Environnement

Protection de la faune et de la flore marines

Fin de la pêche au chalut pélagique sur le plateau de Rochebonne

Situation géographique et éloignement à la côte du plateau de Rochebonne
Publié le 04/02/2020

A l’issue de la consultation du public qui a eu lieu du 1er au 22 octobre 2019, Fabienne Buccio, préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, a annoncé le 26 décembre avoir décidé de fermer définitivement la pêche au chalut sur le plateau de Rochebonne.

« Située au-delà des eaux territoriales, à environ trente milles nautiques (50 kilomètres) au large du littoral de la région Nouvelle- Aquitaine (à l’ouest de l’île de Ré), le plateau de Rochebonne est un espace naturel sensible particulièrement remarquable, classé pour partie au titre de Natura 2000.

Depuis 1978, la pêche au chalut pélagique y est ouverte tous les deux ans pendant 60 jours, en début d’année, et interdite le reste du temps (…). Ce contexte, longtemps inchangé, a connu deux évolutions significatives dont l’État a souhaité tenir compte, dans le double souci de protection des écosystèmes marins et de gestion durable de la pêche : les fortes mortalités de cétacés constatées l’hiver dernier, qui conduisent à l’application du principe de précaution même s’il n’a pas été possible d’établir un lien direct avec la pratique du chalut pélagique ; la protection de certaines espèces aujourd’hui considérées comme menacées au regard de la réglementation communautaire de la pêche, en particulier le bar, dans une zone de nourricerie et de reproduction de l’espèce.

Dans ce contexte, la stratégie de façade maritime, signée le 14 octobre dernier, définit, pour la première fois, une véritable vision stratégique pour le développement durable des activités maritimes et la gestion intégrée des espaces maritimes et des littoraux à l’échelle de la façade Sud- Atlantique. Elle retient dans ses objectifs environnementaux la protection du plateau et des hauts-fonds marins de Rochebonne.

En conséquence, la direction interrégionale de la mer a engagé à l’automne une large concertation associant les organismes scientifiques et les organisations professionnelles. Elle a également lancé une consultation du public qui a fortement mobilisé et suscité plus de 4300 contributions, essentiellement favorables à l’interdiction de la pêche sur ce plateau (…) La préfète de la région Nouvelle- Aquitaine a ainsi décidé non seulement de mettre un terme aux accords de 1978 et à la pêche au chalut sur le plateau de Rochebonne, mais aussi de proposer une réflexion sur la constitution d’une zone de protection forte sur ce plateau, sous la forme par exemple d’une réserve naturelle. »

Cette décision, a reçu le soutien des organisations régionales de pêche de Nouvelle-Aquitaine, des Pays-de-la- Loire et de Bretagne.

Enfin une bonne nouvelle pour les associations !

La LPO, Ré Nature Environnement et Nature Environnement 17, après avoir largement alerté dans nos colonnes l’hiver dernier sur l’échouage de milliers de dauphins présentant des traces de capture accidentelle par la pêche, nous ont fait part de leur grande satisfaction par la voix de Dominique Chevillon : « C’était une demande de longue date de nos associations qui a été réitérée avec force il y a quelques semaines encore. Notons que la pêche professionnelle ne s’était pas opposée à cette demande. Nous considérons que cette décision constitue une réelle avancée dans la protection de ces hauts fonds récifaires granitiques (massif armoricain) qui présentent une très grande richesse alguale (des laminaires notamment qui sont ancrées à 40 mètres de fond compte tenu de la clarté des eaux à cet endroit), mais aussi une très grande biodiversité animale de dauphins et marsouins, d’oiseaux pélagiques en hivernage, de tortues marines, etc. Zone importante de frai du Bar, c’est aussi une bonne nouvelle pour ce poisson qui est en difficulté sur toutes les côtes françaises. »

Le Ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a « salué cette décision proposée par les structures de la pêche professionnelle et qui témoigne de l’engagement résolu de celle-ci dans la gestion durable ».

Informations recueillies par NV

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires