Culture

Expositions

Le 9e festival d’arts actuels Ré/Oléron tient son salon d’automne

Publié le 07/10/2020

Le 9e Festival d’arts actuels Ré /Oléron a subi les effets de la crise sanitaire et sa date a été reportée à cet automne du 16 au 25 octobre dans l’île de Ré et du 13 au 20 octobre à Oléron. Le thème de cette année, le Trou, peut paraître insolite

En vérité, il est à la fois déconnecté du monde et universel tant on lui trouve de résonances. Le trou de l’oubli, du puits, de l’éternité, de la balle ennemie jouxte aussi bien l’inconnu que la découverte. Vaste thème que chacun des artistes interprète à sa manière dans les 250 oeuvres qui seront exposées. Sur 80 candidatures, le comité de sélection du festival en a retenu 50 qui seront réparties entre Ré (28) et Oléron (22). C’est un peu moins que l’an passé, mais la période imposée par les événements ne permettait pas à tous les artistes retenus d’être présents. Les artistes participant à la manifestation viennent d’horizons différents et au-delà de l’habituelle participation régionale, on découvre des artistes étrangers. Preuve, s’il en était besoin, que la renommée du festival progresse chaque année. Les responsables de l’association espèrent d’ailleurs pouvoir programmer dans un avenir proche un festival des îles.

Erwan Dodeman – Trou de ver – AnoonA 1

Un hommage au sculpteur Olivier de Coux

À Ré, les oeuvres se prendront dans des lieux patrimoniaux : musée Ernest Cognacq et ses jardins, salle des colonnes de l’Hôpital Saint-Honoré, salle de la Poudrière, portes de Campani et de Toiras à Saint-Martin et dans les jardins du Phare des Baleines à Saint-Clément des Baleines. L’asssociation M’L’Art et le musée ont souhaité rendre un hommage à Olivier Toux, artiste majeur disparu trop tôt, dont les sculptures minimalistes seront exposées dans la cour d’honneur du musée. Dans la salle haute, croquis, dessins, maquettes et oeuvres finies permettront de découvrir les étapes de la démarche créative de l’artiste qui écrivait au sujet de son travail en 2014 : « Ce sur quoi je me concentre dans mes expériences sont les lignes qui constituent un angle droit. J’ai alors le choix de travailler avec un carré ou un rectangle, chacun se comportant en évoluant de manière différente. La ligne devient alors une représentation de quelque chose de fondamental. Elle est capable de donner à la sculpture une dimension humaine, au sens où elle suggère les lois générales de l’esprit humain ».

« Olivier de Coux – 3AD, 2011, zinc, 90 x 90 cm

Qualité et diversité au rendez-vous

Peinture, sculpture, installation, les moyens sont divers et nombreux pour interpréter ce thème du Trou et toutes les grandes tendances de l’art contemporain sont représentées dans cet événement.

Une dizaine de sculpteurs, un peu plus qu’à Oléron car la configuration des lieux se prête mieux à l’exposition de sculptures, ont donné leur vision du Trou. Erwan Dodeman en fait une remarquable représentation de l’infini avec sa sculpture blanche épurée, inspirée de la faune marine. Jean Jacques Regaudie y voit, dans une accumulation d’acier soudé, le Trou de la lorgnette. Pour piCrate, qui vit à Oléron et expose à Ré, son trou dans le corps d’un homme réalisé en bois, métal, vieux journaux, gypse et sable correspond à un don d’organe : le coeur. La sculpture minimaliste de Marianne Karl offre un regard sur la vie en approchant l’oeil du trou et Gérard Lheriteau présente une oeuvre où les trous ont plus d’importance que les pleins. Côté peinture, Catherine Métais, artiste et présidente de l’association M’L’Art, aborde le trou sur le plan de la femme, un trou sans lequel l’humanité n’existerait pas. Laurence considère que ses propositions ou éléments photographiques sont des ouvertures sur le monde et le trou habite chacune d’elles. On le voit les interprétations sont multiples et donnent lieux à des oeuvres d’art qu’il n’est pas fréquent de pouvoir admirer dans l’île Ré. Petit bémol : seuls les invités préalablement inscrits sur les listes pourront assister au vernissage, la jauge étant limitée à 100 personnes et tenant déjà compte des organisateurs et officiels. À vos marques…

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires