Services

Gestion départementale

Des travaux importants réalisés et prévus sur le port de Saint-Martin

© Nathalie Vauchez
Publié le 25/06/2020

Depuis le 1er janvier 2020, le port de Saint-Martin, jusque-là communal, est passé sous gestion départementale (Loi NOTRe) au grand dam du Maire. Le Département y engage d’importants travaux, dont certains étaient devenus urgents.

Le premier vice-président du Département, Lionel Quillet, accompagné du directeur de la Mer et du Littoral, Guillaume Métayer et du chargé de travaux portuaires et surveillant des ports départementaux, Pierre Durand de Gevigney, ont fait le 10 juin un point sur les travaux engagés sur le Port de Saint-Martin et sur ceux à réaliser très rapidement. Un important retard est à combler…

Le Département gère désormais 36 des 51 ports que compte la Charente-Maritime, dont 18 directement et 18 dans le cadre de syndicats mixtes avec les collectivités, plutôt situés dans le sud. Les autres ports sont communaux ou gérés par l’Etat. Le budget d’investissement prévu dans le cadre de la politique pluriannuelle est de 16,5 millions d’€ sur cinq ans, mutualisé entre les différents ports, les recettes de fonctionnement (terrasses, gestion du port, parking, etc.) de chaque port couvrant elles ses dépenses de fonctionnement.

Sur l’île de Ré, les ports de La Flotte (2019) et de Saint-Martin (2020) sont ainsi passés dans le giron départemental, Gisèle Vergnon (conseillère départementale île de Ré) est présidente des deux conseils portuaires. La gestion des ports se fait toujours en coopération avec les Maires, une Convention financière étant signée entre les parties.

Un nouveau brise-lames prévu pour fin 2021/début 2022

Sur le port de Saint-Martin, Guillaume Métayer explique que certains travaux étaient devenus très urgents : les maçonneries ont été reprises fin mai 2020 au niveau de l’emplacement du Biniou et le socle du petit môle de la Barbette, côté mer a été solidifié en ce début juin. Ces travaux ont représenté un coût de 100 000 €.

Par ailleurs, autre problématique à résoudre à très court terme, le brise lames à l’entrée du port (datant de 1983), qui présentait des fissures, s’est vidé de son matériau et a éclaté lors des tempêtes hivernales 2019/2020.

Plusieurs scénarios sont étudiés, pour une reconstruction pas forcément à l’identique, l’idée étant d’améliorer la qualité de protection de l’avant-port, avec un ouvrage un peu plus long et/ou orienté un peu différemment.

L’opération est prévue pour fin 2021/ début 2022, son coût pourrait se situer entre 1 et 2 millions d’€.

Le dragage du port est devenu urgent

Assez rapidement également, le dragage du port doit être programmé, les analyses de la qualité des sédiments ont donné un résultat moyen. La fréquence des opérations de dragage dépend de la dynamique de sédimentation de chaque port, le dragage du port de Saint-Martin constitue une urgence et représente un budget de plusieurs millions d’€, sans compter les réfections de maçonnerie à poursuivre à différents endroits du port.

« Le Département est un très bon partenaire » souligne Lionel Quillet, il mutualise la gestion des compétences, établit un diagnostic puis une surveillance de l’état de chaque port. Dans le cadre du budget pluriannuel d’investissement, il arbitre entre les différents travaux à effectuer sur les 36 ports sous gestion départementale et établit leur échéancier.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires