Vie politique

Voeux 2013

Les voeux des maires des 10 communes

Publié le 30/01/2013

ARS-EN-RÉ : LOGEMENTS, BÂTIMENTS COMMUNAUX ET VVF VILLAGES

logements sociauxSamedi 12 j a n v i e r , c’est à Ars que se terminait le long marathon des dix cérémonies des voeux communaux. Pour l’occasion, les musiciens du village donnaient l’aubade en faisant patienter la nombreuse foule, les élus, Lionel Quillet président de la CdC et Oliver Falorni, député. D’emblée, le Maire, Jean-Louis Olivier a parlé vie permanente, avec une priorité, le logement social. 14 appartements à la Grange, sont en cours de construction avec l’appui du bailleur Habitat 17. Pour cette opération, la commune a engagé 195 000 euros pour les travaux de voirie qui ont débuté il y a deux mois. Sur le terrain des Brises Marines acheté par la CDC, dans un an ce seront 29 logements de plus dans le village, ainsi qu’une crèche de seize places. Onze bébés sont nés en 2012, « mais nous ne sommes pas encore à l’équilibre » a nuancé le maire en encourageant la natalité.

Dans les grandes réflexions, le devenir des bâtiments communaux : la maison Caillaud et la maison dite des docteurs. À voir le nombre de Casserons se presser, en fin de séance, devant les avant-projets exposés, le sujet captive. Le maire a justifié les choix : fonctionnalité, accessibilité, exiguïté des lieux, confidentialité… La mairie serait déplacée dans la maison des docteurs, l’office du tourisme dans la maison Caillaud, la police municipale dans les locaux actuels de l’office de tourisme, la bibliothèque dans les locaux de l’actuelle mairie, et les Anciens pourraient aller jouer aux cartes dans l’ancienne bibliothèque. Une salle des mariages, de plain-pied et plus facilement accessible serait édifiée entre les deux bâtiments communaux. Vaste recomposition ! Le budget de réhabilitation du tout a été fixé à 1,2 million €.

La volonté d’une gestion en bon père de famille a été soulignée : « Nous ne souhaitons pas nous endetter, sauf a minima ». Une bonne nouvelle : la convention qui liait depuis trente ans la commune à VVF Villages arrive à terme. Fin mars, le terrain et les bâtiments redeviendront propriété communale. Une négociation est en cours afin que l’organisme rachète en pleine propriété. Et puis Ars, un des « Plus beaux villages de France » accueillera l’organisation, entre le 5 et le 7 avril. Cela promet du monde dans la commune !

MB

LA FLOTTE : TIENS BON LA BARRE ET TIENS BON LE VENT !

Sécurité pour la flotteL’échange traditionnel des voeux à La Flotte est toujours une invitation attendue par la population flottaise. La personnalité du maire Léon Gendre ne laisse personne indifférent. « Provocateur, anticonformiste, novateur, naïf, voir imprudent », dit-il de lui-même, « je fais se lever le vent et prends des coups. Mais ma vision de l’île de Ré, mes convictions et ma fermeté ne changeront pas en 2013 ».

Un premier adjoint qui connaît sa partition

Après la brillante ouverture de l’harmonie municipale, Marc Thivenin posait sa trompette sur son pupitre pour prendre sa casquette de 1er adjoint. Il rappelait les réalisations flottaises en 2012, avant que Léon Gendre ne reprenne la parole.

« La France s’enfonce dans la crise, mais la dictature des normes n’a jamais été aussi forte ! La nouvelle année sera difficile, sur le plan économique et politique. Marc Thivenin vous a fait part des réalisations du conseil municipal, qui ont parfois souffert des intempéries et des formalités de tous ordres. Les lois freinent le développement de l’activité économique, les formalités sont tatillonnes, mais l’État peut aussi être le meilleur partenaire, dit Léon Gendre, qui donne en exemple positif : la réalisation du quartier de Bel Air. Avec une ferme volonté les rêves les plus fous peuvent se réaliser ».

La sécurité des Flottais : une priorité absolue !

Après les événements du 29 février 2010, de triste mémoire, La Flotte est inquiète et la détermination municipale est totale sur la protection du village contre la submersion marine.

Côté école du voile nous sommes parés. Nous attendons des décisions pour la construction d’un parapet de 200 m de long et 80 cm de haut au marais. Pour la sécurisation du port et des 15 rues qui sont en contrebas, il est prévu de construire un parapet de 80 cm de haut, de part et d’autre de l’entrée du port qui sera fermé en cas de risque submersion par une porte électrique. Ces projets sont inscrits au PAPI, validés par la commission nationale mixte inondation et le Conseil Général 17. Coût de l’opération 4 792 000 . Les formalités administratives ralentissent considérablement des projets de cette importance dont l’urgence n’est pas à démontrer. Travaux en 2014 ou en 2015 ? Maire de La Flotte jusqu’en mars 2014, conseiller général jusqu’en mars 2015, je vais mettre à profit le temps qui m’est donné pour faire accélérer ces travaux.

Le navire La Flotte vogue sur des eaux tranquilles

D’autres projets verront le jour en 2013 : voirie, zone ostréicole du Préau, la réserve du clos Martin qui redonnera vie à 100 hectares d’agriculture, une réalisation exemplaire…

« Vos élus sont sur le pont et le Maire tient la barre fermement, très fermement ! Le navire la Flotte vogue sur une mer tranquille, après avoir essuyé bien des tempêtes ! Mais n’est ce pas la règle de subir la tempête lorsque l’on fait se lever le vent ? Ma vision de l’île de Ré, portée 36 ans en tant que Maire, 25 ans comme conseiller général, n’a pas changée. L’Île de Ré se doit d’être protégée et l’urbanisation modérée ! Qu’on le veuille ou non, c’est un passage obligé pour demain, pour ceux à qui nous laisserons cette terre. On a souvent tort d’avoir raison trop tôt !

Ce sont les minorités qui changent le monde ! Alors je garde espoir dans ma conception d’une société juste, équilibrée, solidaire et dynamique sans excès.

Des finances saines, assez rares dans notre pays, une marge d’autofinancement qui progresse sans augmentation des impôts communaux, 8 ans sans bouger les taux ! C’est le résultat d’une gestion rigoureuse impulsée par votre maire, mais aussi par tous les élus et collaborateurs, et d’une rigueur budgétaire, sans oublier de porter secours à son prochain ni impulser de nouvelles festivités » dit le Maire.

En 2013 : Un sous-marin au port de La Flotte !

La Flotte tiendra le même rythme de festivités qu’en 2012 : 60 spectacles offerts ! Et en point d’orgue, du capitaine Nemo bien sûr !, le spectacle pyromusical « Site en Scène », le 11 août sur le thème du « Nautilus » de Jules Vernes, avec les voix de Pierre Arditi et Olivier de Kersauson.

ML

LA COUARDE-SUR-MER : VIE PERMANENTE ET DÉFENSE DES CÔTES

station touristiqueSamedi 5 jan v ier , Pa t r i c k Rayton, maire de La Couarde présentait ses voeux de nouv e l le a n n é e aux Couardais. C’était également l’occasion avant d’aborder les projets 2013 de faire un rapide bilan de 2012 en rappelant les travaux du SCoT et en insistant plus particulièrement sur trois événements qui ont fortement marqué la commune.

En premier lieu, le lancement en avril 2012 du PPRL (Plan de Prévention des Risques Littoraux) par le Préfet, rapidement suivi de refus de permis de construire. Situation critique qui avait nécessité la mobilisation et le soutien de Lionel Quillet et de la CdC pour débloquer certaines situations. Puis, l’annonce, en août, de la fermeture de la 4ème classe par l’inspecteur d’Académie. Cette décision résulte du nombre insuffisant d’élèves et d’une offre de logement à loyer modéré trop faible. Enfin la tempête du 16 décembre, qui a fait de gros dégâts. La dune du Peu Ragot a souffert : 80 000 m3 de sable partis en deux jours, mais les interventions auprès de la préfecture ont porté leur fruit et l’enrochement est accepté.

Le classement de La Couarde en station de tourisme apportera en 2013 de nouveaux subsides à la commune. La première tranche de travaux d’aménagement de la mairie étant finalisée, elle sera suivie d’une seconde tranche devant débuter en septembre. Le schéma directeur d’assainissement des eaux fluviales fera l’objet au printemps d’une enquête publique. La date de l’aménagement de la zone du Mail dépendra du niveau des aides obtenues. Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) ayant été révisé, une réunion publique destinée à en présenter les grandes lignes sera organisée. La révision du Plan Local de l’Urbanisme (PLU) se poursuivra avec pour but d’être terminée en 2014. Patrick Rayton a insisté sur le fait que la priorité serait donnée cette année à la défense des côtes et s’est félicité que la CdC et la mairie travaillent dans une osmose indispensable pour avancer.

Lionel Quillet a indiqué qu’il serait de plus en plus nécessaire que la gestion du territoire soit mutualisée. Les dotations de l’État baissent, la Région et le Département ont des difficultés et une commune ne pourra faire face seule aux charges. En conclusion, Lionel Quillet rappela que depuis le 3 janvier, le SCoT, issu de la volonté des élus, était exécutoire et que quiconque s’y opposait ne s’attaquait plus seulement aux élus mais aussi à l’État.

CB

LE BOIS-PLAGE : LE « TRAVAILLER ENSEMBLE »

salle culturelle, canton sudUne foule nombreuse, des majorettes évoluant aux accents de la Banda Loups, un député, des élus venus des communes voisines, tout était réuni pour que le Maire, Jean-Pierre Gaillard, puisse rappeler les moments forts de l’année écoulée et les projets à mettre en place à l’aube de cette nouvelle année 2013.

« En 2013, dans un contexte économique général dégradé, les dotations de l’état tout comme les subventions des Conseils régional et général seront revues à la baisse. Si les communes auront à compter sur leurs propres finances, nous ne baisserons pas les bras pour autant, la commune du Bois- Plage poursuivra l’ensemble de ses projets, et cela sans avoir recours à des hausses d’impôts. Je m’y engage ».

« Soutenir l’activité et la vie à l’année. Une vision réaliste et volontariste. »

Concernant la construction de logements locatifs en partenariat avec la Communauté de Communes, le projet Rochefort 1 est en cours de réalisation. À cette cinquantaine de logements, et bien qu’encore à l’étude s’en ajouteront dix autres (communaux) prévus place de la Liberté et des Droits de l’Homme. Une extension du Clos Marin est également envisagée avec notamment la construction d’un nouveau bâtiment à destination médicale. Une résidence senior étant par ailleurs toujours en projet.

« Le Bois-Plage, c’est aussi six kilomètres d’un cordon dunaire littoral, lequel représente notre protection à l’année. Ces dunes sont fragiles. Il convient donc de les réparer, de les planter, de les protéger. Avec les recettes de l’écotaxe, c’est ce que nous faisons en partenariat avec l’ONF.

Cette même écotaxe devrait même nous permettre d’évacuer le blockhaus de Gros Jonc et de réaménager le parking des Gollandières. D’un point de vue environnemental, nous avons lancé fi n 2012 des actions dans le but d’une part de faire disparaître les friches (et donc de lutter contre le fléau que représente le lapin) et les dépôts sauvages. Des actions qui vont s’accélérer en 2013 avec procédures judiciaires si nécessaire ».

Pour 2013, le Maire annonce la poursuite du programme des travaux de voirie, auxquels 521 000 € ont été consacrés en 2012. Le giratoire du Pas-des-Boeufs devrait même être réalisé d’ici la saison prochaine. D’autres travaux le seront au marché, à la caserne des pompiers, au cimetière, à l’église, en la salle polyvalente pour une réfection du plancher et un meilleur accès aux personnes handicapées. Ces derniers travaux pourraient être en partie pris en charge par la CdC dans sa politique de soutien aux activités sportives.

« L’échelon intercommunal est aujourd’hui indispensable. L’objectif d’un maire en 2013, c’est de servir non seulement une commune, mais tout un territoire. C’est de travailler ensemble ».

Quant au projet d’implantation d’une salle culturelle dans le canton sud, Jean-Pierre Gaillard n’a pas manqué de rappeler au président de la CdC, Lionel Quillet, que la commune du Bois-Plage se situait bien dans le canton sud !

JPP

LOIX : VIE EN DOUCEUR

label CittaslowJeudi 10 janvier, sept Maires à la présentation des voeux du Maire de Loix, on n’avait jamais vu cela ! Jean- Louis Olivier, maire d’Ars était excusé. Avec, en plus, la présence d’Olivier Falorni, député de Charente-Maritime, la boucle était quasi bouclée. « En dix ans, Loix a gagné 92 habitants » se réjouissait Lionel Quillet qui, avec ses 713 personnes recensées en 2010 est à la tête d’une des plus petites communes de l’île. 2012 a été une année de transition : « Nous avons désendetté la commune ». L’ambiance, la qualité de vie et l’état d’esprit de son village sont primordiaux.

L’office de tourisme a largement contribué à l’animation avec les multiples activités tout au long de l’année. En 2013 Loix sera candidate au label CittaSlow, significatif de « vivre doucement ». Un autre projet majeur pour le village va dans ce sens. Sur le site de l’ancienne colonie P&T, la CDC prévoit la construction en plein centre de Loix, d’une vingtaine de logements à caractère social, « destinés à vos parents, vos enfants, vous… », sans étage, de plain-pied, avec chacun un jardin. En mars, sera lancé le permis de construire. Les travaux extérieurs de l’église sont terminés. Les dons des particuliers et des entreprises et l’abondement de Fondation du Patrimoine ont été salués. L’antenne de la radio posée sur le château d’eau, ce qui était souhaité de longue date par les riverains, va être déplacée à La Flotte, aux Évières. Pour les antennes de téléphone, une discussion est en cours avec les opérateurs, afin de trouver les lieux adéquats pour une nouvelle installation. Le permis de construire du complexe sportif situé au village artisanal a été lancé. La passerelle derrière le port est fermée jusqu’en mars. Très détériorée, sa réfection démarre.

Toujours en référence à Xynthia, mauvaise nouvelle pour les campeurs sur parcelles privées. Le dernier jugement rendu leur est défavorable. « Je ne lâcherai jamais sur la sécurité. Ils seront systématiquement verbalisés » a martelé le Maire. Il est aussi longuement revenu sur le niveau 3 de reconstruction des digues et le PPRL (Plan de Prévention des Risques Littoraux).

MB

LES PORTES-EN-RÉ : TRAVAUX, CONCERTATION ET LIEN SOCIAL

salle des maraisEn 2013, plein de choses prévues, même si nous avons dû mettre le ralenti, compte tenu de la conjoncture » affirmait le Maire Christian Bourgne, samedi 5 janvier, au début de la cérémonie des voeux. En s’appuyant sur quelques fiches, il a parlé construction, démolition, finalisation. Deux chantiers majeurs vont aboutir : la salle des marais de la Prée, lieu de rendez-vous pour les fêtes, et le camping dont la deuxième tranche démarrera fin septembre. En cours, la reconstruction des ateliers municipaux et la réfection des appartements du patrimoine communal, à côté de la poste, qui seront proposés à la location. Le club house du tennis club du bout de l’île est en démolition, il sera réédifié : « Il va permettre de dynamiser l’école de sport » a affirmé le Maire.

Côté voirie, la réfection de la ruelle des Bergeronnettes, sera le dernier projet de revitalisation du centre bourg. Les protections des entrées de plage vont être rehaussées. Parlant du PLU (Plan Local d’Urbanisme), il a invité la population à la concertation : « Avec toutes les péripéties du SCoT, nous avons bien fait d’attendre pour le lancer. Nous en avons pour près de deux ans de travail avec vous ». Pour le Plan Communal de Sauvegarde, quelques résidents ont participé à des séances de travail. Le document doit être validé par la Préfecture.

Avec le recrutement d’un chef des services techniques, l’organisation des services de la commune sera bouclée. Au plan de la vie interne du village, il a salué le travail mené par le CCAS, et le personnel qui a suivi des formations. Il a aussi mis fin à la rumeur infondée concernant la fermeture de la crèche. 23 associations oeuvrent. « C’est énorme pour une petite commune. Elles sont le lien social, imaginez ce que serait le monde sans elles et les bénévoles ! ». Aux quatre familles qui ont eu un bébé en 2012 un cadeau a été offert, « afin d’encourager la natalité ». Un maître-mot revenait dans les interventions d’Olivier Falorni, député de la Charente-Maritime et de Lionel Quillet, président de la CDC, présents : faire ensemble, mieux vivre ensemble. Tous deux soulignaient aussi : « La vie permanente de ceux qui habitent ici doit être protégée ».

MB

RIVEDOUX-PLAGE : LA POSITIVE ATTITUDE !

jeunesse, écoles Investir dans la jeunesse, c’est investir pour l’avenir

Pour ouvrir la cérémonie des voeux, le maire de Rivedoux-Plage, Patrice Raffarin, a tenu à mettre à l’honneur les élèves de la classe de CE2 de l’école élémentaire, lauréats du rallye des mathématiques, l’équipe enseignante, le directeur de l’école primaire Olivier Friloux, les associations et bénévoles partenaires de l’école. Une reconnaissance méritée pour l’école de la République, soutenue par la mairie, la communauté de communes de l’île de Ré, les associations partenaires.

Une vie communale participative

« L’année 2012 nous a montré la réalité sociale et humaine de la crise fi nancière, économique et environnementale, dit Patrice Raffarin. Malgré la diminution des subventions de l’État, la municipalité de Rivedoux- Plage a tenu ses programmes de travaux : voirie, réseau pluvial, entretien d’espaces verts, travaux routiers, protection des côtes, zone artisanale…

Cinq labels sont venus récompenser le travail d’une équipe solide, d’un village qui bouge, des habitants qui s’engagent autour de valeurs humanistes. » Villes et villages fleuris, terre saine, démarche qualité des eaux de baignade, tourisme et handicap, station classée de tourisme, certifient la qualité de vie à Rivedoux-Plage. « Notre commune a une situation fi nancière saine, poursuit Patrice Raffarin qui résume le bilan de son équipe en précisant que la feuille de route présentée en 2008 est réalisée, et même au delà de ce qui était initialement prévu !

On ne peut pas prédire l’avenir, mais on peut le définir

« En 2013, prenons le parti du positivisme, de l’optimisme et de la confi ance pour construire un village pour tous. Soyons les acteurs de notre futur », a déclaré Patrice Raffarin. Les travaux des « box » commerciaux débutent sur la place de la République tout comme ceux du marché couvert, l’embellissement de la Corniche, la promenade Théodore Porsain, le port, les digues, des 11 logements des Breuils, le quartier du château… et bien d’autres projets qui seront présentés et suivis dans le cadre des réunions programmées avec la population.

Agir avec cohérence dans le cadre d’une politique communautaire

« Approuvé par 18 conseillers communautaires sur 20, le SCoT, qui ne fait pas l’objet de recours de la part de l’État, est désormais exécutoire. Nous avons ensemble la volonté d’oeuvrer pour la vie permanente, en préservant l’environnement. Notre POS sera transformé en PLU dans les prochains mois. » Patrice Raffarin rend au passage un coup de chapeau pour le travail et l’engagement du Président Quillet, et donne un coup de griffes à la minorité de ceux qui font du « harcèlement textuel », au nom de la défense d’intérêts privés et non de l’intérêt général des Rétais.

Le pont gratuit : jamais !

Courte et forte intervention de Lionel Quillet, placée sous le thème de la solidarité intercommunale des élus et de la population. « Les combats sont rudes », dit en conclusion Lionel Quillet, « mais le travail d’équipe se fait, le SCoT est exécutoire… l’île de Ré est bien partie. Malgré les pressions et les diffi cultés quotidiennes, je suis optimiste. »

ML

SAINT-CLÉMENT-DES-BALEINES : PROTECTION DE LA POPULATION ET DES CÔTES

protection des côtesC’est devant une salle communale pleine, que Gilles Duval a présenté avec sa verve sarcastique, ses voeux à ses concitoyens samedi 12 janvier. Il commença par informer l’assistance de la remise de la médaille d’or du civisme à la commune par l’ADAMA (association des anciens maires et adjoints) en raison de l’excellent score de sa participation (79,7 %) aux dernières élections. Ce taux l’a positionnée en tête de sa catégorie parmi les communes de 500 à 1 000 habitants en Charente-Maritime. Autre sujet de réjouissance, les naissances qui sont passées de 1 en 2011 à 5 en 2012.

Avant de s’engager dans la lecture des réalisations 2012, il indiqua que la municipalité avait fait ce que « l’association » (comprendre l’Association pour la protection des sites de Saint-Clément-des-Baleines…) ne l’avait pas empêché de faire. Précisant néanmoins, avec un sourire ironique, que 5 des recours faits par cette association avaient été rejetés par le tribunal en 2012. Les préoccupations essentielles de Saint-Clément concernent la vie permanente et la protection de la population et des côtes. Côté Moulin Rouge la réalisation dépend du PPRL (Plan de Prévention des Risques Littoraux) et si les permis de construire relatifs à cette zone ont été déposés, Gilles Duval sait que rien ne sera simple et « qu’il faudra se battre pour la hauteur des aléas que la préfecture nous indiquera ». Le plan de sauvetage communal quant à lui a été établi, un groupe électrogène acheté ainsi que des sirènes et haut-parleurs à installer sur les voitures. Lionel Quillet rappela que pratiquement tout le canton nord était concerné par le PPRL et qu’à l’avenir, il faudra intervenir et batailler pour obtenir des réponses acceptables concernant, entre autres, la zone d’activité du Moulin Rouge, réponse essentielle à la vie permanente. Il axa son intervention sur les digues expliquant qu’actuellement le problème n’était pas financier mais tout bêtement qu’on ne pouvait pas faire une digue sans l’accord de l’État.

Or les procédures administratives sont longues, difficiles et éventuellement remises en cause pour des problèmes de dates et de délais. Seule la digue du Boutillon sera traitée cette année pour un coût de 10 millions d’euros. Le président de la CdC expliqua que même s’il était dramatique, ce dont il avait bien conscience, le cas de La Conche était différent : « lorsqu’il n’y a pas de risques immédiats à la personne c’est au propriétaire de défendre son terrain, donc à l’ONF (Offi ce National des Forêts) c’est-à-dire à l’État. C’est donc l’État qui doit réparer or il n’est pas en train d’investir. Mais nous allons nous battre pour trouver une solution. »

CB

SAINT-MARTIN-DE-RÉ : DES RÉALISATIONS IMPORTANTES EN 2013

Des problèmes de parkingsC’est devant un aréopage d’élus et de personnalités que Patrice Déchelette ouvrit la cérémonie des voeux ce 12 janvier, salle Vauban. Avant d’énumérer la longue liste de travaux réalisés en 2012 et, malgré finances de la commune sont saines depuis plusieurs années. Les importants travaux de voirie réalisés en 2012 sont terminés (la rue de l’Hôpital entre autres), d’autres grands chantiers en cours seront finalisés (halle des sports, gendarmerie) et de nouveaux seront entrepris en 2013 dont le parking de la Courtine, le transfert du transformateur depuis le quai de la Poithevinière jusqu’à la place de la Poterne, la rue du Rempart et la clôture du camping. Tous les financements de ces grands chantiers ne sont pas pour autant bouclés. Patrice Déchelette rappela que sans l’aide de la CdC certaines opérations ne pourraient être menées à bien. Pour exemple, le montant des travaux de la halle des sports s’élèvent à 2,8 millions d’euros, 700 000 € proviennent de la CdC, 114 000 € (moitié moins que ce qui était prévu) du Conseil général. La municipalité attend encore la réponse de la Région ainsi que la participation de la DETR.

L’épineux problème de la circulation et du parking des voitures dans la capitale s’est nettement amélioré, les mesures mises en place donnent des résultats satisfaisants. Innovation oblige, les PV sont désormais électroniques ! Discrètement mais efficacement, la municipalité de Saint-Martin avance. C’est ainsi que la vidéosurveillance, dont le but n’est pas de fliquer les gens mais d’être dissuasive, se met en place, que la qualité des eaux de baignade et de celles du port est surveillée, que des économies d’énergies sont réalisées à la mairie et dans les écoles. Saint-Martin possède désormais un bel outil de travail avec le nouvel Office de Tourisme, sa table numérique et son bureau réservé aux transports. Le résultat a été immédiat : plus de 20 % de fréquentation en 2012. Côté culture et loisirs, la municipalité s’efforce de miser sur de bonnes animations (Festivals de jazz, des Arts actuels,Musique en Ré, Fashion Night Couture, Sites en Scène…) et d’en trouver de nouvelles tout en conservant à Saint-Martin un équilibre entre festivités et tranquillité.

Lionel Quillet a rappelé que la CdC aiderait chacune des communes de l’île de Ré qui seules ne pourraient s’engager dans de grands chantiers. Il a précisé que pour la commune de Saint-Martin, la CdC investissait 9 millions d’euros entre la halle des sports, les 70 logements sociaux dont l’importance est capitale pour la vie permanente et la gendarmerie.

CB

SAINTE-MARIE-DE-RÉ : DES PROJETS DIFFICILES MAIS QUI VERRONT LE JOUR

antiocheC’est dans un g y m n a s e comble que s’est déroulé le 6 janvier la cérémonie des voeux de Sainte-Marie. Après avoir souhaité ses voeux aux Maritais, Madame le Maire a repris, en les commentant, les travaux réalisés au cours de l’année précédente. Concernant le Cours des écoles à La Noue, elle a profité de la présence de Léon Gendre pour lui demander son aide afin de débloquer les fonds promis par le Conseil général.

La place d’Antioche figure parmi les grands chantiers 2013. Gisèle Vergnon indiqua que les travaux reprendraient dès le 7 décembre et que la salle provisoire ouvrirait ses portes en avril prochain comme prévu. À propos de la zone artisanale des Clémorinands, projet qui est bien intégré au SCoT, elle précisa que le fait qu’elle soit dans un site classé n’empêchait pas la construction et qu’il est impératif d’aller de l’avant pour conserver des emplois et répondre aux nombreuses demandes d’artisans. L’étude de faisabilité sera donc lancée en février. Quant au bassin d’irrigation, le projet est actuellement bloqué car la qualité de l’eau en sortie de station est médiocre. Or les maraîchers souhaitant s’installer sur ces terres auront besoin d’une eau de qualité « A », i.e. de première qualité. La station d’épuration, à la différence de celle de La Flotte, nécessite la création d’un bassin tampon qui n’était pas prévu lors des premiers chiffrages. L’investissement est important (1,2 million d’euros) et Gisèle Vergnon tient à s’assurer que les solutions proposées sont les bonnes avant d’engager les finances de la commune.

Enfin déclarait-elle « il faut en permanence trouver un équilibre entre le prévu et le réalisable, le nécessaire et le superfl u et avoir le souci de l’intérêt général. Notre chance est d’avoir une CdC solidaire et active. » Lionel Quillet, suivant le fil rouge de ses différentes interventions lors des voeux dans les communes confirmait « Il n’y aura pas de solution à être seul. Nous sommes obligés de mutualiser nos efforts et nos ressources. (…) Je félicite Gisèle Vergnon pour l’ensemble de ses projets car il faut continuer à avancer malgré les difficultés. La CdC sera aux côtés des communes et interviendra partout où elle le peut. »

Trois associations reçurent des mains de Mme le Maire, le trophée de Sainte-Marie pour leur implication dans la vie de la commune : La Tête dans les Nuages, Les Loisirs Créatifs Maritais et Le Vestiaire.

CB

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires