Nature

Reportage animalier

Les Bécasseaux, petits lutins des plages

©mathieu Latour
Publié le 12/12/2018
Les Bécasseaux, petits lutins des plages
5 (100%) 3 votes

L’hiver s’installe sur l’île de Ré et il est grand temps de retrouver les oiseaux migrateurs qui viennent passer l’hiver sur nos côtes et marais. Parmi eux, on rencontre facilement les bécasseaux. Ils comptent parmi les oiseaux les plus connus et appréciés de l’île. Ces oiseaux appartiennent à la famille des limicoles et sont reconnaissables à leur petite taille et à leur bec long d’une vingtaine de centimètres.

Sur Ré, il est très facile d’en voir notamment sur les plages et les estrans. Les bécasseaux vivent en groupes importants leur permettant ainsi de détecter plus facilement le danger. En effet leur petit gabarit les rend vulnérable aux attaques des goélands et rapaces. Ils passent la majeure partie de leur temps à rechercher des vers, des mollusques, des mouches et des petits crustacés cachés dans le sable ou sous les algues. Une de leur stratégie est d’attendre que les vagues s’abaissent pour venir chercher leur nourriture dans le sable mou puis courir vers la plage très vite quand les vagues remontent. Ces petits oiseaux savent, en effet, courir très vite même sur des rochers coupants.

Bien que certaines espèces soient présentes toute l’année sur l’île, les bécasseaux se reproduisent principalement dans la toundra Arctique. Ils nichent à même le sol. Les bécasseaux pondent généralement 4 oeufs et le mâle s’assure, autant que la femelle, de la bonne couvaison de ceux-ci. Les poussins sont si petits qu’ils tiendraient dans une main. Bien qu’ils soient très vulnérables, leur couleur brune est un excellent camouflage au sol, assez pour duper même le renard polaire.

En hiver, parmi les importants groupes de migrateurs vous pourrez observer facilement le bécasseau sanderling (Calidris alba) reconnaissable à son plumage blanc hivernal. Il est très présent sur les plages aux côtés des tournepierres à collier (petit limicole brun foncé avec les pattes oranges). Ils côtoient souvent le bécasseau variable (Calidris alpina) qui arbore un plumage brun-clair avec un dos grisâtre. Celui-ci aime aussi être dans les marais salants avec d’autres oiseaux à la recherche de petits crustacés. Enfin, il y a le bécasseau violet (Calidris maritima) surtout présent sur l’estran et les digues du Phare des Baleines. Il est très facilement identifiable avec son bec et ses pattes oranges et son plumage gris violacé (d’où son nom). De plus, il n’est visible qu’en hiver sur l’île. Alors, si vous allez à la plage durant les vacances, pensez à prendre des jumelles et amusez-vous à reconnaître ces petits lutins.

Mathieu Latour  – Photographe animalier – mathieu.latour98@gmail.com

Photos ©mathieu latour

 

Bécasseau violet se mélant aux algues pourpres.

Bécasseau violet se mélant aux algues pourpres.

Bécasseau violet au repos.

Bécasseau violet au repos.

Des bécasseaux formant un groupe face aux goélands.

Des bécasseaux formant un groupe face aux goélands.

Des bécasseaux sanderlings à marée montante

Des bécasseaux sanderlings à marée montante

Tournepierres et bécasseaux cherchant des mollusques.

Tournepierres et bécasseaux cherchant des mollusques.

Vol de bécasseaux variables

Vol de bécasseaux variables

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Claudie j
    Publié le 12 décembre 2018

    Un article extrêmement intéressant merci

    Répondre
  • rv
    Publié le 12 décembre 2018

    Merci pour ces magnifiques photos enfin ça nous change de l’actualité…..

    Répondre