Culture

• Ré Domaine Culturel la Maline

La Maline « hors les Murs » : Théâtre gestuel et musical, puis magie numérique

© Simon Gosselin-33 - Que du bonheur (avec vos capteurs)
Publié le 20/10/2020

Au programme prochainement : Goupil et Ysengrin, une Compagnie pour deux spectacles les 16 et 17 octobre à Sainte-Marie ! Puis : Que du Bonheur (avec vos capteurs) le 7 novembre, à Saint-Martin

Goupil et Ysengrin

Salle des Paradis à Sainte Marie, Les Compagnons de Pierre Ménard vous invitent à assister à deux soirées de théâtre gestuel et musical. Il s’agit de deux spectacles fondés sur les personnages principaux du roman de Renart : Goupil, vendredi 16 octobre à 20h30 et Ysengrin, samedi 17 octobre à 20h30. Deux soirées où l’on peut se rendre en famille avec les enfants dès six ans.

Les Compagnons de Pierre Ménard, compagnie théâtrale bordelaise et aussi un peu parisienne, présentent ses contes dits du bout des doigts avec un naturel théâtral quasi-questionnant. Pas de chichis scéniques, peu de lumière, pas de son externe qui pourrait parasiter. « On veut voir le public, on veut jouer et avec lui… Le public est là, tout près, tout prêt à participer…» Ils sont trois : ils sont deux, elle est une. Assis derrière deux pupitres, les deux acteurs conteurs jouent tous les personnages des contes, du coq à Ysengrin, avec une vérité émouvante. Elle, formidablement debout, refabrique ces mêmes personnages à la vitesse des contes mais du bout des doigts, du corps entier, d’elle-même… La langue des signes est présente et en même temps, on se demande si elle ne se confond pas directement avec le mime le plus puissant…Emotions au rendez-vous, ne les ratez pas et allez même les saluer : ils sont formidablement sympathiques…

Goupil est un spectacle où se mêlent théâtre, musique, mime et langue des signes. Sur scène, le récit est donné à voir et à entendre par un conteur, deux comédiennes- mimes signant en langue des signes française et un musicien. Les comédiennes jonglent avec les métamorphoses pour devenir loup affamé, renard facétieux, poussin désinvolte. Le résultat est une symphonie théâtrale qui se lit sur les mains, les visages et les corps. Une relecture du « Roman de Renart » singulière et pleine d’humour.

Quatre artistes sur scène, quatre saisons qui se déclinent autour de quatre récits et nous voilà partis vivre les drolatiques mésaventures d’Ysengrin, le loup tourmenté par son neveu Goupil qui ne lui épargne rien. Dans une performance parfaitement synchronisée, un conteur s’empare des mots de l’auteur et les colore de ses multiples voix ; deux comédiennes donnent vie au conte et aux personnages grâce à la langue des signes et au mime ; cependant qu’un violoncelliste met en note et en rythme cette « chorégraphie signée ».

Que du Bonheur (avec vos capteurs) !

Par la Compagnie du Phalène – Salle Vauban à Saint-Martin samedi 7 novembre à 16h et 20h à partir de 15 ans.

Ça marche ou ça ne marche plus et c’est tout. Les nouvelles technologies, pour l’oeil profane, fonctionnent sans qu’on sache comment et sans même qu’on s’en méfie. De là, à faire le lien entre magie et numérique il n’y a qu’un pas, que le nouveau spectacle de Thierry Collet franchit allègrement. Cela fait plus d’une dizaine d’années maintenant que Thierry Collet a choisi de faire de son art de prestidigitateur, de mentaliste et de comédien, un outil critique à l’égard de la société contemporaine. Avec le metteur en scène Cédric Orain et le magicien Marc Rigaud, Thierry Collet crée Que du bonheur (avec vos capteurs) et interroge à présent la fusion de l’homme avec la machine, en s’intéressant aux nouvelles technologies prenant en charge la vie humaine. Combien d’applications, d’objets intelligents, et autres assistances numériques interviennent dans notre quotidien, augmentent nos performances, participent, voire président à nos décisions ? Serions-nous désormais dotés de pouvoirs magiques ? Le transhumanisme a un coût, aussi qu’en est-il de notre liberté si la machine est là, partout, tout le temps ? Que du bonheur (avec vos capteurs) est une création interactive où les spectateurs, via un dispositif technologique, seront amenés à faire l’expérience de la manipulation.

Thierry Collet travaille depuis plus de vingt ans au renouvellement des codes, des styles, de l’esthétique et de l’écriture de la prestidigitation pour en faire un art en prise avec des problématiques humaines, sociales, scientifiques, morales et politiques de notre époque : une magie contemporaine. Il y a toujours une part de déconstruction dans l’approche que Thierry Collet a de la magie. Le but est d’en faire un art qui questionne au-delà du truc, qui nous réveille plutôt que de nous endormir. La magie est historiquement une forme qui soumet l’auditoire au pouvoir du magicien. L’enjeu du travail de la compagnie est de faire naviguer le public entre son besoin de croire, de s’émerveiller, et son désir de comprendre et d’exercer son esprit critique, l’union des contraires.

Que du bonheur (avec vos capteurs) est un spectacle de magie interactif qui nous plonge dans un monde où l’humain et le numérique commencent à fusionner. C’est l’histoire d’un magicien qui se rend compte qu’aujourd’hui les machines font son métier mieux que lui, les algorithmes sont plus rapides que son cerveau pour retrouver les cartes choisies, les logiciels sont plus exacts que son intuition pour lire dans les pensées des spectateurs, et il y a même des magiciens morts qui ont le pouvoir de continuer à faire de la magie grâce aux ordinateurs et aux réseaux sociaux. Alors que faire ? Résister ou pactiser ?

Ces spectacles sont uniquement sur réservation sur www.lamaline.net
Tarif de 5 à 13 euros

Florence Sabourin

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires