Nature

Schéma départemental des espaces naturels sensibles 2019-2029

Les Espaces Naturels Sensibles au cœur des politiques environnementales de Charente-Maritime

Publié le 18/06/2019
Noter cet article

Lionel Quillet a présenté vendredi 7 juin les grandes orientations en matière d’acquisition, de gestion et de valorisation des espaces naturels sensibles du Département pour les dix ans à venir.

En conclusion du voyage d’études au coeur du Marais de Brouage effectué par l’association des journalistes de l’environnement, le premier vice-président du Département a mis en avant le volontarisme de la politique départementale en matière d’environnement ancrée depuis plusieurs décennies en Charente-Maritime.

Cette action s’inscrit notamment en partenariat avec différentes structures publiques et associatives comme l’ont illustré d’exemples précis Estelle Kerbiriou, agent de la Direction de l’environnement et de la mobilité du Département et Patrice Belz, Délégué de Rivages Centre-Atlantique du Conservatoire du littoral.

La Charente-Maritime regorge de sites emblématiques, révélateurs de la richesse exceptionnelle de son patrimoine naturel et paysager (îles de Ré et d’Oléron, marais de Rochefort et de Brouage, vallée de la Charente, façade de l’estuaire girondin, marais poitevin, forêt de Saintonge…). Ces richesses font cependant face à de multiples pressions, qui vont de pair avec le fort dynamisme économique et démographique de notre territoire. Ainsi depuis quarante-cinq ans, le Département mène une politique forte en matière de préservation et de mise en valeur de ses espaces naturels et de ses paysages.

Fort du bilan de cette politique, il a élaboré un Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles (SDENS) pour la période 2019-2029 en concertation avec les acteurs de l’environnement et les Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) de la Charente-Maritime. Ce schéma a été voté par l’Assemblée Départementale en octobre 2018.

Les espaces naturels sensibles en Charente-Maritime

Depuis la loi du 18 juillet 1985, et depuis plus longtemps pour certains, les Départements mettent en oeuvre la politique « Espaces Naturels Sensibles » qui poursuit un double objectif : la protection et la valorisation du patrimoine naturel ainsi que l’aménagement et l’ouverture au public des sites à des fins pédagogiques.

Cette compétence, confirmée par la loi NOTRe et la loi pour la reconquête de la biodiversité et des paysages, est pour les Départements un levier important permettant de répondre à de nombreux enjeux tels que l’urbanisation croissante, la préservation des paysages et de la biodiversité, la demande sociale d’accès à des espaces naturels pour y pratiquer des loisirs, l’éducation à l’environnement…

La Charente-Maritime est dotée d’un patrimoine naturel exceptionnel soumis à une forte pression touristique, notamment sur le littoral et les marais. Afin de préserver et mettre en valeur ce patrimoine et ses paysages remarquables, le Département a lancé, dans les années 70, une politique de préservation et d’aménagement des Espaces Naturels Sensibles, en partenariat avec le Conservatoire du Littoral.

Depuis la première acquisition en 1972 de la forêt de Benon, il a ainsi acquis près de 3000 hectares de foncier, la maîtrise foncière puis l’aménagement de sites constituant le fondement de sa politique. Est ainsi né en 1995 le réseau des quatorze Pôles Nature.

La montée en puissance de cette politique, doublée d’une augmentation importante du budget avec le passage de la taxe d’aménagement à 2% (choix du taux maximum) a conduit le Département à redessiner sa politique des Espaces Naturels Sensibles pour les dix ans à venir en votant en 2018 son Schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles.

2019-2029 : un schéma ambitieux fondé sur le partenariat

Lancée en 2016 et organisée en trois phases : état des lieux, analyse de la situation puis définition de la stratégie et du plan d’actions l’étude a été menée en étroite concertation avec l’ensemble des partenaires et acteurs du territoire*.

Pour définir son réseau de site Espaces Naturels Sensibles (ENS), le Département a identifié sept grandes zones à forts enjeux naturels et paysagers : Les habitats côtiers, les axes des fleuves et des zones humides intérieures, les habitats et espèces de type méditerranéen, les grands sites paysagers, la trame verte forestière, le rôle écologique, paysager et culturel du calcaire et enfin la fonctionnalité écologique des systèmes agricoles

À partir de ces grands enjeux, il a défini et délimité, avec ses partenaires, un réseau de cent-trente sites ENS.

Ceux-ci présentent des caractéristiques de richesse écologique et paysagère et ont un périmètre qui permet d’en maîtriser la gestion. Parmi eux, cinquante sites « actifs » sont pilotés par le Département et les partenaires capables de coordonner, dès 2019, leur gestion et leur valorisation dont quatorze disposent de « Maisons de sites » : les Pôles-Nature. Sur l’île de Ré cinq sites font partie des cinquante sites actifs et sont pilotés par différentes instances (lire encadré).

Une intervention renforcée et davantage cadrée

Le cadre d’intervention du Département évolue en matière foncière, de gestion, de valorisation et d’ouverture au public des sites ENS.

Le Département entend renforcer le volet foncier avec un appui formalisé aux acquisitions portées par Le Conservatoire du Littoral et le Conservatoire Régional des Espaces Naturels, l’acquisition de parcelles sur les sites ENS pour renforcer les unités cohérentes et le maintien de l’objectif de lutte contre les parcelles campées dans les îles.

Il a aussi l’intention de lancer des études de connaissance et de suivis scientifiques sur les sites ENS et prévoit la mise en place d’un plan de gestion définissant les modalités d’entretien et de valorisation de chaque site ENS du réseau : il n’est pas tout de préempter, il faut gérer ensuite..

En matière d’aménagement et de valorisation des sites ouverts au public, des modalités vont être définies pour les quatorze Pôles Nature du département et une animation renforcée va être mise en place par des acteurs de l’Éducation à l’Environnement et au Développement Durable.

Pour mobiliser et mieux communiquer, un nouveau mode de gouvernance est prévu pour assurer le suivi de la politique, associant l’ensemble des partenaires du Département, tout comme la création tous les deux ou trois ans d’une « Conférence des partenaires » et la définition d’une politique d’aide financière en direction de ces partenaires.

Une communication renouvelée et rajeunie

Plusieurs acteurs et partenaires des actuels Espaces Naturels Sensibles/ Pôles Nature de la Charente-Maritime ont choisi la marque Echappées Nature, « pour évoquer auprès du grand public, ce que la nature peut offrir, ce qu’elle promet : un moment d’évasion, une parenthèse naturelle, un temps ailleurs, un peu comme une école buissonnière… »

Le graphisme et la nouvelle identité graphique misent sur la simplicité et le naturel. C’est la première étape d’un travail en cours d’élaboration, autour de la promotion des ENS de la Charente-Maritime et de ses politiques environnementales. L’ensemble des outils de promotion (offres, signalisation, signalétique, boutique, communication…) devrait être révélée lors du lancement de la saison 2020.

*Les EPCI, les services de l’État, la chambre d’Agriculture, l’Université de La Rochelle, des représentants de la propriété forestière, le Forum des Marais Atlantiques, le Conservatoire du Littoral, le Conservatoire Régional des Espaces Naturels, le Conservatoire Botanique Sud Atlantique, les Agences de l’Eau, le Parc Naturel du Marais Poitevin, de nombreuses associations (LPO, NE17, CPIE, Biosphère Environnement, OBIOS…) et fédérations (chasse, pêche), des syndicats de marais et de rivières…

 

Les Sites ENS actifs de l’île de Ré

– Fier d’Ars : Conservatoire du Littoral et CdC de l’île de Ré

– Pointe de Sablanceaux : CdC de l’île de Ré et CD 17

– Dunes du Littoral Sud : ONF et CD 17

– Forêt du Nord de l’île de Ré : ONF et CD 17

– Ile de Ré Le Défend : Conservatoire du Littoral

 

Les dates clés

1974 Mise en place de la politique des périmètres sensibles sur une bande de 300 mètres de large le long du littoral pour lutter contre le morcellement des espaces naturels, couvrant 68 280 hectares.

1975 Création du Conservatoire du Littoral et des rivages lacustres.

1977 Application de la taxe départementale des Espaces Naturels Sensibles (TDENS) sur les communes de la frange littorale ; création des premières zones de préemption.

1978 Définition d’une politique d’intervention concertée avec le Conservatoire du Littoral et les communes.

1980 Extension des périmètres sensibles à la quasi-totalité des cantons littoraux.

1983 Affinement de la politique d’acquisition foncière par le Département afin de réaliser des actions plus ciblées et d’éviter la constitution d’un patrimoine trop morcelé. 1985 Loi de décentralisation instituant officiellement la possibilité pour les Départements d’instituer une politique de protection et de gestion des espaces naturels sensibles.

1990 Développement du tourisme vert, articulation des ENS avec les circuits de randonnées, les sentiers littoraux et les pistes cyclables.

1995 Création du label des Pôles Nature.

1999 Instauration de la perception de l’écotaxe sur le pont de l’Ile de Ré.

2002 Application la TDENS à l’ensemble du territoire de la Charente-Maritime (20/12/2002).

2012 Instauration de la taxe d’aménagement en lieu et place de la TDENS (01/03/2012).

2015 Élaboration d’un schéma départemental des véloroutes, voies vertes et randonnées permettant de définir le périmètre et les modalités des interventions du Département sur les chemins de randonnées et de balades, un des axes d’ouverture au public des espaces naturels sensibles. 2016 Lancement de l’étude pour l’élaboration du Schéma départemental des espaces naturels sensibles (SDENS) de la Charente-Maritime.

 

NV et CP

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires