Culture

Présentation et bénédiction

L’Ex-Voto « Le Cat de Hollande » béni à l’église de La Flotte

L’artiste Biniou finalise la maquette dans son atelier de Rochefort, quelques semaines avant son arrivée à l’église de La Flotte.
Publié le 02/08/2022

Mercredi 10 août, Léon Gendre, président du Comité des fêtes de la Saint-Laurent et le Conseil d’administration, ont prévu la présentation et la bénédiction de la maquette du navire de commerce du 17e siècle, au sein de l’église de La Flotte.

Le 9 juillet 2021, Léon Gendre présidait la dernière assemblée générale du Comité des Fêtes de la Saint- Laurent, ayant avalisé la dissolution de l’association. La trésorerie de clôture de 24 018 € a été en partie affectée à la réalisation d’une maquette de la flûte « Le Cat de Hollande » (1665), en hommage aux émigrants rétais, qui partirent – pour la plupart au XVIIè siècle – à bord d’une flûte hollandaise, tenter l’aventure d’une nouvelle vie au Canada.

Un peu d’Histoire

Roger Touton explique : « Dans les premiers mois de 1665, la Compagnie des Indes occidentales s’active à prendre possession de ses territoires et fiefs de Nouvelle-France. Elle s’est obligée à y faire passer quatre cents pionniers. Aussi entre le 23 mars et le 18 avril, le marchand rochelais Pierre Gaigneur enrôle-t-il soixante-huit engagés pour aller travailler à Québec. Et c’est ainsi qu’à la marée du matin du 27 avril « Le Cat de Hollande » quittera La Rochelle pour arriver à Québec le 18 juin. Parmi eux quinze déclarent être originaires de La Flotte… Quand on parle de vingt-neuf Flottais partis on se réfère non pas à ce seul voyage mais à l’ensemble de la période migratoire vers le Canada. Ce fut un choc émotionnel dans notre village, un grand vide creusé dans nos familles que ces départs. »

On dénombre au total 128 jeunes Rétais (dont les 29 Flottais) qui partirent tenter l’aventure, dont deux tiers au XVIIe siècle. La plupart des émigrants, célibataires, signent un contrat d’engagement pour trois ans, au terme duquel on leur attribue une terre en échange de leur travail. Les contrats comprennent la traversée, un salaire annuel et les frais d’un retour éventuel. Ils renoncent à leur part d’héritage dans l’île.

Cette maquette historique, devisée à 18 000 €, a été confiée à l’artisan d’art Bernard Moreau, dit « Biniou », installé à Rochefort, auquel la DRAC a confié de nombreux travaux. Bordée en chêne, mâture en sapin de Norvège et vergues en ébène, présentée à sec de toile, selon côtes et documents renseignés détenus par le Ministère de la Culture, la maquette a été réalisée très fidèlement au plan d’une flûte hollandaise de la seconde partie du XVIIè siècle.

Elle sera exposée dans l’Église de La Flotte où elle rejoindra trois maquettes déjà présentes dans la nef, notamment Le Saint Pierre et La Jeanne, et sera accompagnée d’une plaque des noms des 29 Flottais.

Programme du 10 août, 18h30
– Le mot de Léon Gendre
– Présentation de la maquette
– Le sens des Ex-Voto par Monseigneur Jean-Pierre Samoride
– Bénédiction par l’Abbé Michel Cottereau
– Remerciements par Les Amis de l’église
– Concert par la Chorale inter-Paroissiale et l’Harmonie municipale

Informations recueillies par Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires