Culture

Festival de Musique Classique - Ile de Ré

En mode majeur et sans bémol : c’est parti pour la 32ème édition de « Musique en Ré » !

Comme chaque année, le festival présentera un concert qui permet aux élèves de se mettre en lumière par un florilège d’oeuvres emblématiques, accompagnés par l’orchestre symphonique .
Publié le 11/07/2019

Le festival débute le 16 juillet pour seize jours de concerts dans toute l’île. Savoureusement mêlés, solistes de renommée et talents en devenir donneront vingt représentations exceptionnelles.

Le succès de l’un des plus grands festivals de musique classique en France réside sans doute dans sa formule unique. D’abord, il y a ces élèves (environ soixante-dix chaque année) parmi les meilleurs des conservatoires. C’est pour eux qu’un tel concept a été imaginé. Assignés depuis leur plus jeune âge à l’étude et aux répétitions solitaires, ils forment le temps d’une parenthèse une joyeuse académie, invitée (le mot est ici à prendre au sens littéral puisque leurs trois semaines de présence sur l’île sont intégralement prises en charge) à progresser au contact de leurs aînés, mais aussi et surtout du public. À leurs côtés des grands noms, virtuoses désormais sollicités sur les plus prestigieuses scènes, qui ayant mesuré le chemin à parcourir s’attachent à transmettre le flambeau d’un métier-passion.

L’ensemble évolue dans une complémentarité artistique, que l’enthousiasme porte au meilleur niveau. Pour servir cette belle émulation, le président de l’association Kamiar Kian, travaille au programme avec les musiciens depuis le mois d’octobre. Si la machine est avec le temps bien rôdée, cette édition comportera comme les autres son lot de surprises avec un répertoire des plus varié.

Itinérance mélodique… De villages en époques : voyage dans toutes les musiques

Le premier concert au Bois-Plage (gratuit et en plein air) reflète bien l’esprit du festival résolu à teinter d’un souffle de fougue la touche classique qui le caractérise. « Offswing Jazz Manouche et Opéra » donnera le ton avec cette formation créée à l’initiative des musiciens de l’Orchestre de Paris.

Comment l’éluder lui qui embrasse tous les genres musicaux ? Mozart sera en quelque sorte le parrain de cette 32ème partition avec trois soirées dédiées les 20, 22 (ensemble vocal de l’Abbaye aux Dames de Saintes) et 25 juillet à Saint-Martin, où sous la baguette du brillant Nicolas Simon la flûte ne manquera pas de nous enchanter.

Sa carrière fulgurante l’a conduite à se produire très tôt aux côtés de Yehudi Menuhin ou encore Mstislav Rostropovitch dans les plus grandes salles d’Europe et du monde. Artiste complète, ses enregistrements sont couronnés des plus hautes distinctions depuis près de quinze ans. Kamiar Kian l’annonçait dès le mois de mars : « C’est une grande fierté et une chance inouïe d’accueillir Anne Gastinel cette année ». La reine des solistes donnera un concert unique le 28 juillet à Saint-Martin. Dans l’église, elle interprètera le concerto pour violoncelle d’Offenbach dit « Militaire ». Une oeuvre longtemps réputée injouable.

La jeunesse à l’honneur

C’est là un enjeu majeur du festival : ouvrir la musique à tous les publics, et la manifestation s’y atèle de longue date en s’illustrant non seulement par les jeunes prodiges invités, mais aussi au travers d’une programmation qui ne manque jamais de les inclure. Ainsi une représentation pédagogique leur est-elle réservée, avec au menu de l’opéra « à déguster en famille »… Des histoires, des décors, des costumes, un orchestre et des chanteurs lyriques : il sera question de plonger dans cette univers féérique le 24 juillet à 18 heures au Bois-Plage.

Le 18 juillet à la même heure, c’est le JOA (Jeune 0rchestre de l’Abbaye) que l’on pourra découvrir. En résidence à la cité musicale de Saintes, la formation jouera Mendelssohn et Dvorak sur des instruments d’époque.

À 26 ans, il se voyait décerner le premier grand prix, lors du concours international de Dublin. Musicien éclectique dont on convoite les qualités d’écoute et la sensibilité, Romain Descharmes est l’un des pianistes les plus en vue du moment. Tous ses disques sont salués par la critique, tel celui consacré aux compositeurs du début du XXème siècle, enregistré sous le parrainage de Pierre Boulez. À l’honneur pour plusieurs soirées, il proposera aussi (en duo avec Pierre Fouchenneret au violon) une journée complète d’immersion dans le Romantisme allemand le 26 juillet.

Une date à ne pas manquer parmi toutes celles répertoriées dans le programme inséré en pages centrales de cette édition de Ré à la Hune, qui rappelle combien la musique se marie harmonieusement aux couleurs de l’île de Ré.

Le festival « Musique en Ré » est labellisé Site en Scènes Du 16 juillet au 1er août : 7 concerts gratuits en plein air, 1 concert symphonique offert par les étudiants de l’académie, 5 concerts symphoniques en église et bien d’autres surprises… http://vps22456.ovh.net/

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires