Aide et humanitaire

Lions Club île de Ré

Le Lions Club de l'île de Ré a remis un chèque à la Ligue contre le Cancer

Un geste envers les enfants et les ados atteints du cancer

Olivier Poirier, Marie Poirier, Jean-Marie Piot et Gérard Marieau
Publié le 07/12/2016

Dans le cadre d’une de ses réunions statutaires, le Lions Club de l’île de Ré recevait le professeur Jean-Marie Piot*, afin de lui remettre un chèque de 8 290 € résultant de la vente aux enchères de planches originales réalisées par les dessinateurs lors du dernier Salon de la BD de Saint-Martin-de-Ré le 7 août 2016.

Gérard Marieau, président du Lions Club, a rappelé que depuis 2013, « cette action est la deuxième, avec l’opération Tulipes, entièrement destinée à la lutte contre le cancer, et plus particulièrement à la lutte contre le cancer des jeunes et des adolescents. Cela d’autant plus qu’en 2017, année du centenaire du Lions Club, cette année sera celle de la jeunesse. Cette action, nous la devons au couple Poirier, Olivier et Marie, qui eut l’idée de cette vente aux enchères pour venir en aide au monde associatif. Ainsi, depuis quatre années que nous collaborons, ce sont 36 000 € qui ont été alloués à la Ligue 17, en plus des 214 000 € qu’ont rapportés les tulipes ».

Olivier Poirier, l’organisateur du Festival, a souligné que si « la finalité de celui-ci était bien sûr en période estivale de faire la fête, pourquoi ne pas la faire tout en servant une bonne cause. Après avoir aidé la SNSM, puis la LPO, nous avons été personnellement touchés par un cas de cancer chez un jeune de notre famille, d’où dorénavant l’orientation toute naturelle de notre aide envers la Ligue 17 ».

Successeur de Jean-Claude Artus à la présidence de la Ligue contre le cancer 17, Jean-Marie Piot a précisé que « la Ligue, à l’échelon national, était le premier financeur non gouvernemental en matière d’aide à la recherche pour lutter contre le cancer. Si des progrès sont réels, la partie est loin d’être gagnée, et chez les enfants les cas de cancer déclarés auraient plutôt tendance à augmenter. La faute en incombant à notre environnement, à ce que l’on respire, à ce que l’on mange, il s’avère donc urgent, outre le travail de recherche, de faire en parallèle de plus en plus de prévention ».

 

* Patron du laboratoire de recherche contre le cancer de l’Université de La Rochelle et président départemental de la Ligue contre le cancer

 

JPP

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires