Culture

Patrimoine

L’hommage de Saint-Martin à Vauban

La silhouette découpée de Vauban au pied de la porte de Toiras
Publié le 23/01/2024

La municipalité de Saint-Martin a rendu hommage à Vauban, lundi 18 décembre, en inaugurant les nouvelles illuminations de la Porte de Toiras.

Les fortifications Vauban, classées au Patrimoine Mondial de l’Humanité en 2008, par l’Unesco, sont le fleuron de la commune de Saint- Martin qui a décidé de rendre hommage au Grand homme, militaire de génie mais également précurseur des Lumières, en installant sa silhouette au pied de la Porte de Toiras. De plus, une illumination de la Porte de Toiras et d’une partie des fortifications a été instaurée. Il reste à éclairer les deux oreillons entourant le haut de la porte ce qui devrait être réalisé prochainement.

Jean-Paul Goussard, en charge de la communication et de l’éclairage public, expliqua que les éclairages se déclineront en fonction des événements. L’éclairage quotidien propose une lumière blanche qui évoluera vers le rose soutenu pour célébrer Octobre Rose par exemple ou un bleu-blanc-rouge patriotique pour le 14 juillet et les autres événements officiels. Les installations sont à base de Led, qui n’augmenteront pas la consommation en électricité de la commune. Quant à la silhouette de Vauban, il s’agit d’une découpe au laser dans la tôle, posée ensuite sur un socle et au travers de laquelle la lumière passe, la nuit tombée.

Un philosophe à la réflexion dérangeante

Les fortifications élaborées par Vauban témoignent du système de défense mis en place pour protéger la cité des Anglais et de leurs incursions. Mais Vauban n’était pas seulement l’architecte militaire dont nous admirons les oeuvres. C’était également un penseur en avance sur son temps, comme le confirment les écrits qu’il nous a laissés. Cet homme réputé lucide, franc et sans détour, exprima librement son désaccord avec Louis XIV sur certains sujets et en particulier sur la révocation de l’Edit de Nantes de 1685, qu’il estimait désastreuse pour l’économie du pays. Ce qui lui valut des ennuis avec le pouvoir. Homme généreux, partageant sa solde avec les plus démunis, il s’intéressa à une réforme de la fiscalité, insistant sur le fait que des impôts trop lourds étaient contreproductifs et proposa un projet de « dîme royale ». Il suggérait un impôt unique de 10% sur les revenus de tous, noblesse et roi compris. Cette initiative ne fut pas du goût de tout le monde et en particulier de Louis XIV et explique en partie sa disgrâce.

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires