Nature

Incident

Filet de pêche à la dérive : un véritable danger sur les côtes du nord de l’île

© Romain Corraze - Les bénévoles ont tenté de récupérer le filet
Publié le 21/04/2021

Un filet de pêche dont la longueur a été estimée, dans un premier temps, à trois kilomètres, a été repéré, vendredi 9 avril, par une personne qui se rendait sur l’estran au niveau de la pointe du Grouin à Loix

Ce filet dérivant a causé une importante mortalité sur la faune marine (bars, congres, maigres, seiches, crustacés) et présentait des risques pour la navigation et toutes les activités nautiques.

De nombreux bénévoles se sont rendus sur place. Ils ont tenté de neutraliser une partie du filet en le découpant et en ôtant les flotteurs pour qu’il ne pêche plus. Les sections découpées ont été déposées sur la banche.

La mairie de Loix et la Communauté de Communes ont rapidement été contactées et leur réaction ne s’est pas fait attendre. Lors d’un point presse, le 17 avril, Lionel Quillet a précisé que les Loidais sont très attachés à la protection de l’environnement au niveau de leurs côtes, ils ont toujours été sensibles au respect de la biodiversité.

Aux dernières nouvelles, on peut estimer la longueur totale de ce filet laissé à la dérive, à plus de cinq kilomètres, même s’il est séparé en deux parties. Il s’agit d’un accident, a bien précisé le président de la CdC. Les Affaires Maritimes sont souvent confrontées à ce type de problème, mais le plus important est de travailler en partenariat. Il faut être alerté le plus rapidement possible.

© Jacques Buisson – L’AEMA est venue prêter main forte aux bénévoles et aux élus, pour retirer la plus grande partie du filet

« On a géré à la rétaise »

Ce sont les termes employés par Lionel Quillet. Même si la chaîne d’alerte n’a pas donné entière satisfaction, l’élu a insisté sur la réactivité des écogardes qui sont toujours autant présents sur l’estran. Il a souligné l’intervention de plusieurs bénévoles et remercié l’AEMA (Association des Etangs et Marais d’Ars) dont les moyens d’action mis à disposition ont été d’un grand secours. Au total, trois kilomètres et demi ont été enlevés en deux journées. Il reste, environ, un kilomètre et demi dont une bonne partie, malheureusement, pêche encore.

Cependant, l’élu rétais demeure optimiste. Le problème sera, selon lui, résolu à la fin du mois d’avril, grâce aux forts coefficients de marées.

Signalons que le dernier marin-pêcheur casseron a apporté sa contribution pour la localisation des flotteurs. Le club de plongée sous-marine de Saint-Martin de Ré effectuera des sorties au cours du mois de mai afin de repérer d’éventuels restes du filet.

Pour ce qui concerne les responsables de l’AEMA, Jean-François Beynaud (président) et Pierrick François (directeur), se sont félicités du travail réalisé. Ils sont même allés jusqu’à qualifier leur intervention de « succès ». Enfin, Sylvie Dubois, Directrice Environnement de la CdC, a indiqué que tous les restes du filet allaient être provisoirement stockés, en attendant une possible enquête, avant d’être incinérés.

© Romain Corraze – Le filet a causé de nombreux dégâts parmi les poissons

En guise de conclusion, Lionel Quillet a suggéré la mise en place d’une table ronde réunissant le Préfet, les Affaires Maritimes, le Comité des pêches et des élus pour gérer dans les meilleures conditions possibles ce genre d’incident.

Jacques Buisson

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires