Nature

Ré Nature Environnement

Groupe de globicéphales noirs dans le pertuis Breton. © ZZ Greg RNE 17

Les cétacés victimes de la pression exercée par l’activité humaine en mer

Groupe de globicéphales noirs dans le pertuis Breton. © ZZ Greg RNE 17
Publié le 08/09/2015

Ré Nature Environnement a fêté à l’ANCRE Maritaise les 25 ans d’activité du Réseau National d’Echouages (RNE) dans l’île de Ré, avec une conférence de Vincent Ridoux, directeur de l’Observatoire Pélagis de l’Université de La Rochelle, centre de recherche sur les oiseaux et mammifères marins.

Ceci en présence d’une soixantaine de participants, dont l’une des filles du Docteur Raymond Duguy, qui créa le centre national d’étude des mammifères marins, mis en place les réseaux de correspondants et dirigea le Museum d’Histoire Naturelle de La Rochelle de 1961 à 1992.

Un hommage a aussi été rendu au remarquable travail que réalisent sur le terrain Grégory Ziebacz et Jean-Roch Meslin, acteurs historiques du réseau sur l’île de Ré, et présents dans la salle.

Après un discours d’ouverture de Gisèle Vergnon, maire de Sainte- Marie, Grégory Ziebacz a, en introduction, projeté nombre de photos de mammifères marins prises sur les plages ou au large de l’île de Ré depuis 25 ans et a rappelé combien il est important que chacun envoie ses photos prises au hasard de ses découvertes – les iPhone permettent de prendre nombre de photos sur le vif – aux scientifiques et pas seulement aux médias, en précisant le lieu et l’heure de la prise de vue.

Jeune phoque gris se reposant sur un banc de galets à la Pointe des Baleines. © ZZ Greg RNE 17

Jeune phoque gris se reposant sur un banc de galets
à la Pointe des Baleines. © ZZ Greg RNE 17

La conférence de Vincent Ridoux « mammifères marins : les enjeux » fut l’occasion d’expliquer le travail de suivi des échouages et de sensibilisation à l’état des populations de mammifères marins dans le golfe de Gascogne. En 2013, plus de 1200 cétacés se sont échoués sur le littoral français, victime de la pression exercée par les activités humaines en mer. Les scientifiques distinguent trois types d’espèces : les espèces « emblématiques » qui suscitent la mobilisation du public, les espèces « parapluie » qui contribuent à la protection de l’ensemble d’un écosystème et les espèces « sentinelle » qui permettent d’observer certains compartiments marins. Les objectifs de conservation sont évidemment d’éviter l’extinction des espèces, de maintenir les fonctionnalités des écosystèmes, de maintenir des populations prospères et enfin d’éviter la fragmentation des distributions.

L’Observatoire Pélagis rochelais coordonne pour tout le littoral métropolitain et d’outre-mer le Réseau National d’Echouages. Plus de 300 membres issus d’associations ou d’institutions et des particuliers recueillent de multiples informations sur les animaux échoués, morts ou vivants (espèces, biométrie, causes de la mort…) et réalisent des prélèvements. L’Observatoire Pélagis alimente ainsi des bases de données nécessaires à la réalisation de programmes d’études en France et à l’international ainsi qu’une banque de prélèvements biologiques. Les principales actions concernent le suivi de l’abondance et de la démographie, la détermination de la distribution et des habitats critiques ainsi que l’estimation des paramètres biologiques des mammifères et oiseaux marins.

Après avoir exposé le suivi des espèces emblématiques comme le grand dauphin, aperçu régulièrement dans les pertuis charentais et évoqué le groupe de 80 globicéphales noirs, une espèce Atlantique mal connue, étudié depuis une quinzaine d’années, cet anniversaire a été l’occasion de remercier les usagers de la mer et observateurs des pertuis pour leur précieuse contribution.

Une exposition permanente « Tortues et mammifères marins autour de l’île de Ré » dans la salle Raymond Duguy (fondateur du Réseau d’Echouages) permet au public de découvrir de belles photos dont des nouveautés comme un jeune tursiops ou encore un jeune globicéphale devant sa famille. Les mammifères y sont représentés à taille réelle.

 

N’hésitez pas à signaler au 05 46 44 99 10 tout échouage de mammifères marins et toute observation de mammifères marins au large de l’île de Ré.

 

Les animaux marins sont souvent victimles d'échouages sur l'île de Ré et aux abord (ici, une tortue luth). © ZZ Greg RNE 17

Jeune phoque gris se reposant sur un banc de galets
à la Pointe des Baleines. © ZZ Greg RNE 17.

 

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires