Patrimoine

Mystères Historiques

La cité engloutie d’Antioche serait-elle une légende prémonitoire ?

La balise d’Antioche, au large d’Oléron
Publié le 08/09/2020

Toutes les semaines, depuis le début de l’été, le site 20minutes propose des podcasts « Mystères d’ici » retraçant des récits et légendes régionaux mêlant faits historiques avérés et peurs et désirs. Le cinquième épisode de la série, narré par l’historienne Monique Bourneuf, est consacré à la légende de la cité engloutie d’Antioche, située entre Ré et Oléron

Selon un proverbe transmis d’historiens à marins et de marins à curieux : « Quand Antioche réapparaîtra Ré disparaîtra ». Cette cité légendaire, dont le nom évoque probablement le souvenir des croisades, située jadis sur la rive occidentale de l’île de Ré, près des écueils redoutés de Chanchardon, aurait été engloutie par les eaux tumultueuses lors d’une fabuleuse tempête, selon certaines versions, ou d’un gigantesque séisme, selon d’autres.

Depuis, des générations successives de marins qui naviguent dans le pertuis entendraient des cloches sonner en pleine mer et apercevraient de temps à autre, à travers les eaux calmes, les vestiges de la cité légendaire.

De nombreuses autres légendes littorales se retrouvent sur l’ensemble de la côte Atlantique mais également autour d’autres mers du monde. Tout comme sa cousine la cité d’Ys, située en Bretagne, ou encore la célèbre cité de l’Atlantide, la ville côtière aurait été submergée par les flots et attendrait depuis sa résurrection intrinsèquement liée à un autre cataclysme, ici, la disparition de l’île de Ré.

Un éveil des consciences

Si la légende prend racine sur des bases réelles : le rocher d’Antioche existe en effet bel et bien, il se trouve à la pointe nord de l’île d’Oléron, à quelques huit cents mètres du rivage et est connu pour sa dangerosité, et des vestiges de castrum ont été retrouvés sur des pointes rocheuses submergées ainsi que d’anciennes cités vikings englouties, difficile de ne pas penser, avec ces récits similaires tout autour du globe, à une forme de conscience populaire qui nous rappellerait la possibilité de submersion définitive des villes littorales.

Sujet d’actualité, aujourd’hui plus que jamais. La tempête Xynthia n’avait-elle pas coupé Ré en trois ? Cette mémoire du risque, qui n’est pas née d’hier, s’inscrit alors dans une tradition orale qui prend un tour légendaire et se transmet de génération en génération pour éveiller les consciences.

Série de podcasts « Mystères d’ici » de la série « L’été dans vos oreilles » consacrée aux légendes et récits locaux www.20minutes.fr/podcast

Stéphanie Gollard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires