Sports

Stade Rochelais

Ils l’ont fait

© Valérie Lambert
Publié le 15/07/2020

Le 19 juin dernier avait lieu la toute première conférence de presse du Stade Rochelais post-confinement.

« Le stade est fermé, il n’y a plus de vie, on a l’impression que tout s’écroule » déclarait avec tristesse Vincent Merling président du club accompagné de son directeur général Pierre Venayre pour décrire la situation dans laquelle les Jaune et Noir se trouvent suite à la crise financière dans laquelle le Covid-19 les a entrainés.

« Depuis 10 ans le bilan était positif, basé sur une structure saine, cette crise sanitaire fut comme un raz-demarée, on ne s’y attendait pas. » décrit le duo. Le Stade Rochelais a enregistré un préjudice de 7 millions d’euros pour cette saison sacrifiée. Mais Vincent Merling a surtout voulu souligner et remercier sincèrement l’élan de solidarité qui a sauvé le Stade Rochelais. « Je le dis et je l’affirme, nos partenaires, nos abonnés, nos salariés et nos joueurs ont sauvé le club, ça c’est une réalité ! » insistait- il presque ému.

Solidarité

Lors de l’appel à la solidarité lancé par le Stade Rochelais pendant cette période de confinement, 4,5 millions d’euros ont pu être sauvés. Avec les 90 % d’abonnés qui, fidèles à leur réputation de « meilleur public » n’ont pas réclamé le remboursement de leurs places pour les cinq derniers matchs à domicile qui restaient à jouer. Avec les 90% des partenaires qui ont montré leur soutien en maintenant et en renouvelant leur confiance pour la saison prochaine auxquels il faut ajouter le geste des salariés, des membres du staff et des joueurs qui ont eux aussi aidé à neutraliser l’impact en acceptant de baisser de 15 % leurs salaires.

Une jauge qui peut faire mal

Les 80 % du budget du club sont réalisés avec les matchs à domicile, Marcel Deflandre c’est 16 000 spectateurs. Pour l’heure comme pour tous les clubs ils ne peuvent accueillir du public qu’avec une jauge maximale de 5 000 personnes selon la décision du Ministère des Sports. Le 4 septembre prochain, date officielle de la reprise du Top 14, les deux dirigeants du SR espèrent vivement pouvoir être autorisés à recevoir tout le monde. Au cours de ce mois de juillet, la commission ministérielle doit réévaluer la situation pour décider d’une nouvelle augmentation du nombre qui serait autorisée dès la mi-août.

« On vit des moments plein d’interrogations, pour nous le huis-clos serait insupportable, une catastrophe sportivement et pour le rugby et pour notre survie financière. » assure Vincent Merling. Et d’ajouter : « Aujourd’hui le brouillard se lève, on veut y croire, on a de belles choses à vivre l’année prochaine. »

Pierre Venayre en a profité pour confirmer la recrue de cinq nouveaux joueurs de haut-niveau. Jules Le Bail pur jus Maritime qui revient après trois saisons passées à Vannes, l’Australien Will Skelton, Brice Dublin ancien du Racing 92 et deux Sud-Africains, Dillyn Leids et Raymond Rhuleuh. Il ajoute que l’an prochain le format staff évoluera vers l’objectif de rapprocher au maximum les jeunes de l’équipe professionnelle. Pour cela, ils ont déjà passé le nombre de contrats pro de 40 à 33 et plus d’une dizaine de jeunes intègrent dès cet été le groupe professionnel en contrat Espoir : Matthias Haddad, Émile Tulmavave, Raphaêl Sanchez, Thomas carol, Kenji Graulier, Martin Alonso Munoz, Mathis Lafon, Malcom Bertschy, César Baudin et Nils Guyon.Une conférence de presse sous le signe de l’espérance : « Tout ce qu’on a vécu là ce sont des moments forts qui nous ont soudés et qui vont nous servir demain » assure Pierre Venayre. Et quand Vincent Merling inquiet pour le futur calendrier, affirme pour conclure : « Je pense qu’il va y avoir des mêlées à relever », on comprend que les valeurs du rugby made in Jaune et Noir ne sont pas restées confinées.

Valérie Lambert

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires