Élection

Elections municipales 2020 - La Flotte

Jean-Paul Héraudeau, l’« enfant du pays », part à la conquête de La Flotte

© Nathalie Vauchez - Jean-Paul Héraudeau va à la rencontre des Flottais, avec lesquels il entend travailler en amont son programme.
Publié le 05/12/2019

Le Maire sortant Léon Gendre ayant mi-novembre annoncé son retrait de la vie politique, on se doutait bien que son principal « opposant », Jean-Paul Héraudeau, ne tarderait pas à se déclarer candidat à sa succession. C’est officiellement chose faite depuis ce mercredi 4 décembre 2019.

Longtemps considéré comme « le fils spirituel » de Léon Gendre, auprès duquel il a oeuvré pendant deux mandats en tant que 1er Adjoint, de 1995 à 2008, Jean-Paul Héraudeau a progressivement pris ses distances avec le Maire de La Flotte, notamment au regard de son mode de gouvernance et de son fonctionnement, qui ne lui correspondent pas. Il siège ainsi au conseil municipal depuis 2008 comme “1er opposant”.

« Il m’a tout appris, mais j’ai à un moment donné exprimé une autre vision »

« Il m’a tout appris, je suis d’accord avec lui sur le fond, mais je diverge sur la forme », explique-t-il. « Je me suis investi depuis vingt-cinq ans à La Flotte et sur l’île de Ré – un temps comme vice-président de la Communauté de Communes -, aux côtés de Léon Gendre, puis en face de lui, non pas contre lui mais en exprimant une autre vision. J’ai fait le choix de mener une liste aux élections municipales de mars 2020 pour pérenniser le travail réalisé, avec la volonté affichée de continuer tout ce qui est bien mais aussi améliorer certaines choses. Nous devons répondre à de nouveaux défis de société, aux attentes de participation citoyenne, de dialogue et de transparence.

Si je me suis présenté deux fois face à Léon Gendre, comme tout Flottais je rends hommage à son engagement exceptionnel de quarante- trois ans, à ses convictions. Je me démarque de lui sur le fonctionnement. « Un homme seul est toujours en mauvaise compagnie ». La liste que j’ai constituée est composée de compagnons de route dont je connais l’engagement, elle reste ouverte et incarne les différents aspects de la politique que nous voulons insuffler. Elle tient à la fois compte de l’Histoire et de l’expérience, tout en s’ouvrant à de nouveaux profils. Cette liste ainsi que notre programme seront dévoilés en février, nous prévoyons une ou deux réunions-débat, je suis d’ores et déjà très présent sur le terrain et je vais à la rencontre des Flottais.

S’inscrire dans la continuité, mais en allant plus loin

Notre programme s’inscrira dans la continuité politique de La Flotte, il sera travaillé en amont avec les habitants, il s’agira d’un engagement sur six ans qui se doit ainsi d’être sérieusement préparé. Léon Gendre a fait de La Flotte un diamant brut, je voudrais le tailler, l’affiner. Il y a notamment deux domaines qui m’interpellent fortement, le logement et la vie économique. Maintenir une population dans la Commune grâce à une politique de logement n’est intéressant que s’il y a du travail aussi sur la Commune. Il y a des secteurs économiques à développer, en matière environnementale, par exemple, il faut accompagner les aînés, développer une politique de l’enfance. Le logement social n’est pas la seule réponse, je me suis battu pour du logement en accession à la propriété et pour une mixité sociale. Une autre façon de créer du logement consiste aussi à développer le parc du logement communal.

Autre sujet de divergence, on aurait dû avoir une crèche à La Flotte. Nous maintiendrons le Jardin d’Enfants, il n’est pas question d’y toucher, il prépare très bien les petits à l’entrée à l’école. Il n’a toutefois pas d’existence légale, représente un coût lourd pour la Commune et ne concerne que le temps scolaire, quid du périscolaire ?

Concernant nos seniors, il faut les maintenir dans le village, grâce aussi à des commerces, des services, des professionnels de santé. Ils représentent l’ADN de la Commune, il faut mettre un gros accent sur eux, favoriser leur maintien à domicile, mais aussi via des petites structures résidentielles très légères, communales ou privées, avec des pièces de vie partagées. »

« Un ancrage fort » qui résonne comme un sérieux atout

« Mon ancrage sur La Flotte où je suis né et où je travaille avec mon épouse pour encore quelques semaines* constitue un atout fort pour connaître et comprendre les spécificités de la Commune et de ses habitants, je connais les familles sur plusieurs générations, cependant les nouveaux Flottais nourrissent aussi la population permanente. L’ambition personnelle n’est pas un moteur suffisant pour justifier une quelconque légitimité.

Mon adversaire je le respecte et je me soumettrai à l’arbitrage des électeurs, je ne le connais pas bien, car en dehors des séances du Conseil municipal, je le croise rarement dans les rues de La Flotte !

Enfin, il ne faut pas oublier que La Flotte fait partie d’une intercommunalité qui est nécessaire tant au regard de l’Histoire du territoire que des enjeux d’avenir, il n’y a pas de place pour des rivalités de clochers, et La Flotte ne doit pas en être exclue. Ne nous trompons pas l’enjeu c’est La Flotte et les Flottais. Il faut trouver des compromis entre les Communes pour avancer.

Je suis contre le cumul des mandats et leur inscription dans la durée, pour ma part je ferai un mandat unique en tant que Maire… »

Trois points de suspension… en attendant de connaître la liste et plus précisément son programme. Bien sûr la tête de liste est essentielle dans l’orientation du vote des électeurs, mais sa composition pourrait être tout autant déterminante, chaque candidat de l’équipe pouvant potentiellement drainer plus ou moins d’électeurs. Et le panachage de liste n’est pas possible dans les communes de plus de mille habitants. Rendez-vous début 2020 pour en savoir plus, le temps que Jean- Paul Héraudeau finalise sa liste et travaille son programme avec les Flottais !

* Ils vont prochainement prendre leur retraite professionnelle.

 

Le mode de scrutin des Municipales

Depuis la loi du 17 mai 2013, le scrutin de liste, jusqu’alors réservé aux communes de 3 500 habitants et plus, s’applique désormais à partir de 1 000 habitants. Le scrutin est proportionnel, de liste, à deux tours avec prime majoritaire accordée à la liste arrivée en tête : à l’issue du deuxième tour, la liste en tête obtient la moitié des sièges, l’autre moitié étant répartie à la proportionnelle entre toutes les listes ayant rassemblé au moins 5 % des suffrages. Lors de l’éventuel second tour, seules les listes ayant obtenu au premier tour au moins 10% des suffrages exprimés sont autorisées à se maintenir. Les listes doivent être complètes, sans modification de l’ordre de présentation, et doivent être composées d’autant de femmes que d’hommes.

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, le scrutin est plurinominal, majoritaire, à deux tours. Les candidats se présentent sur une liste, mais les électeurs peuvent modifier les listes, panacher, ajouter ou supprimer des candidats.

Propos recueillis par Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires