Culture

Salon du livre de l'île de Ré

L’Île aux Livres 2019 : la 13ème en toujours mieux !

Publié le 24/07/2019

Les vacanciers du mois d’août auront bien de la chance. L’Île aux Livres leur revient pour une treizième édition qui fait déjà date par sa qualité et sa diversité. Avant-première.

La joie de lire

Entre Ré à la Hune et L’Île aux Livres, la relation est de longue date. Et à quelques semaines du salon, c’est toujours un plaisir de voir ces livres qui s’empilent. On les approche, jaugeant leur couverture, en prenant un au hasard pour toucher le grain du papier, ouvrir quelques pages. On le repose pour un autre et encore un autre. Certains semblent déjà familiers, d’autres plus mystérieux. Des sujets font un peu peur, d’autres fascinent. Par lequel commencer ? Peu importe au fond. Sûrs de leur fait, ils attendent d’être lus.

Devant nous s’étirent des heures de découvertes et d’émotions mêlées, allant de la colère face à d’amères réalités, à l’émerveillement devant le délié d’une écriture ou un mot si juste qu’il résonne au plus profond. Des histoires, fictions ou réalités, vont venir habiter notre esprit. Certaines y resteront gravées, ajoutées à toutes les autres, depuis l’ouverture du premier livre, il y a bien longtemps. Voilà tout ce que nous souhaitons aux visiteurs de L’Île aux Livres : d’être encerclés par les livres comme l’île de Ré par l’océan, et qu’ils leur attrapent le coeur. En eux veillent le savoir et un atout précieux : la liberté. De penser, de sentir, d’aimer, de vivre. Et c’est bien de la vie qu’il s’agira dans cette treizième édition. Sous toutes ses facettes et dans tous ses éclats. Portée par des écritures affirmées et d’autres plus neuves, parlée dans les tables rondes et rencontres, partagée pendant trois jours entre auteurs et public.

Hommage aux femmes

Elles seront nombreuses. Écrivaines ou héroïnes de fiction mais aussi de réalité. Parlant de guerre et d’amour, toujours, de souffrances et d’indicibles joies. Militantes, engagées, battantes, déterminées, souples et résistantes comme des roseaux. Évoquer toutes les personnalités et plumes féminines qui ensoleilleront le salon est ici impossible. Les citer toutes ou aucune. Alors une seulement : l’invitée d’honneur Martine Laroche-Joubert, reporter de guerre, réalisatrice, auteure, mère, témoin, symbole. Que l’on peut-être femme envers et contre tout.

Parcours de vie

Autre ligne forte du salon, les chemins de vie, les ornières, les bosses, les soleils d’été et les trous noirs. La vie, fieffée garce et espiègle enjôleuse, qui nous ramène toujours au choix essentiel : elle ou la mort qui ne rôde jamais bien loin, celle des rêves et des espoirs. Charge à nous de relever ses (multiples) défis, de s’appuyer sur ses épreuves pour grandir, de boire à longs traits ses bonheurs. Rage de Vivre, Vies bouleversées… Voilà des intitulés de tables rondes qui en disent long.

Regards sur la société

Bienvenue dans la réalité ! Celle de notre monde qui devra bien, nous le savons, évoluer s’il veut survivre. La société ne peut être absente d’un salon du livre. Source d’inspiration intarissable, pour en dénoncer les pièges et les abus ou l’envisager sous un autre jour, elle dépasse parfois la fiction et on hésite entre rire et pleurer. Le cynisme, politesse du désespoir, pourrait bien s’inviter. Sans amertume mais dans un élan salvateur. Sur de nombreux sujets, c’est maintenant qu’il faut se réveiller.

Deux arrivées attendues

Aux côtés de la littérature, dironsnous, traditionnelle, voilà la bande dessinée et le polar entrés dans le cercle. Ils auront bien sûr leurs tables rondes. La présence de Max Cabanes, Benjamin Benéteau, Fred Bremaud, Christian de Melter et Oliver Jolivet fera le bonheur des connaisseurs. De son côté, le polar sollicitera notamment Franck Bouysse l’auteur du Best-Seller « Né d’aucune femme ». Voilà deux genres qui ont leurs inconditionnels et viendront enrichir le salon de leurs belles personnalités. D’autres surprises nous attendent : une lecture de Marie-Christine Barrault, la projection du premier documentaire de Martine Laroche- Joubert, et en hommage à Epicure, un atelier cuisine.

Alors venez, venez tous, vous qui dévorez les livres bien sûr, mais aussi vous qui les tenez à distance. Osez vous approcher, les ouvrir, les sentir, les emporter : ils vous le rendront au centuple !

Quelques auteurs au hasard

Nelson Montfort, Pierre-Marie Giraud, Philippe Pascot, Brigitte Gothière, Stève Lucas, France Cavalié, Christian Saint-Etienne, Philippe Garenne, Véronique Le Goaziou, Liliane Rovère, Delphine Paquereau, Hyam Zaytoun, Cendrine Genty, Vénus Khouyr-Ghata, Julien Cohen, Emelene Landon, et tant et tant d’autres…

Une personnalité décalée : Jeremstar

Et l’indéfectible parrain du salon… Patrick Poivre d’Arvor.

 

Autre tradition : les prix !
– Prix France Bleu La Rochelle / L’Ile aux Livres : Franck Bouysse « Né d’aucune femme » (La Manufacture de Livres) ;
– Prix L’Ile aux Livres / Palais Royal : Véronique Le Goaziou « Monsieur Viannet » (La Table Ronde) ;
– Premier Prix L’Ile aux Livres, ex-aequo : Joffrine Donnadieu « Une histoire de France » (Gallimard) et Marin Fouqué « 77 » (Actes Sud) ;
– Prix Coup de Coeur l’Ile aux Livres et Prix Ré à la Hune / L’Ile aux livres….
C’est la surprise !
Les prix seront remis aux auteurs sur le salon le dimanche 11 août vers 18h.

 

Tout le programme est sur www.ile-aux-livres.fr

 

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires