Culture

Que sont-ils devenus ?

Qu'il était bon d'y déguster une crêpe !

Le bateau crêperie de Saint-Martin

Le Doux Zéphyr dans le port de Saint-Martin
Publié le 30/01/2013

Il est un bateau qui mouillait autrefois dans le port de Saint-Martin : le Doux Zéphyr. Il a laissé des souvenirs dans nos mémoires et dans celles de nos enfants pour qui aller y manger une crêpe était une fête ! Nous avons rencontré l’homme à qui nous devons la présence de ce bateau dans le port de Saint-Martin.

Jo Hugerot a toujours su répartir sa vie entre travail et aventure. Marchand d’huîtres pendant trente ans aux Halles, il a possédé 7 à 8 bateaux. Il passait six mois de l’année à Paris et le reste du temps, naviguait avec Monette, son épouse, et leurs trois filles. C’est ainsi qu’ils traversèrent l’Atlantique sur un Trismus 37, firent le tour des Antilles et des Caraïbes, se rendirent en Afrique du Nord et naviguèrent un peu partout où ils avaient envie d’aller. Jo, un caractère bien trempé, une soif de découvrir de nouveaux horizons et surtout beaucoup de courage, ne se laissait arrêter par rien.

Le Doux Zéphyr

Au début des années 50, Jo acquiert un bateau de 31 tonneaux datant de 1937 et pilotin de la Marine nationale. Il le retape et le fait aménager par des artisans locaux. Un grand tau bleu est installé pour protéger la future clientèle du soleil et des embruns, de petites tables sont disposées le long des bastingages avec chacune une lampe qui diffusait le soir une lumière douce et chaleureuse et une cuisine trouve place à l’intérieur. Jo invite deux amies « crêpières » de Bretagne à le rejoindre pour confectionner des crêpes de première qualité. Des glaces et des fruits de mer sont également servis à bord et le menu est fixé à l’ancre, posée sur le quai, à l’arrière du bateau.

Jo gérera le bateau durant quatre ans avant de s’embarquer, fortement poussé par le maire de Saint- Martin, dans la grande aventure du Bastion de la Mer. L’exploitation du bateau nécessitait une licence IV, celle du Bastion aussi. Or il était interdit à cette époque de posséder plusieurs licences IV. C’est ce qui amènera Jo à donner le Doux Zéphyr à son beau-père, mari de sa mère. La crêperie aura encore de belles années devant elle et le bateau appartiendra à différents propriétaires jusqu’au jour où, au milieu des années 70, il fut remorqué jusqu’à La Rochelle pour y être détruit, au probable soulagement de la municipalité de Saint-Martin qui manquait de places dans le port.

Une nouvelle aventure : le Bastion de la Mer

Les anciens gérants de la crêperie

Monette et Jo chez eux

Le 17 mars 1963, la commune de Saint-Martin concède un terrain en concession avec bail emphytéotique pour trente ans à Jo Hugerot afin d’y installer « un établissement de thé, de danses et de pistes de jeu dites bowling au Bastion de la Mer ». L’aménagement au milieu des fortifications Vauban se révéla une épreuve très physique. Au moins 1000 camions furent nécessaires pour déblayer la terre et la répartir sur les différents chemins de la commune avant de pouvoir commencer les travaux. La vie nocturne de l’île dans les années 60 n’était pas très animée et le Bastion rencontra un succès immédiat. De 1963 à 1983, date à laquelle il revendra la discothèque à Jean-Marie Gorius après lui avoir fait obtenir un nouveau bail de trente ans, Jo fut un homme de la nuit complètement absorbé par la difficile tâche de gérer une affaire de cette taille.

Sa liberté recouvrée, Jo repartit naviguer sous le soleil des îles toujours en compagnie de Monette. Aujourd’hui à 85 ans, bon pied, bon oeil, il continue à sortir en mer sur son bateau ou avec des amis quand le temps le lui permet.

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • gros louis
    Publié le 4 juin 2018

    Ce fameux bateau a été acheté par ma mère Danielle Françoise LE CARROUR en 75 ou 76… qui l’a exploité jusqu’en 84 je crois puis suite à des problèmes de » normes »… (il devait géner d’autres commerçants… puisque c’était le meilleur commerce du port…) à l’époque le maire est Marcel GAILLARD. Bref, mon père décide de le sortir du bassin à flots et l’emmener à LA ROCHELLE pour restauration… jusqu’à maintenant tout va bien… sauf que la municipalité décide de ne pas renouveler la concession ou l’a.o.t… de faite le bateau resta 2 ou 3 ans au sec parking St Jean D’acre ou il fût détruit… je tiens à signaler que nous avions un statut de commerce itinérant ce qui permet à une mairie de faire ce quelle veut… voilà un peu plus d’éclaircissement.

    Répondre
    • FAMILLE HITTLER LOIX
      Publié le 4 juin 2018

      Salut Jean,
      Dans le même temps du doux Zéphir, toi le Cavalier des Mers et Ar Wag, n’oublie jamais qu’il n’y a que les idiots pour mal penser, et être jaloux………… Que de bons moments passés ensemble sur le Cavalier, les pélagiques et la coquille en saison……….
      portes toi bien avec ta compagne, que je connaissais bien a l’époque de son école de danse …….
      Des bises Jean
      Fabrice famille HITTLER de Loix

  • Drago voltigeur
    Publié le 11 septembre 2018

    Marcel Gaillard est devenu maire que de 1989 a 1995 et non en 1984 donc a l’époque le Doux Zéphyr existe déja plus dans le port de st martin de ré 17410
    le maire de 1981 a 1989 c’est Mr Guénon Daniel / de 1959 a 1972 c’est Yves Bouthillier / de 1972 a 1975 c’est André Henette / de 1975 a 1981 c’est Jean – Lagane voila

    il n’y a pas a être jaloux et a penser mal et vous Famille Hittler de loix – jean louis c’est le fils a Guy Le Carrour

    Répondre
  • Gros Louis
    Publié le 21 août 2020

    Pour la fin du bateau tout n’est pas exact….ma mère ;la dernière propriétaire est en train d’écrire un bouquin où il y aura l’explication de la fin du bateau….c’est plus cocasse qu’on peut le penser….certains commerçants et la mairie de l’époque ont bien participé à sa perte……

    Répondre
  • asvsimon
    Publié le 16 avril 2022

    Les enseignes de ce bateau à pour la première fois été peint par mon beau père et moi même. Il était établi à Saint Maur des Fossés dans le 94 et le propriétaire habitant cette ville avait demandé à mon beau père de venir lui peindre son bateau . Ce qui ne nos gênait pas puisque pendant 25 ans nous prenions nos vacances au porte en ré. J’ai d’ailleurs une photo qui immortalise ce moment en oyant mon beau père sur une échelle peindre ce bateau dans le port à sec car à l’époque il n’était pas le bien venu.

    Répondre