Commerce

Nautisme

Grand Pavois : cap sur les nouvelles énergies !

Publié le 03/09/2019
Noter cet article

Le salon nautique international à flot de La Rochelle revient du 18 au 23 septembre au port des Minimes avec quelques nouveautés dont un espace dédié aux énergies alternatives.

Pour sa 47e édition, le Grand Pavois revient avec une recette qui ne change pas : huit-cents marques internationales, septcents bateaux exposés sur centmille mètres carrés d’exposition, deux-cent-cinquante nouveautés présentées, quatre-vingt-cinq mille visiteurs attendus, et plus de quinze baptêmes et initiations à divers sports nautiques, durant ces six jours de salon. Parmi les stands, deux entreprises rétaises : Blondeau Marine à Ars-en-Ré et le Bateau école de La Flotte. Comme l’an dernier, un espace sera dédié au recrutement dans la filière. Pour la première fois, l’unique site d’emplois spécialisés dans les métiers du maritime et naval, Click&Sea, sera présent, avec plus de vingt-trois-mille-six-cents CV à consulter et près d’un millier de postes à pourvoir (CDI, CDD et intérim). Plus d’infos : www.clicandsea.fr. Mais la véritable nouveauté de cette année tient dans la création d’un nouvel espace dédié aux énergies alternatives dans la plaisance. « Il a pour objectif de recenser l’offre existante, de mettre en avant les nouvelles solutions qui seront demain sur le marché comme le Quad 44 ou le Bagou (deux catamarans entièrement électriques), les nouveaux moteurs Torqeedo… », explique l’organisation du Grand Pavois. Pour l’instant, la filière électrique ne représente qu’1% de la production des chantiers navals, mais son potentiel de croissance sur le marché est bien réel. Une quinzaine d’innovations sont à découvrir dans ce nouvel espace composé en deux zones, une à terre et une à flot. On peut y découvrir l’enrouleur de génois électrique de la société Furlex, qui dispense de la force musculaire, ou encore la paddle board équipée d’un moteur électrique, de Sipaboards, idéale en cas de coup de mou ou de remontée à contre-courant ! Présenté pour la première fois au salon, le catamaran hybride Le Revolt devrait intéresser les professionnels du tourisme sur l’eau. Un produit presque régional : ses deux entreprises de construction ont bénéficié d’une aide à l’innovation de la Région Nouvelle- Aquitaine. Autre avant-première : le catamaran électrique Le Bagou 7.0, à usage des particuliers, facile à utiliser et à faible tirant d’eau… A l’instar d’autres nouveautés, certaines de ces embarcations pourront être testées en mer sur rendez-vous.

Le bateau de Bourgnon

Ce pavillon des énergies alternatives sera également l’occasion de découvrir la maquette du Manta, le bateau nettoyeur des mers de l’association The SeaCleaners. Yvan Bourgnon a voulu réaliser le premier navire hauturier capable de collecter et de traiter en flux continu de grandes quantités de macro-déchets plastiques flottant à la surface des océans. Concentrant dans sa conception de nombreuses technologies innovantes en matière de production d’énergie de sources renouvelables ou limitant son bilan carbone global, l’autonomie énergétique du Manta est maximisée. Des actions seront menées sur le salon, comme le ramassage des mégots sur la plage, ainsi que des ateliers pédagogiques.

Au niveau des a n i m a t i o n s , une parade de bateaux électriques au départ du Grand Pavois L a R o c h e l l e dans le chenal et jusqu’au Vieux Port de La Rochelle sera organisée, ainsi qu’une table ronde avec des intervenants majeurs du secteur et les médias.

Des hydravions

Parmi les nouveautés originales, on ne manquera pas la présence de deux hydravions, des Flywhale FW02. Le salon accueille pour la première fois ces avions amphibies au design original. Confortable pour voyager à deux, ces « petits » modèles sont aussi à l’aise sur l’eau, sur terre que dans le ciel. Les visiteurs pourront se renseigner sur le salon pour faire, éventuellement, des essais après l’événement.

La filière française en chiffres

– 13 millions de pratiquants

– 400 ports de plaisance pour 252 000 places

– 5 500 entreprises pour 41 500 salariés

– 4.8 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel.

– 53.000 unités produites par an : 1/3 voile et 2/3 moteur

– 75% de la production vendue à l’exportation.

Anne-Lise Durif

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires