Enfants et jeunes

Assemblée générale

Le Foyer du Bois, association du bien-vivre ensemble

© Nathalie Vauchez
Publié le 31/12/2019

La salle de l’Ilot normand n’est pas très grande, alors pour trouver une place, mieux vaut arriver à l’heure. En ce samedi de novembre, l’association Le Foyer du Bois (Le Foyer pour les intimes) tient son Assemblée Générale… qui ressemble à une réunion de famille.

On prend plaisir à s’y retrouver, même si on s’est vu il y a peu à la dernière séance de yoga. L’assistance est principalement féminine alors les conversations vont bon train. La salle pétille de rires, l’énergie est contagieuse. Sûr qu’on n’est pas là pour se prendre au sérieux. Et si Alain a succédé à son épouse à la présidence de l’association, elle est bien là Annick Delaleau, unique par son style et son franc parler.

Un AG en images

Alain Delalleau n’est pas homme à faire des discours. Alors en guise de rapport moral, il a concocté un document vidéo sur lequel défilent des images évoquant l’année écoulée. Tout ou presque y passe : les ateliers et les évènements, réveillon pique-nique, spectacle au profit des Restos du Coeur, galas de danse, Fête de Noël et d’Halloween, Loto, chasse aux oeufs de Pâques, boxe et modèles réduits, stage cirque et dîner de la Journée de la Femme. Les photos défilent, sans commentaires ou presque. Dans la salle, on se reconnaît sur les photos. Rires, sourires, on se rappelle ces bons moments qui en appellent d’autres. Le Foyer du Bois, c’est l’âme vibrante de la vie du village et un peu de celle de l’Ile de Ré toute entière, petit territoire où tout le monde se rencontre un jour.

Rapport d’activités… foisonnantes !

Parole est donnée à chaque animateur. Dociles, ils se lèvent et prennent tour à tour le micro pour évoquer leur activité et les participants.

Vingt-deux pour la boxe et une perte sensible des inscrits au moment de remettre le traditionnel certificat médical. Mais une loi arrive, intervient Alain Delalleau, supprimant cette contrainte jusqu’alors obligatoire. A noter que de plus en plus de filles enfilent des gants (de boxe). Six sont assidus à l’atelier Cabaret avec deux trois personnes en mode aléatoire. Même tendance pour l’atelier Maquettisme qui projette d’aller à Saint-Médard d’Aunis représenter l’association avec des réalisations. Ça swingue à l’atelier Cuisine & Loisirs qui fournit d’incroyables quantités de sablés pour la Fête de la Lumière et s’occupe aussi de sustenter nombre d’évènements sans oublier de se faire plaisir. Dix-sept personnes fréquentent l’atelier Informatique et treize celui de Peinture dont une dizaine d’enfants. Pour Ré Danse, les chiffres montent jusqu’au vertige. Car il faut les canaliser les quatre-vingt enfants qui participent au spectacle de fin d’année* ! Ré Danse n’a pas vraiment le moral : lasses de devoir se bagarrer pour la disponibilité des salles, les filles envisagent de lâcher et ce serait bien dommage.

Le théâtre pour enfants a repris cette année avec une douzaine d’adhérents. Relié avec l’association d’Ars en Ré, le Tai- Chi-Chuan intéresse, et l’atelier Qi-Gong rallie douze personnes. Quant au Yoga, il remporte un franc succès et s’est enrichi d’une séance de méditation le dimanche. A noter, deux nouveautés pour 2020 : un atelier Fitness le mercredi et un autre, de prototypage, en complément de l’atelier Maquettisme, pour s’initier à la programmation sur ordinateur.

Et n’oublions pas bien sûr, le Salon Création Passion annoncé pour les 7 et 8 mars 2020.

Ouf on est épuisés, rien qu’à imaginer le planning hebdomadaire des bénévoles qui se donnent sans compter. Il est temps de déguster un verre de Beaujolais nouveau. Ah non pas encore ! Il faut bien parler d’argent.

Des finances de funambule

L’association vit de ses adhésions et de sa production lors des fêtes et manifestations. L’équilibre est précaire et la provision nécessaire à certains évènements à venir entraîne un déficit de plus de 2000 €. Il y a, semble-t-il, une baisse des adhésions alors que la fréquentation est bonne. Certains oublieraient-ils de payer ? Un murmure de contestation parcourt la salle. « Chaque atelier aura désormais une feuille de présence » précise Alain Delalleau. Est-ce à dire que certaines personnes viendraient profiter des ateliers sans être adhérents ? A 30 € la cotisation annuelle par adulte pour accéder à toutes les activités, disons-le franchement ce serait honteux !

L’heure du verre de l’amitié est arrivée. On repart de là le sourire aux lèvres. Il fait nuit mais le soleil brille encore dans la salle de l’Ilot normand ou Annick et Alain, entourés de tous, célèbrent la joie simple d’être ensemble.

 

*Lire notre article en pages Fêtes.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires