Environnement

Association

L’Association des Etangs et Marais d’Ars en excellent état de santé

Restauration de marais à Saint-Clément.
Publié le 23/04/2019
Noter cet article

Les petites pyramides blanches vont continuer de s’imposer, majestueusement, dans les marais du nord de l’île.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer Pierrick François, directeur de l’AEMA, avant la tenue de l’assemblée générale de l’association. Ce dernier nous a fait part d’un bilan positif. Il a, tout d’abord, signalé des conditions météorologiques très favorables. Le faible taux de pluviométrie a permis la réalisation d’un travail important dans les marais. Depuis le début de l’année, d’importants chantiers ont été mis en place. Dans un premier temps, la constitution de treize claires ostréicoles à la ferme marine des Baleines (Lire dans Ré à la Hune 187 et sur realahune.fr).

Les travaux, dans les marais salants, ont débuté le 15 mars (soit un mois plus tôt qu’en 2018), ce qui va permettre aux sauniers d’être au point dès le courant du mois de mai pour la production.

D’autre part, deux marais qui étaient à l’abandon (l’un depuis 1950, l’autre depuis 1970), ont été entièrement remis en état sur le territoire de La Couarde, le premier à La Moulinatte, le second à La Passe. Ce qui représente, en tout, quatre vingt quatre carreaux. Chaque carreau a été restauré selon les pures traditions patrimoniales rétaises : une surface de cinq mètres sur cinq. Pierrick nous précise qu’un carreau peut produire, sur une bonne année, jusqu’à une tonne de sel…

Une assemblée générale ordinaire qui confirme la bonne forme de l’AEMA

Jeudi 11 avril, la salle des fêtes d’Ars en Ré a accueilli plus d’une centaine de participants. L’association a réalisé moins de travaux en 2018, les dépenses ont été réduites, et le bilan financier est excédentaire (+28 878€). Jean-François Beynaud, président, a ouvert l’assemblée avec beaucoup de sérénité. Il a salué la présence de Jean-Louis Olivier, maire d’Ars, ainsi que celle de Lionel Quillet, président de la CdC.

Lors de la présentation du rapport moral, le président a précisé les trois principales orientations souhaitées par les administrateurs. En premier lieu, un développement associatif tourné vers l’adhérent et l’exploitant du marais. Un second point met en avant l’importance de dynamiser le marais en participant à une remise en exploitation économique dans un souci d’amélioration environnementale. Enfin, il est indispensable d’être présent pour accompagner les Collectivités sur les sujets liés au marais, et créer un échange réel basé sur la concertation.

Après le vote du rapport moral et l’adoption des comptes de gestion et administratif, le budget primitif pour 2019 a été présenté.

Le tiers sortant a vu la reconduction de Jean-François Beynaud, d’Alain Héraudeau. Etienne Pajot et Danièle Petiniaud-Gros ont été élus. Lundi 15 avril, le conseil d’administration a procédé à l’élection du nouveau bureau (voir notre encadré).

Des questions de fond ont été posées

La parole a été donnée à la salle. Parmi les interventions, la question de la fermeture prochaine de l’établissement départemental de démoustication (lire sur realahune.fr) inquiète les professionnels. D’autre part, certains sauniers constatent qu’une partie des marais qui appartiennent au Conservatoire du Littoral, ne sont pas en exploitation. Enfin, suite au naufrage du « Grande America », plusieurs participants ont attiré l’attention de l’assemblée sur le problème de l’étanchéité des marais. Dans la crainte de l’éventualité de l’arrivée d’une marée noire, des sauniers et des ostréiculteurs ont voulu fermer certaines prises de mer dans un but de protection, et se sont rendus compte de la défaillance de quelques-unes d’entre elles.

Une intervention rassurante

Lionel Quillet a, dans un premier temps, déclaré que le Département allait s’engager pour répondre aux problèmes posés par la démoustication. D’autre part, l’élu rétais a confirmé que la Communauté de Communes continue d’être un partenaire, au quotidien, de l’AEMA. Il a insisté, une fois encore, sur l’importance de l’existence des marais, aux niveaux social et environnemental, ainsi que sur leur rôle de « bassins tampons », en cas de submersion.

Pour finir, le président de la CdC a bien fait remarquer qu’il restera intransigeant pour lutter contre certaines « dérives pécuniaires », dégustations, réceptions privées dans les marais ; autant de pratiques interdites au coeur d’un espace protégé.

Composition du Bureau de l’AEMA
Président : Jean-François Beynaud
Vice-président : Alain Héraudeau
Secrétaire : Nicolas Becaud, représentant la Coopérative des Sauniers de l’île de Ré
Trésorier : Jean-Bernard Ansoud

Jacques Buisson

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires