Environnement

AG de Dunes Attitude

Etat des dunes sur l'île de Ré et défense du littoral

Une double stratégie nécessaire pour défendre le littoral

La plage disparaît-elle ? © Dunes Attitudes
Publié le 04/05/2017

Quel avenir pour le cordon dunaire ? Piétinement, érosion, vagues, courant de marées, tempêtes… Sous la controverse inquiétante « Alors la mer monte… ou la dune disparaît ? » l’association Dunes Attitudes créée en 2014 par Gérard Juin, a mobilisé une soixantaine de personnes extrêmement concernées.

Elle s’est tenue dans le complexe de plein air Interlude de Gros Jonc qui accueille, en saison, jusqu’à 1500 personnes par jour à moins d’une encablure de la si fragile dune.

Toutes les méthodes sont bonnes à prendre

Si la CdC travaille sur les PAPI et bataille auprès des instances pour obtenir les budgets adéquats, l’association du Bois-Plage mise sur la méthode douce, avec de tous petits moyens et les seuls bras des adhérents. Néanmoins l’action « Un sapin pour la dune » abondamment relayée sur les réseaux sociaux, a essaimé l’idée, dans le monde entier, que l’on peut mener de grandes actions environnementales avec peu ou pas de budget.

Mandaté par la CdC, Didier Rihouey, président du bureau d’étude Casagec Ingénierie* a restitué les résultats de trois années d’observation du littoral rétais, de 2013 à 2016.

L’impressionnante étude a portée sur un projet global d’observation du littoral comprenant un suivi bathymétrique (profondeur et relief des fonds marins) dans la Fosse de Loix et le Fier d’Ars, un profil topographique, un suivi du transport des sédiments, une étude des granulométries, l’observation de l’incidence des courants de marées, de la propagation de la vague, etc. Toutes ces observations, relevés, études et mesures in situ, ont été valorisés grâce à la maîtrise de technologies et de matériels innovants, sonar, sondeur, drones, caméras embarquées, numérique, photogrammétrie.

Des cartes « parlantes »

L’ensemble de ces données a ensuite fait l’objet de modélisations dynamiques sur trois ans, via des cartes et des diagrammes en animation et en 3D, très parlants. Citons seulement la modélisation morpho-dynamique du recul dunaire en période de tempête et la modélisation de l’agitation que la vague occurre sur le littoral.

Un trait de côte relativement stable

Les observations en pied de dunes (tous les 100 mètres) faites à intervalles chronologiques et géographiques fixes ont permis de constater un va et vient des sédiments. Si l’hiver 2013/2014 a été marqué par une érosion importante, avec 44 000 m³ de sable envolé et un recul de 10 mètres du trait de côte à La Couarde, l’hiver 2014/2015 a vu se ré ensabler Le Peu Ragot et l’hiver 2015/2016 a enregistré une stabilisation du pied de dune.

L’étude met en évidence que cette « respiration naturelle » de la plage est un phénomène saisonnier et que le trait de côte n’a pas significativement reculé sur trois ans. De même, une étude comparative avec des clichés datant des années 1970, malgré le manque de précision des photos papier, ne fait pas le constat d’un recul général du trait de côte.

Le maire du Bois Plage Jean-Pierre Gaillard a d’ailleurs abondé dans ce sens, expliquant aux adhérents la résilience du cordon dunaire au Bois-Plage et la reconstitution naturelle du pied de dune depuis Xynthia (+ 3 000 m³ et 5 cm d’épaisseur). En revanche à La Conche des Baleines c’est le recul de l’intégralité du front qui est constaté.

La gestion des sédiments

Le président de la CdC a précisé que, bien que coûteuse, cette étude serait reconduite sur trois ans et probablement au-delà.

Il serait envisageable, a-t-il soutenu, de mettre en place un plan annuel de gestion des sédiments sur les zones d’accumulation et de prospection des gisements sableux (La Conche, Chauveau, Le Bûcheron) comme cela est fait à Chatelaillon.

« Mais les projets, nous avertit Lionel Quillet, dès qu’ils touchent au milieu naturel peuvent rester sept ou huit ans au ministère de l’environnement avant d’être validés. C’est donc du côté de l’ONF que nous devons nous tourner pour les questions liées à la défense des dunes. En effet, même si l’ONF n’a qu’une compétence en matière de forêts littorales, elle nous rend de multiples services pour la défense des dunes, le tout payé par l’écotaxe, car s’il fallait attendre le ministère… Là-haut on juge que si la mer reprend ses droits, il faut la laisser faire, les dunes ne sont pas à défendre, elles sont, un point c’est tout ».

C’est précisément pour cette raison que Gérard Juin préfère sa méthode douce. Des opérations comme « Un sapin pour la dune », l’affiche détournée de Tintin « On a marché sur ma dune », et aussi les plantation d’oyats au Pas de Zanuck en partenariat avec l’association AVSCB, la mise en place de ganivelles pour baliser le cheminement, ou encore la distribution dans les campings de dépliants informatifs pour les nouveaux arrivants, n’ont pas besoin de délais à rallonge et de budgets faramineux pour être mis en place efficacement.

 

 

*Casagec : Bureau d’étude spécialisé en gestion du littoral et des milieux aquatiques est adhérent de l’observatoire national du trait de côte.

Site : casagec.fr

 

Dunes Attitudes

9, rue du Polygone 17580 Le Bois Plage

Tél : 07 81 93 97 54

 

Véronique Hugerot

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires