Vie politique

Stratégie communautaire

Les grandes lignes du projet de territoire

© Nathalie Vauchez
Publié le 21/07/2020

Après avoir été réélu pour un 3e mandat, Lionel Quillet a évoqué les huit axes prioritaires du projet de territoire qu’il entend proposer aux délégués communautaires.

Parmi les priorités de ce mandat, le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) approuvé en décembre dernier, sera modifié afin d’être amélioré et corrigé des inévitables coquilles qui émaillent un tel document, très lourd. Ces modifications, déjà en cours, donneront lieu à une nouvelle approbation du PLUi en février 2021. Une révision du PLUi sera également lancée début 2021, pour une approbation en 2023, le but étant notamment une réappropriation du document par les élus en place.

Protection des côtes et mobilité, deux dossiers conjoints à la CdC et au Département

Autre grand dossier, celui de la protection des côtes : les derniers chantiers du PAPI 1 (Plan d’actions de prévention des inondations) concernant La Couarde (en cours), Sainte-Marie (Montamer), Saint-Martin (Le Port) et Rivedoux (Corniche) vont être lancés. Le PAPI 2 qui vient d’être validé par la CMI (Commission Mixte Inondation) le 2 juillet dernier (lire Ré à la Hune 207 et sur www.realahune.fr) sera mis en oeuvre durant ce mandat : il concerne principalement le Fier d’Ars et les façades maritimes St Clément/ les Portes. Les travaux d’entretien et le travail sur l’érosion seront poursuivis avec l’Observatoire du Littoral.

L’avenir de l’île de Ré se jouera aussi autour de la Mobilité : la voie Sud de Rivedoux en site propre et prioritaire du Pont jusqu’à Sainte-Marie – et idéalement jusqu’au Bois-Plage – ainsi que la 3e voie du Pont font partie des sujets prioritaires aux yeux de Lionel Quillet, de compétence départementale mais en lien avec la CdC. Le réseau des pistes cyclables sera aussi pensé dans une logique de mobilité (déplacements professionnels ou utiles) et pas seulement de loisirs.

Logement social, circuits courts et Très Haut Débit

Au coeur de la vie permanente, l’objectif est d’arriver à 2000 logements à loyers maîtrisés avec les Communes dont 400 communautaires. Les nouveaux bâtiments seront livrés : La Maline, AquaRé en 1re partie de ce mandat, et le devenir du bâtiment du Quai de la Criée à Ars doit faire l’objet d’une réflexion. Enfin, le président Quillet souhaiterait construire un Pôle social de proximité au Bois- Plage, sur le grand terrain situé entre la Coopérative et l’entrée du Bois. Il aimerait y transférer l’école de Musique (à l’étroit actuellement), et y intégrer des infrastructures et activités pour les jeunes et adolescents. Pour cela, il faudra que les élus communautaires votent en faveur de la prise de compétence Adolescence.

Au plan économique, le Très Haut Débit, en cours d’installation sur l’île de Ré sous l’égide départementale, ainsi que le télétravail devraient attirer un certain nombre d’installations sur l’île. La création de la Zone artisanale de Sainte-Marie est aussi dans les tuyaux, ainsi que l’élaboration d’un Schéma de Développement Economique et Touristique.

En matière d’Agriculture et de circuits courts, le président aimerait que soit créée une plateforme des acteurs locaux, avec mise à disposition d’un bâtiment dédié à la vente. La carte foncière CIGALE, visant à répartir le foncier disponible entre activités primaires dans le respect de la biodiversité et de la préservation des espaces, sera à compléter.

Vers un territoire vertueux

Autre gros sujet intercommunal, à l’origine de la création du SIVOM, ancêtre de la Communauté de Communes : la gestion des ordures ménagères. Reconstruction du centre de transfert, déplacement de la déchetterie du Bois aux Gachettes, relance du marché de collecte arrivant prochainement à échéance, sensibilisation aux bonnes pratiques pour une réduction des déchets, voire création d’une recyclerie, constituent les principaux sujets. Le président souhaite que l’île de Ré passe un cap en matière d’écologie, de transition énergétique, d’urbanisme pour aller vers un territoire vertueux, en lien avec le Schéma de Développement Durable.

 

Des élections très consensuelles à la CdC

Jeudi 9 juillet 2020 après-midi avait lieu l’installation du nouveau Conseil Communautaire, composé de 28 délégués issus des dix communes de l’île de Ré.

Lionel Quillet (Maire de Loix) a été sans surprise réélu président de la CdC pour un 3e mandat, avec 23 voix sur 28 et Patrick Rayton (Maire de la Couarde) 1er vice-président avec 27 voix sur 28. Le 1er VP aura la charge du littoral et du suivi des PAPI (plan d’actions de prévention inondation), l’urbanisme : plan de planification avec le PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal) & l’instruction des permis de construire, ainsi que la gestion des travaux.

Ont ensuite été élus (tous les viceprésidents ont le même rang, hormis le 1er VP) : Gisèle Vergnon (Maire de Sainte Marie) à l’Environnement et au Développement Durable (24 voix), Patrice Déchelette (Maire de Saint-Martin) pour l’Administration et les Finances (26 voix), Danielle Petiniaud-Gros (Maire d’Ars) pour la Petite Enfance, la culture et le patrimoine (27 voix), Gérard Juin (Maire du Bois-Plage) pour l’Enfance, le jeunesse et le sport (23 voix), Lina Besnier (Maire de St Clément) pour la Mobilité (26 voix), Jean-Paul Héraudeau (Maire de La Flotte) pour la Gestion des déchets (27 voix), Alain Pochon (Maire des Portes) pour le Développement économique (27 voix).

Le Bureau de la CdC sera composé du Président, des 8 Vice-Présidents, et du Maire de Rivedoux-Plage (Patrice Raffarin, 25 voix) qui ne s’est pas vu proposer de vice-présidence, du fait des différends qui l’ont opposé à Lionel Quillet lors du précédent mandat, notamment sur le PLUi, sur lequel les élus rivedousais ont voté défavorablement. Image symbolique qui ne lui a pas échappée, Patrice Raffarin s’est vu attribuer l’ancienne place de Léon Gendre autour de la table communautaire… L’ensemble des 10 communes seront toutefois bien représentées au Bureau de la CdC, ce qui paraît essentiel.

Si la parité n’est pas encore atteinte, le nombre de femmes vice-présidentes de la CdC est passé d’une femme au précédent mandat à trois sous ce nouveau mandat (sur huit), puisque trois femmes ont été élues à la tête de leur commune : Gisèle Vergnon à Sainte-Marie (3e mandat de Maire), Danièle Petiniaud-Gros à Ars-en-Ré et Lina Besnier à Saint- Clément des Baleines.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires