ré.

Gisèle Vergnon : Si sur d’autres territoires, compte tenu de la nouvelle carte des cantons, les candidats ne se connaissent pas, sur l’île de Ré, nous avons la chance d’avoir un seul et même découpage géographique, cantonal et intercommunal. C’est une grande force.

En 2008, je m’étais abstenue lors du vote pour élire le nouveau Président de la CDC car je ne connaissais pas Lionel Quillet. Depuis près de sept ans en tant que déléguée communautaire et depuis avril dernier en ma qualité de vice-présidente de la CDC en charge du Tourisme, j’ai appris à le connaître et à travailler avec lui. Et quand je donne ma confiance, elle est totale.

Sa combativité, son expérience des dossiers et l’attention qu’il porte aux autres, me permettent aujourd’hui d’envisager sereinement et avec enthousiasme ce nouveau challenge pour moi. Nous serons un trait d’union, un homme et une femme dans leurs complémentarités, leurs sensibilités différentes, mais ensemble pour porter les projets de l’île de Ré et du Département.

 

« Il s’agit d’un mandat de proximité, c’est ce qui nous intéresse »

 

Lionel Quillet et Gisèle Vergnon : Il s’agit d’un mandat de proximité, c’est ce qui nous intéresse.

Lionel Quillet, vous vous étiez opposé à la réforme du mode de scrutin départemental, pour quelle raison ?

Lionel Quillet : Bien que je sois favorable à la parité ou en tout cas à une meilleure représentativité des femmes dans la vie politique, je m’étais prononcé contre cette réforme, parce que, sous couvert de parité, on double en réalité le nombre de conseillers départementaux.

Pour la Charente Maritime, le nombre de conseillers passera ainsi en mars prochain de 51 à 54, ce qui ne va pas dans le sens de la rationalisation et de l’optimisation du nombre d’élus – et par conséquent des dépenses de fonctionnement du Département annoncées par la réforme.

 

« Avec le soutien de Dominique Bussereau, nous serons en mars prochain les candidats de la majorité départementale »

 

Sous quelle « étiquette » vous présentez-vous, bien que ni l’un ni l’autre ne soyez encartés dans un parti ?

Gisèle Vergnon : Avec le soutien de Dominique Bussereau, nous serons en mars prochain les candidats de la majorité départementale, sous l’étiquette « Divers Droite ».

Comment percevez-vous la candidature de Dominique Bussereau à la présidence du Département et la nouvelle organisation qui sera indispensable avec le départ de toute une génération de Conseillers généraux, et notamment celui de Jean-Louis Frot dont les fonctions étaient considérables ?

Lionel Quillet : Il est évident que le duo Dominique Bussereau / Jean-Louis Frot fonctionne aujourd’hui à merveille. Dominique Bussereau apporte sa remarquable intelligence, sa vision politique d’une grande pertinence, sans oublier ses réseaux relationnels extrêmement denses, essentiels pour la Charente- Maritime, a fortiori pour que notre département joue demain un rôle majeur dans la future grande Région. Jean-Louis Frot est quant à lui incontournable par sa disponibilité, ses compétences, sa puissance de travail et sa connaissance du territoire.

A l’issue des élections de mars prochain, une nouvelle organisation sera naturellement mise en place. Ceci dans un contexte budgétaire très tendu.

Quels seront les enjeux de ce mandat pour l’île de Ré ?

Lionel Quillet : Depuis 2008, avec l’ensemble des élus communautaires nous avons travaillé à une cohérence de territoire, dans le respect des spécificités communales mais dans le cadre d’une solidarité communautaire. Nous continuerons ce travail ensemble.

Ceci étant précisé, il est évident que l’avenir de l’île de Ré, reposera sur trois objectifs fondamentaux : atteindre le seuil des 20 000 habitants permanents et pérenniser ainsi une vie à l’année (en confortant notamment la réalisation d’équipements structurants tels que les crèches et en facilitant l’attractivité économique), poursuivre la mise en sécurité des Rétais par une politique volontariste de défense du littoral, dans le cadre d’un partenariat efficace entre la CdC, les Communes et le Département (a fortiori lorsque le Poitou-Charentes sera regroupé avec l’Aquitaine et le Limousin au sein d’une grande Région), maintenir les tarifs du Pont afin de garantir le financement de mesures de protection environnementales indispensables – telles que la préemption et la gestion des espaces naturels – et permettre le développement d’un transport collectif performant.

 

« Le projet d’avenir de l’île de Ré est d’atteindre le seuil des 20 000 habitants permanents  »

 

Gisèle Vergnon : Pour compléter les propos de Lionel Quillet, si ces trois objectifs demeurent incontournables pour l’avenir de notre territoire, de nombreux dossiers seront très importants à conduire au niveau du Département et, notamment l’arrivée du très haut débit, la pérennisation des activités agricoles, par exemple au regard des difficultés liées aux réserves d’eau et aux problématiques en matière de foncier [des états généraux de l’agriculture pourraient à ce titre répondre aux demandes],le maintien de l’aéroport de La Rochelle, les questions sociales qui, ne l’oublions pas représentent près de 50% du budget du Conseil Général, le Collège, l’aide aux communes et le réseau routier.

Lionel Quillet : Sans oublier les contraintes financières et l’incertitude relative aux compétences des Départements, puisque la loi NOTR ne sera adoptée que postérieurement aux élections départementales.

Lionel Quillet et Gisèle Vergnon : Le rôle du Conseil Général est souvent méconnu, alors même qu’il est au coeur de la vie quotidienne de chacun d’entre nous. C’est en cela que nous parlons d’un mandat de proximité.

 

Le Président de la Mission Littoral, Lionel Quillet, et le Président du Conseil Général, Dominique Bussereau, se sont fortement impliqués depuis 5 ans pour la défense des côtes de Charente-Maritime.

Le Président de la Mission Littoral, Lionel Quillet, (candidat aux élections départementeles de mars 2015 en Charente-Maritime) et le Président du Conseil Général, Dominique Bussereau.

 

Comment allez-vous vous fonctionner ?

Gisèle Vergnon et Lionel Quillet : Encore une fois nous n’envisageons pas de travailler autrement que dans le cadre d’une approche transversale des dossiers qui se présenteront à nous ou que nous souhaiterions défendre, en abordant l’île de Ré dans son ensemble, dans le respect naturellement de ses spécificités. La population, mais également l’ensemble des Maires et de leurs conseillers municipaux pourront compter sur notre détermination, notre volonté de penser un territoire solidaire et notre travail de pédagogie. Dans la plus grande transparence.

A ce titre, les fonds départementaux (OIL) dont disposent directement les Conseillers généraux, même s’ils se réduisent sensiblement, seront désormais répartis équitablement entre les communes.

Le seul sujet sur lequel Léon Gendre et Lionel Quillet n’ont pas soutenu la position de Dominique Bussereau sous ce mandat qui s’achève est celui du transfert de l’aéroport à Rochefort–Saint-Agnant. Quelle sera votre position sur ce sujet ?

Le tandem de l'île de Ré aux élection sdépartementales 2015 (Charente-Maritime) expose sa visionGisèle Vergnon : Ainsi que je l’ai indiqué, il est indispensable, vital même à notre économie touristique, que l’aéroport reste sur le nord de la Charente-Maritime et à proximité de l’île de Ré. Nous défendrons notre position commune sur ce dossier.

Comment allez-vous mener la campagne électorale ?

Lionel Quillet et Gisèle Vergnon : Nous avons prévu dix réunions sur les dix communes de l’île de Ré, du 10 au 20 mars, sur la période de campagne officielle. Nous commencerons par Loix le 10 mars, nous achèverons par Sainte-Marie le 20 mars, les modalités précises seront communiquées début février.

Quels seront vos remplaçants et quel sera leur rôle ?

Lionel Quillet et Gisèle Vergnon : Patrice Raffarin, Maire de Rivedoux- Plage et 1er Vice-Président de la CdC ainsi que Marlyse Palito, première Adjointe au Maire du Bois-Plage en Ré seront nos remplaçants et ils seront associés à notre travail. Nous ferons la campagne à quatre et nous souhaitons que les remplaçants soient beaucoup plus impliqués que les actuels suppléants. D’ailleurs, Dominique Bussereau a manifesté son souhait, s’il est réélu à la présidence du Département, de conférer un vrai rôle aux remplaçants.

Etes-vous confiants sur les résultats de ce scrutin, sur l’île de Ré et à l’échelle départementale ?

Lionel Quillet et Gisèle Vergnon : Ce seront les électeurs qui en décideront ! Cela étant, il est important que chacun se mobilise, car ce vote comporte de forts enjeux, à la fois pour l’île de Ré mais également pour la Charente- Maritime, qui rejoindra à la fin de l’année la nouvelle grande Région. Nos territoires devront être écoutés et leurs spécificités reconnues, dans cette prochaine organisation territoriale.

 

*Le Président de l’UDI de Charente-Maritime, François Drageon, nous a confirmé que son parti ne présenterait pas de candidats sur l’île de Ré, contrairement à ce qu’il fait sur l’île d’Oléron et sur d’autres cantons de Charente-Maritime.

 

Elections départementales 2015 : voir l’interview de Dominique Bussereau et les modalités du scrutin

Voir les articles consacrés aux candidats Marie-Laure Tissandier et Arnaud Kozic (parti socialiste) ; Dominique Bernard et Liliane Dumont (front national)

Propos recueillis par Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • bernard
    Publié le 22 janvier 2015

    Les cantons ont été divisés par 2, la parité fait que nous aurons toujours 2 conseillers généraux.
    En partant de ce principe , que je trouve absurde,pourquoi pas 2 maires par commune, 2 députés par circonscription,
    2 ministres par ministère, 2 premiers ministres et pourquoi pas 2 présidents de la République.

    Répondre
    • marin
      Publié le 3 mars 2015

      en réponse à Bernard, c’est bien ce que dit Lionel QUILLET plus haut.. il était contre la parité pour cette raison….