Nature

Environnement - sauvetage des oiseaux marins

La LPO sur le terrain

500 bénévoles sont prêts à venir aider la LPO en cas d’arrivée du mazout sur nos côtes. Les volontaires déjà formés au soins viendront en renfort des équipes dans les unités mobiles.
Publié le 27/03/2019
Noter cet article

La Ligue de Protection des oiseaux (LPO) tient prêts deux camions-laboratoires pour se rendre sur les zones où se retrouveront des oiseaux mazoutés ;

C’est un camion bleu et blanc avec les fameux macareux moines représentant la LPO. L’association a préparé deux de ces poids-lourds pour se rendre dès que nécessaire sur les zones où être retrouvés des oiseaux mazoutés. A l’intérieur, ces camions sont aménagés avec des bacs, des cages et tout le dispositif pour donner les premiers soins aux oiseaux en détresse : les réchauffer, les réhydrater et les alimenter. Selon l’afflux et la localisation géographique des zones impactées, les oiseaux seront ensuite répartis dans l’un des neuf centres de soins de la côte Atlantique, de la Bretagne aux Pyrénées-Atlantiques. Ce sont ces derniers qui prendront véritablement en charge les opérations de nettoyage et de soins jusqu’à la fin de leur convalescence. « L’idée, c’est d’intervenir sur zone ou aussi renforcer le dispositif d’un centre de soins existants en cas de surcharge », explique Anne-Laure Dugué, responsable LPO pour la faune en détresse. Ces deux unités mobiles viennent notamment appuyer le centre de sauvegarde de la faune sauvage du Marais aux Oiseaux d’Oléron, qui est le seul parc naturel à les prendre en charge sur le département – il accueille également toutes sortes de petits animaux.

Le schéma d’une organisation très structurée.

Un nouveau centre fixe à l’étude

La façade atlantique manque en effet de structures d’accueil spécifiquement pour les oiseaux marins et des oiseaux d’eau. « L’accueil de ce type d’oiseaux demande un dispositif spécifique parce qu’il faut de grosses arrivées d’eau chaude, des piscines, etc. En faisant le point avec différents centres de soins, on s’est rendu compte que la capacité d’accueil était vite limitée. Avec l’expérience des marées noires en plus, on travaille depuis une bonne quinzaine d’années à l’implantation d’un nouveau centre fixe en Charente-Maritime, auquel les unités mobiles de soins seraient rattachées ». Différents sites sont en réflexion, dont un emplacement du côté de Saint-Palais-sur-Mer, dans la forêt des Combots d’Ansoine. Le sud de la Charente-Maritime est privilégié pour pouvoir faire le relais entre le siège de la LPO à Rochefort et son centre de soins à Audenge, près d’Arcachon. Il permettrait notamment de former les bénévoles locaux sur place, déchargeant ainsi le centre de la Gironde. Le site de Chef de Baie à La Rochelle avait été un temps envisagé avant d’être abandonné.

Anne-Lise Durif

LPO : Que faire si vous découvrez un animal victime de pollution marine ?

Avant tout, ne vous mettez pas en danger, surtout si les conditions météorologiques ne sont pas bonnes et respectez les consignes de sécurité transmises par les préfectures.

Si l’oiseau est vivant, ne le touchez pas sans gants, les produits qui le recouvre peuvent être toxiques voire cancérigènes. Protégez-vous les voies respiratoires. Approchez_le côté mer pour ne pas le repousser à l’eau et l’attraper le plus doucement possible. Utilisez une couverture, une veste, un tissu afin d’immobiliser l’animal sans risque en veillant à maintenir les ailes collées au corps et à couvrir la tête (pour ne pas effrayer l’oiseau).

Lors de la manipulation, tenez l’oiseau écarté de votre visage et faites attention au bec. En attendant son transport, placer l’oiseau à l’abri dans un carton percé de trous et garni de papier et maintenez-le au chaud et au calme. Il ne faut en aucun cas lui donner à boire ou à manger, ni tenter de le laver vous-même.
Attention : Le transport des espèces protégées est réglementé et les particuliers qui veulent acheminer un (ou des) oiseau(x) vers un Centre de sauvegarde doivent obligatoirement :
– Prévenir le centre de sauvegarde de leur arrivée, en précisant le nombre d’oiseaux, et les espèces transportées (si possible).
– Effectuer le transport dans les plus brefs délais et par l’itinéraire le plus direct. En Charente-Maritime au Centre de Sauvegarde du Marais aux Oiseaux.

CP

*Responsable : Christian Bavoux
Le Marais aux oiseaux, 17550 Dolus d’Oléron 05 46 75 37 54 et Espace Nature (LPO) au 05 46 82 12 44.

Toutes les informations utiles sur :
www.premar-atlantique.gouv.fr et #premaratlant sur Twitter.
Pour les mammifères marins (dauphins…), contactez le Centre Pélagis à La Rochelle au 05 46 44 99 10. Pour les tortues marines, contactez l’Aquarium de La Rochelle au 05 46 34 00 00.

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Bjp
    Publié le 22 juillet 2019

    Merci

    Répondre