Vie politique

Dossier Enjeux et Projets

De nombreux projets structurants à Sainte-Marie de Ré

L’église témoigne de la longue histoire du village
Publié le 22/01/2021

Point de cérémonies des voeux des Maires et du Président de la Communauté de Communes cette année, crise sanitaire oblige. Qu’à cela ne tienne. L’équipe de Ré à la Hune a pris son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre des édiles et du Président de la CdC, avec une seule question : Quels sont les principaux enjeux et projets à court et moyen termes de votre commune/de l’intercommunalité ? Tous nous ont accordé de longs et passi nnants entretiens. L’île de Ré continue d’aller de l’avant… Vous saurez (presque !) tout en lisant ce dossier, des pages 20 à 30.

 

 

Les projets structurants lancés par la Maire Gisèle Vergnon, et ses Adjoints, depuis plusieurs années, vont enfin voir le jour sous ce troisième mandat. Entre l’idée d’origine et la réalisation d’un projet, le temps est très long, les contraintes administratives, mais aussi souvent spécifiques à l’île de Ré, étant considérables

« Nous avons toujours pour volonté de fond le maintien d’une population permanente plus élevée, le développement de logements et de la vie économique ».

Plusieurs projets de logement, dont celui phare du Fougerou

« Notre projet phare de logements va débuter en avril 2021, avec quarante- huit maisons en accession sociale à la propriété et six logements sociaux locatifs, pour une livraison de quinze premiers logements en accession et des six logements locatifs au printemps 2022. Il y a une vraie demande, de la part de certains foyers qui sont juste au-dessus des seuils de revenus pour prétendre à un logement social, mais qui n’ont pas les moyens d’acquérir aux prix du marché foncier et immobilier. Cette accession sociale à la propriété est très encadrée, dans le cadre d’un bail social et solidaire, qui impose aux gens de rester propriétaires pendant au moins vingt ans (il est possible de rajouter cinq ou dix ans) et s’ils revendent la maison revient dans le pot de l’accession sociale. C’est la Compagnie du Logement qui sélectionne les candidats, je ne m’immisce pas dans ce processus », explique Madame le Maire.

La Commune a aussi acquis une belle maison place Eudes d’Aquitaine (la place de l’église), dans laquelle elle a sollicité l’installation au rez-dechaussée d’un commerce-restaurant- traiteur-bar-épicerie (ce sera Mme Chauvet, gérante de « Mangez- Moi » au Bois-Plage) afin de recréer une dynamique de vie sur ce quartier, comme autrefois. A l’étage seront créés deux logements sociaux communaux. Les travaux vont démarrer au printemps 2021 pour une livraison en début d’année 2022. Ils s’élèveront à 250 K€, dont 80 K€ pris en charge par l’Etat, la Région et le Département et 150 K€ au titre de la DTER (dotation territoriale de l’Etat pour la ruralité). Par ailleurs, à côté des douze maisons Habitat 17 du Verger (près de l’école) construites en 2012, cinq maisons vont être construites à partir de 2021, qui seront finalisées courant 2022.

Une restauration pluriannuelle de l’église

La première phase des travaux de réfection de l’église, qui concerne son clocher, devrait démarrer fin 2021 mais cela dépend du diagnostic des sols et des fouilles de la DRAC : « On ne sait pas ce qu’ils vont trouver, précise Gisèle Vergnon, le clocher est classé XIVe siècle, nous faisons appel à un Architecte du patrimoine. Nous enchaînerons ensuite suivant des phases pluriannuelles sur les quatre façades. Pour le clocher nous attendons une subvention de 40 % de la DRAC et nous avons fait une demande au Département dans le cadre de son Plan Patrimoine 2020-2026. Les vitraux sont aussi à restaurer, chaque partie sera déconnectée du projet global, et nous devrons faire appel à la générosité des habitants. »

La Place d’Antioche fortement dynamisée

Côté vie économique, les travaux de la halle couverte du marché située place d’Antioche s’achèveront fin mai/ début juin 2021. La salle des fêtes qui ne répondait plus aux normes de sécurité avait été fermée en 2010, une salle provisoire avait été reconstruite, en gardant le squelette du bâtiment. Un bistrot sera attenant au marché, il sera ouvert dès le petit-déjeuner, à l’année et pourra ouvrir indépendamment du marché (c’est Sébastien Trichet des Q Salés au Bois-Plage qui gérera le bistrot), tout comme la boucherie, qui sera accessible depuis le marché, mais aussi de façon indépendante. Le marché comportera sept bancs.

Toujours place d’Antioche, un projet privé, mené par un très jeune Maritais, permettra d’aménager quatre nouveaux commerces, en face du marché, ainsi que des logements à l’étage. La Commune lui cède le garage de La Poste, il en reconstruira un. Le dépôt du permis début 2021 permet d’envisager les travaux à la fin de 2021.

Protection des côtes, station d’épuration et centre de secours

En matière de protection des côtes, les travaux d’enrochement de la digue Montamer sont programmés pour septembre/octobre 2021 et dureront six mois, pour un budget total d’1,7 M€, pris en charge par l’Etat (40 %), la Région (20%), le Département (20%) et la CdC (20 %) dans le cadre du PAPI (Plan d’action de prévention des inondations). Les travaux de la station d’épuration débuteront au printemps 2021, en maîtrise d’oeuvre Eau 17, avec une importante subvention du Département, de 500 K€, pour un montant total du chantier de 2 M€. La reconstruction du centre de secours des pompiers, provisoirement déplacés dans un hangar agricole depuis deux mois, devrait démarrer fin janvier/ début février 2021 pour s’achever en septembre 2022. Le montant de réalisation de la nouvelle caserne, qui sera moderne et bien plus fonctionnelle, sera entièrement pris en charge par le Département, la commune finançant seulement 100 K€.

Le bassin d’irrigation prévu pour 2022-2023

Autre sujet évoqué depuis longtemps, validé sur le principe fin 2019 par les élus des deux communes concernées (Sainte-Marie et La Flotte), et dans son schéma par les agriculteurs dont la coopérative Uniré, le projet de bassin d’irrigation de 45 hectares, situé derrière la caserne, avance. Il sera alimenté depuis le bassin de lagunage de la station d’épuration de La Flotte, via des canalisations qui suivront le cheminement de la piste cyclable qui longe la route du Paradis, pour arriver sur la zone agricole. Le positionnement des 41 bornes d’irrigation a été vu avec les agriculteurs.

Le budget total de 600 K€ sera financé à hauteur de 10 % par le Département, par Uniré, et par une participation de la CdC, puisque Sainte-Marie profite de la réfection programmée de la piste cyclable, pour faire réaliser de façon concomitante l’enfouissement des réseaux. Une rencontre était prévue le 21 janvier avec les services de l’Etat (DREAL, DDTM), afin de respecter une nouvelle directive européenne imposant la qualité eau A pour le maraîchage. Suivie d’une commission municipale en vue de présenter le 28 janvier le projet aux professionnels en même temps que celui des hangars agricoles. En effet, la Commune a acheté les terrains sur lesquels seront construits des hangars mutualisés, qui seront à charge des agriculteurs, voire d’Uniré. « On espère qu’en 2022-2023 les agriculteurs pourront intégrer les hangars et pratiquer un maraîchage bio irrigué », estime Gisèle Vergnon.

Cap sur la zone artisanale fin 2023

Le projet de nouvelle zone artisanale, intégré dans le PLUi, situé devant les futurs bâtiments agricoles, et mené par la CdC (qui a la compétence économique depuis la TPU… mais gère là sa première ZA – NDLR), pourrait aboutir à une ouverture fin 2023. « Nous avons quarante demandes, exclusivement artisanales. La Commune et la CdC vont se rapprocher des propriétaires dans le cadre d’une DUP (Déclaration d’utilité publique) » explique la Maire.

A côté de ces projets structurants, Sainte-Marie continue de mener des actions tout aussi importantes pour le quotidien des habitants : création d’un terrain de basket au city stade, rénovation extérieure des écoles, animations organisées par la Médiathèque avec notamment des résidences d’artistes, expositions à l’ancienne école de La Noue, projet de rencontres d’artistes avec bourses attribuées à ceux-ci, sur le thème du réchauffement climatique et de ses conséquences sur les hommes et les animaux – le jeune artiste maritais Gautier Sauvage (Ateliers Dazelle) devrait réaliser une peinture murale sur l’une des façades de l’Ancre Maritaise…

Les idées ne manquent pas et, au côté de Gisèle Vergnon, les Adjoints et Conseillers municipaux sont très investis et fourmillent de nouvelles idées à développer.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires