Logements

Habitat

Brises marines à Ars en Ré, logements sociaux, crèches, bureaux

Le Clos des Brises Marines, futur hameau d’Ars-en-Ré

Le projet : 10 maisons individuelles et 19 logements collectifs répartis sur 5 bâtiments, autour d’une place intérieure et le long d’une ruelle piétonne.
Publié le 10/07/2013

Le 21 juin, une première pierre a été posée sur l’ancien site des Brises Marines. Sur une superficie de 5 570 m2 vont être édifiés 26 logements à loyers maîtrisés, une crèche de seize places avec une salle de motricité, un relais d’assistantes maternelles, et trois bureaux à usage social. Un événement de taille pour le village qui compte 1 330 habitants, dont 40 % âgés de plus de 60 ans.

La volonté ostensible est de retenir des Rétais, non seulement sur Ars mais aussi sur le canton nord de l’île, en attirant des familles qui ne trouvent pas de pénates, sauf à prix forts, tant l’offre actuelle est réduite. À terme, le sort des écoles dépend également de ces constructions, c’est dire combien ce projet tient à coeur aux élus qui s’étaient déplacés d’un bout à l’autre de l’île.

Le Clos des Brises Marines devrait être livré début 2015. Les 29 logements se rajouteront aux 14 de la Grange, actuellement en construction et livrés au 1er trimestre 2014. Il y aura donc au total 44 nouveaux logements dans le village, opérationnels au cours des deux prochaines années. Habitat 17 en est le bailleur social. Son président, Bernard Rochet affirmait : « En plus de créer des logements aidés, on crée toute une vie autour. Je suis persuadé que ce projet donnera une vie nouvelle à ce secteur de la commune ».

Le Maire d’Ars-en-Ré, Jean-Louis Olivier s’est dit « satisfait de voir le site continuer d’avoir une vocation sociale ». En 2010 la Communauté de Communes a acheté le foncier en pleine propriété à l’association PEP 17 pour 3,5 millions d’euros. « Nous avons apprécié que PEP 17 accepte de nous vendre à ce prix. Un tel effort financier est rare et mérite d’être salué » a souligné Lionel Quillet, président de la CdC. L’acquisition avait été votée à l’unanimité par l’ensemble des Maires de l’île de Ré. Par ailleurs, l’État a donné les agréments nécessaires. Olivier Falorni, député de Charente- Maritime, a rendu hommage « au fruit d’un véritable partenariat, d’une mutualisation des actions, d’un esprit d’équipe et d’un volontarisme politique pour relever le défi de la vie permanente sur l’île ».

À l’entrée du village, en venant de Saint-Clément, l’emplacement se voit bien. La démolition des anciens bâtiments est terminée. Sous la houlette de Sophie Blanchet, architecte, les premières fondations sortiront de terre dans les prochains mois. La liste d’attente pour ces logements se constitue d’ores et déjà.

Maryline Bompard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires