Culture

Festival - Saint-Martin

Jazz en Ré : cette 22ème édition a tenu toutes ses promesses

©Bernard Collin
Publié le 03/09/2019
Noter cet article

Du 23 au 25 août, le Port de Saint-Martin a vécu au rythme d’un jazz très festif, attirant trois-mille-cinq- cents amateurs et badauds. Un vrai plus pour la capitale chaque été en fin de saison, dommage que tous les professionnels du port ne jouent pas le jeu.

Voilà vingt-deux ans que Daniel Lagarde, initiateur du festival martinais, et la poignée de bénévoles (sept fidèles) qui l’entoure portent seuls ce festival de belle qualité, qui a su rester avant tout convivial. Seuls ? Pas tout à fait, puisque les Collectivités (Mairie de Saint-Martin, CdC de l’île de Ré, Département de Charente-Maritime) ont toujours soutenu l’évènement au budget duquel ils contribuent à hauteur de près de dix-huit mille euros (42 % du budget). Et que le premier vice-président du Département, Lionel Quillet, l’a assuré de la pérennité de ce soutien, quand le Port passera sous gestion départementale (Loi NOTRe).

Daniel Lagarde peut aussi se féliciter de la fidélité des dix-neuf partenaires privés, qui complètent avantageusement un budget à l’équilibre, grâce à une gestion serrée. Même s’il regrette que la plupart des restaurateurs de Saint-Martin (hormis La Marine, le Skipper, le Bistrot Marin, Le Cervane et La Cible qui soutiennent activement Jazz en Ré) ne jouent pas le jeu alors que le festival attire indéniablement des vacanciers et résidents sur le port et dans la ville, trois soirées durant.

Grâce à une belle programmation – toutes les formations ont séduit le public, même si Chanson d’Occasion a été particulièrement remarqué – , mais aussi à une météo clémente, Jazz en Ré a fait le plein avec près de mille spectateurs fixes par soirée, en plus des badauds. Malgré la « concurrence » de la Nuit Américaine à La Flotte dimanche 25 août, qui a également drainé beaucoup de monde. Pour Daniel Lagarde il y a de la place pour des évènements de qualité sur l’île.

A peine le temps de décompresser quelque temps en Dordogne, son lieu de villégiature, Daniel Lagarde va s’atteler dès la fin septembre à la préparation de l’édition 2020 de Jazz en Ré. Car s’il annonce décrocher de sa fonction de conseiller municipal – après quatre mandats il ne se représentera pas en mars 2020 – il entend bien continuer de porter haut les couleurs d’un jazz revêtant de multiples formes. En attendant de trouver celui ou celle qui voudra bien prendre sa suite…

Chapeau l’Artiste !

Bernard Collin, photographe officiel de Jazz en Ré, vous propose une sélection de ses photos. Merci à lui.

©Bernard Collin Chanson d’occasion

©Bernard Collin Karine Gil Yaquero

©Bernard Collin Thomas Ibanez Quartet

©Bernard Collin Oyster Brothers

©Bernard Collin Sassy swinger

©Bernard Collin who is who

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires