Nature

Zones humides

Assemblée générale AEMA, associations des étangs et marais (île de Ré)

L’AEMA en terrains humides

Publié le 10/07/2013

Le 18 juin, l’AEMA (Association des étangs et Marais) a tenu son assemblée générale à Ars-en-Ré. Jean-Bernard Ansoud, président, a qualifié 2012, « année de transition et de consolidation ».

Après deux années occupées par des travaux importants de reconstruction des digues suite à Xynthia, l’AEMA a consolidé son activité résolument tournée vers les milieux humides. En octobre 2012, la signature du CTMA (Contrat Territorial volet Milieux Aquatiques) a été incontestablement une bouffée d’air pour cette association syndicale autorisée, dont la structure est un établissement public à caractère administratif. Le coût prévisionnel total du contrat s’élève à 2 400 000 € avec une exécution sur cinq ans. L’AEMA agit aussi pour le compte des propriétaires de marais, en pratiquant des travaux de pelles, notamment pour les sauniers de l’île de Ré. Le chiffre d’affaires a été de 413 000 €, dont 400 000 € en travaux de pelles. 76,5 % du chiffre d’affaires total est réalisé par les commandes passées par les institutionnels, la Communauté de Communes étant le premier donneur d’ordre. « Sans les collectivités, nous n’aurions ni le parc matériel ni les ressources humaines » a convenu le président, en commentant son rapport moral.

L’AEMA est, entre autres, intervenue pour la Région Poitou-Charentes afin de curer des claires au Lycée maritime d’Ars-en-Ré, sur une plage de La Flotte des algues vertes ont été évacuées, aux Portes un sentier littoral a été redessiné. Ailleurs des prises d’eau dans les marais ont été modifiées, une voiture tombée et plantée dans un marais a été dégagée, des baccharis, plantes invasives, ont été arrachés aux Portes dans les fonds des marais. Une variété d’interventions tous terrains, qui fait dire au président : « 2012 a vu la reconnaissance de notre savoir-faire ».

De l’autre côté du pont

Sur le terrain, l’équipe de quatre conducteurs d’engins, dirigée par Benjamin Courtadon, intervient tant pour les travaux de pelle que pour les astreintes lors des jours de grande marée ou si besoin en cas d’alerte. Zarafa, la pelle amphibie, a été réceptionnée début 2013. Les premiers résultats sur le terrain sont rassurants, les pelleteurs maîtrisent bien l’engin. Après intervention dans le chenal des Rouets à Ars-en-Ré, elle est depuis le 24 juin dans la Fosse de Loix, pour participer, avec La Trézence le bateau du Conseil Général, à l’arrachage des parcs à huîtres abandonnés. Toutefois l’AEMA envisage d’aller plus loin, ayant constaté une légère baisse d’activité. « Notre structure ne bénéficie d’aucune subvention. Devant l’inquiétude d’une réduction financière significative de participation des collectivités et de l’État, nous sommes amenés à devoir réagir. Ma réflexion se porte de l’autre côté du pont » a annoncé le président.

La participation des 235 adhérents aux comités de marais, sous l’égide de la CdC est vivement encouragée : « C’est le meilleur endroit pour faire remonter vos informations ». Le projet de réimplantation de l’anguille y sera concerté.

 

Date à retenir : dimanche 22 septembre

L’AEMA fêtera son 40e anniversaire dans l’enceinte du Lycée maritime, à ars. Un livre est en cours de conception pour relater et portraiter ceux qui ont fait le marais.

Maryline Bompard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires