Culture

Le Salon du Livre du Bois-Plage des 9 et 10 août 2013

Hervé Roques sera à l'ile aux livres

Des livres d’ici et d’ailleurs

Hervé Roques
Publié le 18/07/2013

Le 9 août le 7e salon « L’île aux Livres » du Bois-Plage ouvrira ses portes au public.

Particularité de cette édition 2013, la remise par les initiateurs et organisateur du salon, Joschi Guitton et Stéphane Guillot, du premier prix littéraire de la saison, le « Prix Ile aux Livres/La Petite Cour », en collaboration avec le restaurant La Petite Cour situé à St-Germain-des-prés.

Un prix 2013 attribué ex aequo à Michèle Lesbre pour « Ecoute la pluie » (Sabine Wespieser éditeur) et Sylvie Aymard pour « C’est une occupation sans fin que d’être vivant » (Grasset). Celui-ci sera remis aux deux auteurs lors du salon.

Dans l’immédiat, Ré à la Hune 89 a souhaité apporter un éclairage sur le roman de Michèle Lesbre. Quant au numéro 90 qui paraîtra le jour de l’ouverture du salon, le vendredi 9 août, il s’intéressera à la seconde lauréate du Prix, Sylvie Aymard.

« Ecoute la pluie » de Michèle Lesbre (Sabine Wespieser éditeur).

Michèle Lesbre sera au salon du livre 2013 au Bois Plage en Ré

Michèle Lesbre. D.R.

« En 2007, je dédiais mon roman « Le canapé rouge » au petit homme souriant de la station Gambetta qui, sous mes yeux, en 2003, s’est jeté sur les rails au moment où le métro rentrait en gare. Ce moment de très grande violence, de très grande émotion m’a poursuivit pendant très longtemps, et je ne pensais pas qu’un jour je pourrais lui laisser une place dans un de mes romans ».

Mais là, dans « Ecoute la pluie », le vieil homme s’y est invité de façon tout à fait naturelle. Il est le révélateur de ce roman. Ce suicide va tout faire basculer. Plutôt que d’aller à la gare pour rejoindre son amant dans un hôtel du bord de mer, la narratrice se lance dans une errance sans fin dans les rues de Paris, sous la pluie, en essayant de construire quelque chose propre à la vie de cet homme qui a du grandir dans l’entre-deux guerres. Elle veut lui trouver sa place dans sa vie à elle et dans son temps à lui.

En un instant la mort et l’amour se sont heurtés, et l’auteur revient sur ses rencontres amoureuses. Elle revisite plusieurs périodes de leur relation, s’interroge de savoir si l’histoire fragile qu’elle partage avec l’homme qu’elle devait rejoindre n’est pas plutôt finissante. Et quand elle se décide à rentrer chez elle après de longues heures d’errance, elle ne prévient pas son amant qu’elle ne viendra pas et n’écoute même pas le message qu’il a sans doute du lui laisser sur son répondeur. Elle se contentera de lui laisser un message pour le moins énigmatique : « Ecoute la pluie ».

Un livre habité et sensible, dense et bouleversant, sur le monde et l’urgence de vivre.

 

« Ecoute la pluie » de Michèle Lesbre (Sabine Wespieser éditeur) 112 pages – 14 €.

 

Dans un souci de parité non seulement homme/femme, mais également auteurs d’ici et auteurs d’ailleurs, il est un ouvrage qui ne peut que plaire à tous les amoureux de l’île de Ré, et que son auteur dédicacera sur le salon.

« Se souvenir d’Ars-en-Ré, Saint-Clément-des-Baleines, Les Portes-en-Ré » d’Hervé Roques (Geste éditions).

L’auteur, rétais d’adoption et de cœur depuis 1993, a déjà montré l’intérêt qu’il porte au territoire insulaire rétais au travers de plusieurs ouvrages qui font références, tels le « Dictionnaire de l’île de Ré », « L’Almanach nature de l’île de Ré », ou bien encore le « Guide des oiseaux de l’île de Ré ».

Demeurant à Saint-Clément-des-Baleines, idée lui est venue de réunir en un même ouvrage ces trois communes du bout de l’île qui présentent une certaine cohérence, déjà au niveau des paysages et des activités (marais, dunes, saliculture) et dont l’histoire est en de nombreux points assez similaire.

L’objectif affiché étant d’intéresser les Rétais et les baigneurs des années 50 qui ont connu l’île à cette époque. A travers plus de 350 illustrations (cartes postales anciennes et photographies originales prêtées à l’occasion par d’anciennes familles rétaises) que l’auteur agrémente de textes explicatifs pertinents, ainsi nous est contée l’histoire de ces trois communes entre la fin du 19e siècle eu les années 60 du 20e : évènements historiques, activités humaines, fêtes locales, patrimoine, commerces, personnalités marquantes, tourisme, etc. Le lecteur y trouvera des images révolues de lieux qu’ils ont l’habitude de fréquenter quotidiennement. Certains diront « tiens, finalement ça n’a pas trop changé », alors que d’autres diront « mais pourquoi ce n’est plus comme ça aujourd’hui ? ».

 

« Se souvenir d’Ars-en-Ré, Saint-Clément-des-Baleines, Les Portes-en-Ré » d’Hervé Roques (Geste éditions) – 214 pages – 29,90 €.

 

Voir la liste des auteurs attendus à l’Île aux Livres, les débats et tables rondes. Voir le bilan de l’Île aux livres 2013 et les perspectives 2014.

Jean-Pierre Pichot

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires