Élection

Municipales 2020 - Saint-Clément des Baleines

« Donner à Saint-Clément l’élan indispensable à une évolution nécessaire »

© Aurélie Cornec - Une salle municipale comble pour la première réunion publique de la candidate Lina Besnier
Publié le 05/12/2019

Lina Besnier, candidate à l’élection municipale de 2020, invitait les Villageois à une réunion publique le 15 novembre dernier. Nombreux sont les électeurs à s’être déplacés pour découvrir les grandes lignes du projet et échanger avec l’équipe en lice pour le prochain mandat.

« Je termine mon premier mandat, durant lequel je me suis intéressée à de nombreux sujets comme le PLUi (Plan local d’urbanisme intercommunal) ou le Phare des Baleines. J’aimerais faire évoluer la commune, la faire bouger, tout en gardant une qualité de vie. C’est pour trouver cet équilibre que je vous propose ma candidature en tant que tête de liste, pour donner à la commune l’élan indispensable à une évolution nécessaire et souhaitée par beaucoup de Villageois », affirme la candidate. Les défis à relever sont en effet de taille : trouver des logements pour installer de jeunes familles, créer une zone artisanale, étoffer l’offre de commerces à l’année, encourager les projets associatifs, améliorer l’aspect paysager de la commune ou encore préserver l’environnement.

Créer des logements pour les jeunes familles et les saisonniers

Plusieurs pistes ont été évoquées, dont le projet de vingt logements aux Ouches à l’initiative de la CdC (Communauté de communes de l’île de Ré). « Ce projet de logements sociaux s’annonce « long et compliqué », selon les termes employés par Lionel Quillet, le président de la CdC. Cela dépendra du PLUi mais ce que nous pouvons faire, au niveau de la commune, ce sont des petits projets : acheter des terrains et y construire quatre ou cinq logements », explique Lina Besnier. « Il faudrait par ailleurs inciter les propriétaires villageois à louer à l’année et promouvoir l’idée de logement intergénérationnel, c’est-à-dire louer une chambre à des personnes seules, notamment les saisonniers. Il ne faut pas attendre auprès de la CdC, il faut agir ». Certains logements communaux présentant des problèmes électriques ont par ailleurs besoin d’être rénovés, au moins dans un souci de sécurité.

Une zone d’activité à la taille de la commune

Une zone artisanale est prévue dans le PLUi, mais n’est pas encore exploitable. Il faut en effet attendre la réalisation des travaux de protection prévus dans le PAPI 3, suivie d’une révision du PPRL (Plan de prévention des risques naturels) et d’une modification du PLUi. « Certains bâtiments seraient conservés par la commune et loués à de petites entreprises afin de proposer une offre à la location sur le long terme. Cette zone serait à la taille de la commune, avec une quinzaine d’artisans, et sans habitation afin de permettre une réelle transmission ».

Dynamiser le centre bourg

« L’offre de services à l’année est insuffisante, il manque des commerces de proximité. Il faut assurer le maintien de l’épicerie dans la commune, dont le local est en vente, c’est indispensable. Nous projetons également de créer un lieu de vie ouvert à l’année, de type bar, ainsi qu’une halle pour étoffer le marché en période creuse ». Repenser l’aspect paysager de la commune, soigner les entrées de village, intégrer des plantations de façon harmonieuse et intégrer dans cette démarche l’aménagement du Moulin Rouge (avec des plantations, un parking ou encore l’organisation de manifestations) font par ailleurs partie des projets de l’équipe en lice. « Nous défendrons l’idée d’une ligne de bus qui ne desservirait que le nord de l’île avec une liaison directe vers La Rochelle et faire ainsi du bus une alternative réelle à la voiture ».

Les travaux de voirie : un travail de longue haleine

« Il convient bien entendu de poursuivre les travaux de voirie, beaucoup de nos routes restent à refaire. Un budget important doit y être consacré chaque année. Il faut aussi revoir la signalisation et l’interdiction d’accès à certains endroits notamment pour les camping-cars et trouver de nouvelles places de stationnement ». La candidate souhaite par ailleurs créer un cheminement piétons entre le Gillieux, la salle polyvalente et le Chabot, pour davantage de sécurité et sortir les bus du centre-village (sauf le bus scolaire) pour réduire les nuisances. La mise en place d’une navette prenant le relais au pôle d’échange est ainsi envisagée. « Cela permettrait aussi aux personnes âgées ou sans moyen de locomotion de se rendre au Phare ». Concernant l’achat de matériel municipal, comme une broyeuse, Lina Besnier a soulevé l’intérêt de « mutualiser les moyens avec Ars et Les Portes ». Elle estime également nécessaire l’achat d’une balayeuse pour le maintien d’une commune propre.

Préserver l’environnement et le patrimoine

Saint-Clément possède un environnement et un patrimoine remarquables qu’il faut à tout prix préserver. Pour cela, l’équipe de Lina Besnier envisage notamment l’installation de bacs à marée, après la saison 2020, la mise en place d’ateliers de sensibilisation et d’information avec les éco-gardes et la limitation de pollution visuelle, à l’instar des affiches de cirques. « Veiller à préserver le petit patrimoine, restaurer les puits communaux et entretenir le canot de sauvetage » font aussi partie du programme.

L’enjeu du tourisme

« Le tourisme est la première ressource économique de l’île et bien sûr de Saint-Clément. Nous avons quatre campings, un village vacances sans oublier le Phare. Nous devrons travailler avec les professionnels du tourisme pour améliorer l’accueil des visiteurs et être vigilants sur la sécurité des routes et des pistes cyclables ». Selon Lina Besnier, repenser le tourisme sur Saint-Clément consiste également à « développer le marché d’été, organiser davantage de marchés nocturnes en été et se positionner pour reprendre la gestion du Phare dont le contrat arrive à échéance ».

« Faire de Saint-Clément une destination culturelle »

Pour une vie culturelle et sportive dynamique, la candidate souhaite que la future municipalité reprenne la gestion de l’aire de loisirs pour notamment y tracer un parcours santé avec des agrès.

Elle propose par ailleurs de « Faire de Saint-Clément une destination culturelle en organisant des spectacles, des expositions, des concerts et utiliser la salle polyvalente et le terrain du Moulin Rouge pour l’organisation de manifestations ». Il s’agit aussi de soutenir les associations par le biais de subventions, de prêt de salles et de matériel et de favoriser la création de nouvelles entités associatives. Lina Besnier propose d’organiser une réunion annuelle réunissant toutes les associations pour établir le calendrier des animations et « pourquoi pas élaborer un projet commun, comme le fait Ars avec la Fête de la Sardine ».

Enfin, concernant l’école, il est question de proposer une alimentation en circuit court, voire bio, à la cantine. Le « fait maison », avec des produits frais et cuisinés sur place, offrirait une meilleure alimentation aux écoliers. Une idée qui devrait vraisemblablement séduire la centaine de parents d’élèves concernés, qui représentent autant d’électeurs.

La prochaine réunion publique de Lina Besnier et de son équipe aura lieu début février 2020.

 

Une équipe aux compétences complémentaires

– Lina Besnier, tête de liste, responsable d’entreprise, élue sortante

– Daniel Tassigny, retraité, directeur régional filiale Michelin

– Laurence Plaire, assistante maternelle et conjointe-collaboratrice d’artisan, élue sortante

– Jean-Pierre Picot, retraité, directeur délégué aux affaires publiques

– Marion Silhol, retraitée, metteur en scène-professeur de théâtre

– Christophe Penot, chef d’entreprise, informaticien

– Marine Loizeau, infirmière

– Bruno Véga, retraité, instituteur spécialisé et mandataire mutualisé MAIF

– Nathalie Rabiller, anesthésiste- réanimateur

– Gildas Jacquot, employé de loueur de cycles, ancien élu

– Benjamin Rancher, pharmacien

– Jean-Christophe Brard, diplômé en Architecture

– Manuel Martineau, agent d’accueil et réception en déchetterie

– Benoît Clique, éducateur sportif et mandataire immobilier

 

Oui à la Java

L’équipe de Lina Besnier se positionne clairement comme favorable au maintien de la Java des Baleines sur la commune. « La Java révèle avant tout qu’il manque un lieu de vie sur notre commune. Elle offre un lieu de rencontre et de loisirs pour les touristes mais aussi pour les Villageois. Cependant, il faudrait cadrer les choses avec eux pour limiter le bruit ».

Aurélie Cornec

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • rétais
    Publié le 20 décembre 2019

    BON ARTICLE. EQUIPE A SUIVRE

    Répondre
  • DANY
    Publié le 20 décembre 2019

    Une équipe dynamique

    Répondre