Nature

Faune marine

Échouage de dauphins vivants

Le patit dauphin collé à sa mère. Crédit : Jean-Roch Meslin
Publié le 22/01/2024

Ce samedi 20 Janvier des promeneurs marchant le long de la digue des Éveillards, proche du petit port de Loix, aperçoivent deux dauphins en train de tourner en rond dans un trou d’eau, à marée basse.

Ils alertent l’observatoire PELAGIS de La Rochelle qui prévient les correspondants Rétais du Réseau Échouage et les Pompiers de Saint-Martin et de La Rochelle.

Les deux dauphins communs dans le chenal des Eveillards

Il s’agit d’une femelle avec son petit. Ces deux delphinidés sont des dauphins communs (delphinus delphis). Le plus petit est très jeune, sans doute un bébé de quelques mois, très dépendant de sa mère. On estime qu’il mesure environ une soixantaine de centimètres.

La marée est descendante et les deux animaux sont prisonniers dans la bassine d’eau qui subsiste juste devant l’écluse. Fort heureusement c’est un petit coefficient, le niveau d’eau suffisant leur permet de nager, même si le trou d’eau est restreint.

Avec l’équipe animalière de La Rochelle et les pompiers de Saint Martin, nous décidons de ne pas déplacer les animaux plus au large. Le stress engendré par une telle manipulation, risquerait vraisemblablement d’être fatal pour le bébé. L’idée est de laisser les animaux “marsouiner”, nager, dans la cuvette d’eau et d’attendre que la marée remonte. Notre inquiétude principale, est que les animaux sont en face de l’écluse des Éveillards, qui est ouverte. Le risque est qu’ils soient poussés par le flux montant, dans l’écluse et passent de l’autre côté dans les marais. Le sauvetage nécessiterait alors une intervention beaucoup plus compliquée avec une manipulation risquée pour les animaux.

Après une dizaine de coup de fils, malgré les efforts des Mairie de Loix et de la Couarde, il apparaît qu’il est difficile de trouver la personne qui peut manipuler la fermeture de l’écluse, un samedi soir. Une conseillère municipale de La Couarde rejoint l’équipe de sauveteurs et avec l’aide d’un pompier électricien, ils réussissent finalement à faire descendre les 4 pelles de l’écluse qui ferment l’accès à l’eau de mer et le passage des animaux de l’autre côté. A ce moment là, la mer commence juste à remonter et la nuit est tombée. Nous restons une heure de plus, les animaux sont calmes. Nous décidons de quitter le secteur. Le lendemain matin, les animaux sont bel et bien repartis au large, le secteur est inspecté et aucun animal à l’horizon. Aucun nouvel échouage de ces animaux n’est signalé dans la journée…

Nous étions tous, très émus par la délicatesse que la mère portait à son petit. Ce bébé se collait au dos de sa mère et la touchait régulièrement pour se rassurer. Elle faisait très attention à ne pas s’échouer sur la vase en gardant le maximum de hauteur d’eau, elle virait à 180 ° dés qu’elle sentait le danger trop près.

Nous avons entendu des sons émis par la mère qui devait communiquer avec son petit, peut-être pour lui expliquer la situation et le tranquilliser.
C’était une intervention particulière où le calme et l’expérience des pompiers ont permis ce sauvetage sans intervention directe sur les animaux.

Il faut savoir qu’une maman dauphin commun met au monde un jeune environ tous les 2 ans mais pas avant l’âge de 5 ou 6 ans . La gestation est d’environ 10 mois. Les naissances ont lieu près de la surface et le bébé sort par la queue. La femelle se retourne et rompt le cordon ombilical et c’est la première respiration du bébé. A la naissance le petit aura “deux tantes” qui seront là pour le protéger et l’allaitement durera environ 15 à 18 mois. La communauté des dauphins communs est donc très solidaire, cela va des soins aux nouveaux-nés, à l’aide des congénères blessés ou vieillissants.

Les mères et leurs petits sont généralement des animaux grégaires, donc pourquoi étaient-ils si loin de leurs groupes ? Des cas similaires ont été répertoriés sur le littoral atlantique, depuis plusieurs semaines (Source PELAGIS).

 

Le chenal des Eveillards à Loix

C’est au moins le quinzième échouage de dauphins vivants depuis une trentaine d’année dans ce chenal qui mène à l’écluse des Éveillards…

Jean-Roch Meslin

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Mimi
    Publié le 29 janvier 2024

    Je suis venue des années dans l’île de RÉ au Gillieux rue de la plage chez les parents Bougeois Actuellement ce sont leurs enfants qui y viennent . J’ai passé de super moments dans cette super île
    Maintenant un peu âgée pour ce déplacement.
    il reste les merveilleux souvenirs
    MERCI

    Répondre