Activités primaires

Assemblée générale des sauniers indépendants

Jean-Michel Pelin, l’ancien président et Cédric Fortunier nouvellement élu à la tête des sauniers indépendants de l'île de Ré

Le début d’une nouvelle étape pour les sauniers indépendants

Jean-Michel Pelin, l’ancien président et Cédric Fortunier nouvellement élu
Publié le 12/11/2014

Les sauniers indépendants se sont réunis le 4 novembre en Assemblée générale et, Jean-Michel Pelin étant démissionnaire, ont élu un nouveau président.

Dès l’ouverture de l’Assemblée générale des sauniers indépendants, le 4 novembre, Jean-Michel Pelin, président-fondateur de l’association, annonça sa volonté de se retirer de la présidence et d’abandonner son poste d’administrateur. Âgé de 70 ans, il estime qu’il est temps de laisser la place aux jeunes. Il retraça le chemin parcouru depuis la création de l’association avec un tout petit noyau de sauniers, les combats menés pour être traités comme les autres sauniers et bénéficier des mêmes aides financières.

L’AEMA et les travaux des marais

Les rapports moraux et financiers ayant été approuvés à l’unanimité, Jean-Bernard Ansoud, président de l’Association des étangs et marais d’Ars en Ré (AEMA) rappela le rôle de son association dans l’obtention des aides pour les travaux dans les marais. L’AEMA est seule habilitée à présenter les demandes de subvention en préfecture à la commission des sites et elle tient à s’assurer que les dossiers présentés sont fiables car il y va de sa crédibilité. Benjamin Courtadon, qui suit ces dossiers, recommande qu’ils soient suffisamment documentés pour ne pas susciter d’interrogations débouchant sur des visites in situ de la part de la commission d’attribution. L’AEMA a du se mobiliser en 2013, après que le Conseil général ait annoncé qu’il ne subventionnerait à l’avenir que 35% des travaux au lieu de 70%, pour trouver de nouvelles sources de financement. Contactée, la CdC a indiqué qu’elle prendrait en charge 45% du montant total. Il reste donc à la charge du saunier 20% du montant des travaux.

La longue et difficile procédure de l’IGP

La démarche commune introduite par la coopérative et les sauniers indépendants afin d’obtenir une indication géographique protégée (IGP) est longue et complexe. Une récente réunion vient de relancer les choses et la prochaine étape comporte une visite des enquêteurs de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) au cours de laquelle ils se rendront à la coopérative, chez Esprit du sel et dans les marais.

Un des points majeurs sur lequel la coopérative achoppe, concerne la reprise des stocks et s’il n’est pas résolu, elle pourrait se dissocier de la démarche. En effet qu’adviendra-t-il des stocks qui ne bénéficieront pas de l’IGP à partir de la date où elle sera attribuée ? Jean-Michel Pelin souligna la nécessité que cette appellation concerne tous les sauniers et soit représentative de toute la filière. Il conclut par ailleurs que si l’IGP était attribuée dans un délai de trois ans ce serait bien car il reste beaucoup d’étapes à franchir.

Dans le cadre du renouvellement partiel des administrateurs, Cédric Fortunier, Pascal Chauveau, Louis Merlin et Richard Dominique ont été élus. Le conseil d’administration s’est ensuite isolé pour élire le nouveau président : Cédric Fortunier. Ce jeune saunier de moins de quarante ans, plein d’imagination et d’allant, devrait avec l’aide des autres jeunes sauniers indépendants apporter une nouvelle dynamique à l’association.

 

 

Jean-Bernard Ansoud et Jean-Michel Pelin siègeant côte à côte (sauniers île de Ré)

Jean-Bernard Ansoud et Jean-Michel Pelin siègeant côte à côte

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires