Enfants et jeunes

Education

Ecoles : deux classes en moins dans l’île de Ré

Annick Baillou : « En terme de ratio, on est en moyenne à un professeur pour moins de vingt-cinq élèves ».
Publié le 27/03/2019

Trente et une classes vont être fermées à la rentrée sur l’ensemble du département. L’école de Sainte-Marie et le RPI* des Portes en Ré/Saint-Clément sont concernés.

C’est la nouvelle Inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’Education Nationale (IA-DASEN) Annick Baillou qui a officialisée la nouvelle : trente et une classes seront fermées à la rentrée. Des fermetures actées définitivement, sans compter les sept dont l’avenir est encore incertain. « Les fermetures conditionnelles, c’est quand il reste des choses à régler avec les élus, soit parce qu’on manque d’éléments concernant les effectifs de la rentrée – par exemple si des logements sociaux sont construits entre temps – ou si on n’est pas d’accord sur les effectifs à venir », explique Annick Baillou, « Nous avons des flux d’élèves qu’on ne maîtrise pas parfaitement ». Une fermeture d’école, celle de Saint-Exupéry (sept classes) à Saintes, a également été décidée. Une décision mûrement réfléchie selon l’inspectrice : « Une fermeture ne se décide pas du jour au lendemain : ce sont des choses qui ont été préparées longuement avec les élus, en fonction des constats dressés depuis des années ».

Pour l’Académie, les fermetures de classes à venir ne sont que la confirmation d’une baisse des effectifs constatée depuis une demi décennie. « On l’avait d’abord observée sur les maternelles : aujourd’hui ces enfants arrivent en primaire et en élémentaire », explique l’Inspectrice. Les effectifs actuels laissent envisager 644 élèves en moins à la rentrée 2019, 650 pour la rentrée 2020. La Charente- Maritime n’est pas la seule concernée par le phénomène : l’Académie prévoit une baisse de 1991 inscriptions à la rentrée prochaine sur l’ensemble du Poitou-Charentes.

Au moins douze ouvertures de classes

Annick Baillou l’assure, cette baisse des effectifs et ces fermetures de classes ou d’école ne se traduiront pas par une baisse des moyens. La preuve, selon elle : la création de deux postes équivalents temps plein (ETP) supplémentaires. Avec le passage obligatoire de la scolarisation à 3 ans, les effectifs en maternelle ont dû être repensés, ce qui demande davantage de personnels. Plus d’encadrement également avec le doublement des Cp et CE1 en zone d’éducation prioritaire (REP+ et REP), dont la mise en place avait déjà commencé en 2017 : après 16 postes créés ces deux dernières années, trois supplémentaires vont être instaurés en REP à La Rochelle. « Depuis 2017, cela représente dix-neuf créations de classes en CP et CE1 sur l’ensemble du département », précise Annick Baillou.

D’autres ouvertures seront peut-être prononcées d’ici le mois de juin. « Nous savons qu’en général nous avons une dizaine d’ouvertures de classes supplémentaires annoncées chaque année avant la rentrée ». Douze sont déjà actées, essentiellement en Aunis et dans l’agglomération rochelaise.

Anne-Lise Durif

*RPI : Regroupement pédagogique intercommunal.

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires