Patrimoine

Littoral

Réparation des écluses à poissons de l'île de Ré

Les bâtisseurs d’écluses à poissons : un savoir-faire remarquable !

Ecluse en réfection
Publié le 12/11/2014

De décembre 2013 à fin février 2014, 32 évènements météorologiques se sont succédé, ouvrant de nombreuses brèches dans les 14 écluses à poissons réparties sur le littoral rétais. De quoi mettre à rude épreuve, par tous les temps et au rythme des marées, le volontariat et le savoir-faire des bâtisseurs d’écluses qui n’avaient pas connu de dégâts aussi importants depuis 20 ans.

Le 18 octobre l’Association de Défense des Ecluses à Poissons de l’île de Ré accueillait les adhérents et bénévoles ayant participé à la restauration et protection des écluses à poissons endommagées par le mauvais temps. Paulette Comes et Robert Barrère dressèrent dans une causerie-rencontre un bilan des travaux de restauration des écluses, se félicitant, comme les participants, de les voir à ce jour fonctionnelles. Une belle satisfaction pour tous ceux qui se sont mobilisés autour la restauration de ce patrimoine rétais unique ; les participants ont rappelé le rôle primordial tenu par les écluses dans la protection du littoral rétais.

Un engagement fort pour des passionnés

Des Portes à Sainte-Marie, de la Verdonnais à la Vasouse, les photos témoignent de l’engagement des bénévoles sur les travaux de restauration. Durement touchée, l’écluse « la Paillarde », avec 50 mètres de brèches sur un mur large de 4 m à sa base et haut de 2, 20 m, nécessitera 300 m3 de pierres à mettre en place par tous les temps sur 93 marées. 8 mois de travaux à raison de 2 à 4 heures par marée. La solidarité fût exemplaire, et le geste très applaudi de ce conducteur d’engin venu aider bénévolement sur ses congés, avec la pelle mécanique mise à disposition par son entreprise Ré TP, a mis du baume au coeur aux bénévoles.

Un savoir-faire à transmettre

Quand le jour viendra où les anciens s’arrêteront, atteints par la limite d’âge, qui saura encore bâtir ou entretenir une écluse ? Robert Barrère pose cette angoissante question et suggère la création d’une brigade bleue ou brigade du littoral, qui apprendrait ce savoir-faire pour être opérationnelle. Soulignant l’excellent travail et le concours apprécié des agents de la Verdinière qui sont venus en renfort sur certaines écluses, cette compétence complémentaire est une bonne suggestion pour des interventions nécessairement limitées par l’horaire des marées.

Le projet d’une quinzième écluse à Boise, devant la thalassothérapie à Sainte-Marie, toujours dans les cartons, pourrait servir de chantierécole pour la formation de ces nouveaux ouvriers du littoral.

Après tous ces efforts, l’espoir de bonnes pêches à venir animait les conversations autour d’un buffet sympathique bien mérité.

 

Carte des écluses à poissons (site ADEPIR)

Carte des écluses à poissons (site ADEPIR)

Michel Lardeux

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires