Territoire

Politique

Le sous-préfet Pierre Molager en visite à La Flotte

© Nathalie Vauchez - Pierre Molager (face caméra) et Alain Priol (sur la droite) devraient pouvoir répondre favorablement aux sollicitations de Jean-Paul Héraudeau pour la Maison Aymé et le terrain du Marais.
Publié le 04/08/2020

Lundi 3 août matin, Pierre Molager, secrétaire général de la préfecture de Charente-Maritime, accompagné d’Alain Priol, directeur de la DDTM, ont été reçus par le Maire de La Flotte pour deux projets.

Déjà évoqués au dernier Conseil municipal (lire sur realahune.fr) les projets flottais concernent les activités diurnes que Jean-Paul Héraudeau souhaiterait développer sur deux sites rachetés par l’Etat au lendemain de Xynthia, sous convention avec la Commune pour 18 ans (jusqu’en 2033 et 2034).

Le CNPA et la « Maison Aymé »

A priori les conventions en question les permettent, il a paru toutefois sage aux deux parties de vérifier de visu leur faisabilité.

Le premier projet concerne l’« extension » du CNPA île de Ré Voile présidé par Mr Jung et dirigé par Hervé Boucher vers la « maison Aymé » mitoyenne, sur la promenade de la côte. L’école de voile, l’une des plus importantes de la région, qui emploie jusqu’à 20 salariés l’été et accueille près de 2000 stagiaires par an, est à l’étroit sur son site. Il s’agit donc d’obtenir l’autorisation formelle d’utiliser l’étage de la maison comme poste d’observation du plan d’eau, et d’y entreposer au rez-de-chaussée un jet ski ou bateau d’intervention. Le président du CNPA a rappelé que la préfète Béatrice Abollivier avait en son temps donné un accord de principe, mais la précédente municipalité n’avait pas souhaité donner suite à cette demande.

Le RFO et le terrain du Marais

Le second projet consisterait à mettre à disposition du Ré Flying Oysters, pour ses entraînements, le terrain du Marais, situé le long du sentier littoral, après la plage de l’Arnérault (plusieurs maisons y ont été démolies après Xynthia). Cette association très performante regroupe aujourd’hui 60 licenciés au sein de cinq équipes, avec de plus en plus de joueuses. Le Maire cherche à retenir le club sportif à La Flotte en lui proposant une solution alternative à l’actuel Clos Bel Air. Bien que le site n’offre pas tout à fait la surface d’un terrain d’ultimate frisbee, cette solution pourrait satisfaire Raphaël Mathé, créateur et aujourd’hui vice-président de l’association. Elle permettrait aussi, aux yeux de Jean-Paul Héraudeau, de mettre en valeur le site.

Le sous-préfet et le responsable de la DDTM attendent de recevoir les demandes formelles de la Mairie, il leur semble toutefois d’ores et déjà que ces deux activités rentrent dans les critères indispensables exigés par l’Etat : ne pas ajouter de la vulnérabilité et aller dans le sens de l’intérêt général. Si leur avis positif est confirmé, il sera formalisé.

Le sous-préfet a ensuite été accueilli à Saint-Martin de Ré par le maire Patrice Déchelette, sur le site du drive de dépistage du Covid-19*, mis en place le 27 juillet par l’ARS Nouvelle Aquitaine, et ouvert tous les lundis matin au mois d’août (8h30 à 11h30), ainsi que deux lundis après-midis sur rendez-vous.

 

*Le drive de Saint-Martin se trouve sur le parking du collège des Salières, 1 avenue Phillipsburg (en face de la Gendarmerie).

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Impertinent17
    Publié le 6 août 2020

    Enfin le CNPA aura une fenêtre directement sur l’eau !!!
    Quand c’est possible mais que seule une affaire de personnes empêche le bon sens de régner.

    Répondre