Aide et humanitaire

Social

Camion de solidarité avec caddie d'alimentation (dessin)

L’aide alimentaire : une demande croissante

Publié le 12/11/2013

Le nombre de familles et de personnes seules nécessitant une aide alimentaire augmente. La pauvreté s’installe, même dans l’île de Ré et a contrario de l’image que véhiculent certains hebdomadaires nationaux. Comment l’aide alimentaire s’organise-t-elle dans l’île ?

Les bénévoles de Ré Solidarité, association affiliée à la Banque Alimentaire, organisent toutes les deux semaines des distributions de vivres.

Ré-Solidarité

Cette association travaille en étroite collaboration avec les CCAS de chaque commune qui lui signalent les ayant-droits à l’aide alimentaire. Son président, Marcel Migné, explique qu’il se fournit pour l’essentiel auprès de la Banque Alimentaire de La Rochelle mais que l’antenne rétaise bénéficie également de dons des commerçants, des agriculteurs et de l’enseigne E. Leclerc. La CdC leur accorde une subvention de 1 000 € et le Lion’s Club de 500 €. De plus les membres du Lion’s sont adhérents à Ré Solidarité. Tous les quinze jours, le magasin E. Leclerc leur loue gracieusement un camion pour aller chercher les denrées à La Rochelle avant de les ramener à la base nautique de La Flotte où les responsables des CCAS et les bénévoles les répartissent par commune. Il y a deux collectes par an : une au printemps l’autre en automne et la prochaine aura lieu le 30 novembre.

Par contre aucune distribution n’a lieu en juillet et août. Durant cette période le fonctionnement se fait avec des bons d’achat. Les familles avec enfants font l’objet d’un suivi particulier. À partir de la Toussaint et durant tout l’hiver ce sont 120 familles qu’il s’agit de dépanner.

Les Restos du Coeur

L’antenne rétaise des Restos du Coeur fête ses 20 ans cette année et Alain Pied qui a largement contribué à sa création se félicite d’avoir pu être aussi longtemps aux côtés des plus démunis. La démarche est ici un peu différente comme l’explique Martine Omédes, responsable de l’antenne. Les bénévoles des Restos du Coeur reçoivent directement les personnes en difficulté. Ils fonctionnent selon un barème qui leur est propre, basé sur le seuil de pauvreté en France et qui tient compte du loyer. Il y a deux campagnes par an, celle d’hiver allant de décembre à fin mars et celle d’été de début avril à fin novembre. Les distributions sont effectuées dans le local de Saint-Martin tous les quinze jours, les semaines pair de façon à compléter utilement celles faites par Ré Solidarité les semaines impair. Un bus gratuit amène les personnes du canton nord le jour de la distribution à Saint-Martin. Chaque personne reçoit l’équivalent de 9 repas pour une semaine. La collecte de denrées alimentaires s’effectue début mars dans l’île et doit permettre de tenir tout l’été, la campagne officielle avec fournitures nationales et départementales étant prévue pour les distributions de l’hiver. De nombreux magasin et associations, des producteurs de légumes et le magasin E. Leclerc aident régulièrement les Restos du Coeur, ce sont ainsi de 120 à 130 personnes ou familles qui sont soutenues. Côté enfants, il n’y a pas dans l’île de Restos du Coeur pour les bébés car ces derniers ne sont pas assez nombreux mais néanmoins tout est prévu pour eux et lorsque nécessaire, l’antenne fait intervenir le centre de La Rochelle.

Le Secours Catholique

Jean-Claude Brochard, président du Secours Catholique de l’île se positionne différemment et en fonction de ce que les autres ne font pas. Dans la mesure où les distributions de denrées alimentaires sont plutôt bien organisées à partir du moment où les demandes ont été identifiées par les services sociaux, et l’antenne intervient plutôt pour les urgences. Ce que Jean-Claude Brochard nomme les ruptures, les trous noirs sans argent où les factures s’accumulent lorsque les personnes ne sont pas encore prises en charge par les dispositifs sociaux d’aide et qu’il est vital de se nourrir, de se chauffer. Ruptures familiales qui font que des femmes se retrouvent seules du jour au lendemain sans ressources et avec des enfants. Le Secours catholique règle alors les factures d’électricité, d’eau, la cantine, un loyer pour que la vie continue. C’est pourquoi la collecte qu’ils effectueront le 16 novembre à la sortie des supermarchés récupère des dons financiers. Du point de vue des ruptures alimentaires, l’antenne dispose d’une petite épicerie sociale à l’adresse de sa permanence, distribue des bons alimentaires de 50 € valables au supermarché E. Leclerc et aura ainsi aidé l’an dernier 29 personnes ou familles.

 

Les Restos du Coeur

5 rue du Père Ignace – St-Martin-de-Ré. Tél. : 05 46 01 05 97

Ré Solidarité

Tél. : 05 46 29 00 35

Secours Catholique

17 cours Dechézeaux – St-Martin-de-Ré. Tél. : 05 46 01 88 45. Permanence le mardi de 14h30 à 17h30.

 

Voir la page Social (assistantes sociales…) de notre rubrique Infos pratiques.

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires