Nature

Photo-reportage animalier

Le Héron cendré à l’affût

©mathieulatour
Publié le 16/10/2019

Famille au nid.

A l’approche de la Toussaint, le froid s’installe et entraîne la raréfaction des insectes. Tandis que de nombreux oiseaux repartent vers les pays plus chauds, certains choisissent de rester à l’année. Parmi eux se trouve le spectaculaire Héron cendré (Ardea cinerea). Cet échassier fait partis des trois espèces d’ardeidae (hérons et aigrettes) que l’on peut rencontrer sur l’île de Ré. Les autres étant l’aigrette garzette (résidente toute l‘année également) et le héron garde-boeufs (hivernant/migrateur). Mais des trois c’est le cendré le plus grand et surtout il n’existe aucun oiseau sur l’île avec lequel il peut être confondu. Mâle et femelle sont en tout point semblables : long cou blanchâtre, corps gris et obscur, de gros sourcils noirs recouvrant le haut de la tête, de grandes pattes et un bec jaune-orangeâtre. Lorsqu’il vole ou qu’il dort, le héron cendré a le cou replié.

 

Portrait du héron cendré.

Présent toute l‘année sur l’île, son caractère robuste fait qu’il s’adapte à de nombreux types de climats. Dans le monde on le rencontre aussi bien en France, qu’en Afrique ou en Asie. Il affectionne surtout les marais salants ainsi que les zones humides, mais on le rencontre énormément aussi dans les champs et les prairies lorsqu’il cherche à manger. C’est d’ailleurs un redoutable prédateur qui se nourrit essentiellement de poisson. L’anguille est l’un de ses mets préférés. Cependant il se nourrit aussi de crustacés, ainsi que de petits rongeurs et lézards qu’il traque dans les champs. Ils lui fournissent un apport en viande et un bon compromis lorsque les eaux sont trop froides et peu poissonneuses. Lorsqu’il chasse, il est extrêmement discret et avance lentement en guettant le sol du regard. Il peut rester parfois plus d’une heure immobile à attendre une proie. Et lorsqu’il distingue un mouvement, il frappe en détendant son long cou tel un arc. Puis il embroche sa prise avec son long bec pointu.

Pêche à l’anguille.

En période de reproduction, les hérons se rassemblent en colonie dans des héronnières en pleine forêt. Souvent aux côtés des aigrettes, ils font leur nid dans les pins et au sommet des arbres. La femelle pond de trois à cinq oeufs. L’incubation est assurée alternativement par les deux parents et dure environ vingt-six jours. Les jeunes ne volent pas très bien avant l’âge de cinquante-cinq jours. Et si un parent meurt, il arrive que des petits tuent un de leurs frères/soeurs pour éviter la concurrence durant les nourrissages.

Jeune héron se dorant au soleil avant l’envol

Sur l’île de Ré, vous verrez surement le héron durant une promenade dans les marais salants ou s’envolant depuis un chemin.

Les hérons nichent souvent avec les aigrettes en forêt.

 

Mathieu Latour
Photographe animalier
Administrateur Ré Nature Environnement
mathieu.latour98@gmail.com

Mathieu Latour

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Claudiej
    Publié le 29 octobre 2019

    Comme toujours cet article me comble et les photos sont superbes merci et bonne journée

    Répondre