Enfants et jeunes

Financement

Le Lions Club au collège de Saint-Martin

Marine Godon et Erwann Mozet ont raconté l’épopée de l’alexandrin à des collégiens attentifs
Publié le 18/06/2021

Un spectacle a été offert par le Lions Club de l’île de Ré aux élèves de 4ème du collège rétais

Depuis une quinzaine d’années, le Lions finance une représentation théâtrale à l’intention des collégiens. Les membres du club travaillent en partenariat avec La Maline qui suggère les animations à l’équipe pédagogique afin que cette dernière choisisse le spectacle le mieux approprié.

En raison des circonstances sanitaires, trois représentations ont été proposées, chacune à deux classes, jeudi 27 mai le matin et l’après-midi, puis, vendredi 28, au matin.

Les élèves concernés ont l’occasion de visionner trois films par an, avec présentation, explication et travail en classe. Ils se déplacent, également, à trois reprises au théâtre sur l’espace de l’année scolaire. Hors, depuis les mesures en vigueur, une longue trêve a été observée. « Aujourd’hui, on a l’impression de renaître » a déclaré Pierre Dardillac, le principal du collège. En effet, il s’agissait de la première représentation depuis le mois de mars 2020.

Jean-Claude Porté, Président du Lions, assisté de Gérard Marieau, responsable des affaires culturelles du club, a remis un chèque de 2 200 euros au principal des Salières, en compagnie d’Annabelle Bariteau représentant la Communauté de Communes de l’île de Ré.

« Hémistiche et Diérèse », un spectacle éminemment pédagogique

C’est la Compagnie Thomas Visonneau qui avait la responsabilité de l’événement. Sur scène, Marine Godon et Erwann Mozet ont évolué en racontant l’épopée de l’alexandrin. Une forme poétique rigoureuse qui a donné lieu à quelques-uns des plus beaux textes rédigés en langue française. Les acteurs ont offert des tirades du Cid, de Phèdre, de Cyrano de Bergerac. Ils ont cité Victor Hugo. Ils n’ont pas oublié de rappeler que l’alexandrin avait été utilisé par des artistes contemporains tels Aznavour, Brassens, Barbara et même par des rappeurs…

Toutes les notions abordées au cours du spectacle qui a duré une heure, ont fait l’objet d’un récapitulatif en chanson. Nous laisserons le dernier mot au metteur en scène, Thomas Visonneau : « L’alexandrin est un monument français qui a besoin d’être transmis. C’est une épopée poétique, un patrimoine qu’il faut, encore aujourd’hui, entretenir… ». Les jeunes spectateurs sont restés attentifs et studieux tout au long de la représentation, une source d’inspiration qui ne pourra que les inciter à apprendre des poésies, des tirades, et surtout, de les réciter…

Jacques Buisson

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires