Services

Conseil Municipal Le Bois-Plage

La cantine au menu du conseil municipal du Bois-Plage

Le prix du repas au Bois-Plage ne subira pas l’augmentation d’environ 1,5 % qui vient d’ordinaire actualiser les tarifs des services communaux, avec un maintien du déjeuner à 2,95€.
Publié le 22/01/2020

La remise en jeu du contrat de restauration scolaire a soulevé des interrogations lors de la réunion du mardi 10 décembre.

L’appel à concurrence est en ligne depuis le 16 décembre. Charge aux candidats de faire une offre avant le 31 janvier pour prendre le relai de la convention conclue en 2014 avec le prestataire Sodexo qui s’achèvera au 30 juin 2020.

Manifestement favorable au renouvellement du marché qui lie la commune à l’un des plus gros fournisseurs mondiaux de services de restauration collective, Jean-Pierre Gaillard précisait en préambule qu’il convient dorénavant de parler de concession de service public, et non plus de délégation, soit « qu’il appartiendra au prochain gestionnaire du service d’assumer ses prestations et les risques y afférents ».

Le dossier, confié en amont à un assistant de maîtrise d’ouvrage (AMO) fait l’objet d’une « procédure suivie attentivement qui a donné lieu à un cahier des charges étoffé », le Maire ajoutant qu’en marge des normes réglementaires, des parents d’élèves avaient été invités à formuler leurs observations.

Ces précautions prises, il appartiendra donc à la future équipe municipale de désigner le nouveau prestataire, tandis que l’AMO prévoit de rendre ses préconisations début mars pour une délibération avec la commission dédiée dans la foulée des élections. Un délai qui de toute évidence laisse peu de marge de manoeuvre à qui aurait eu d’autres suggestions…

Un avenant pour sortir du contrat le cas échéant ? Et pourquoi pas une société d’économie mixte ?

Parmi les élus, déjà en 2017, Amandine Bouhier interpellait le Conseil sur la qualité des repas et goûters servis aux enfants au self et à la garderie. Elle s’étonnait cette fois de n’avoir été consultée à l’occasion des réunions mentionnées, bien qu’étant membre de la commission restauration.

Gérard Juin, quant à lui, aurait souhaité davantage de souplesse pour sortir du cadre « tout privé, tout public » et piloter ce poste délicat. Cinq ans (« un délai favorable à une coopération de qualité autant qu’à la négociation de tarifs compétitifs », jugeait le Maire) : c’est long… Des remarques prises en compte par l’édile qui n’excluait ni l’ajout d’un avenant, ni la candidature d’un concessionnaire mixte.

Conscient des enjeux et de l’impact social important en matière de santé et d’éducation de la cantine, le chef de file de l’opposition au Bois-Plage s’accordait avec l’ensemble des représentants sur l’intérêt de s’en remettre au choix d’un prestataire de réputation. Il attirait également l’attention sur le point de vue sécuritaire, s’agissant de la nécessaire et indispensable vigilance de recrutement concernant des profils amenés à être en contact direct avec les enfants.

Rappelons-le, la proposition d’un déjeuner en crèche ou à l’école, n’est pas obligatoire en France. Beaucoup de pays s’en affranchissent, laissant aux parents l’appréciation et le soin de sa qualité.

Sodexo fournit des services aux écoles dans 42 pays à travers le monde, emploie 420.000 salariés (dont 37.000 en France) et enregistre plus de 20 milliards de chiffre d’affaires.

Gestion directe ou collective ? Il revient à chaque commune de placer le curseur…

 

 

À l’issue du Conseil étaient votés les membres de la commission en charge du suivi de la procédure de concession de la restauration scolaire :

– Jean-Pierre Gaillard en qualité de maire.

– Titulaires : Alain Gauriaud, Anne-France Leyrit, Gérard Juin.

– Suppléants : Aurélien Ravet, Marlyse Palito, Amandine Bouhier.

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • marie
    Publié le 1 février 2020

    il est extrêmement décevant de constater un tel manque total de considération pour l’environnement et pour la qualité de l’alimentation, celle des enfants de surcroît. L’environnement agroalimentaire du Poitou-Charentes doit participer pleinement à celle-ci et le devoir des municipalités est de s’atteler à l’instauration de contrats avec les agriculteurs, éleveurs et pêcheurs locaux pour assurer une alimentation saine, d’origine locale, évidemment bio le plus vite possible, dans toutes les cantines. Toute autre démarche est objectivement criminelle

    Répondre